Le Direct
Radio

D’où ils sont, Henry Kissinger et le cardinal de Richelieu, sont fiers de ce que réalise Félix Tshisekedi en diplomatie

Tribune de Jean Thierry Monsonepwo, CCU et Union sacrée

Thierry Monsenepwo, cadre CCU et membre du bureau politique de l’Union sacrée de la nation @Photo Droits tiers.

publié le 7 février 2023 à 06:20:00

L’un est scruté comme le plus émérite des diplomates au cours de la guerre froide et l’autre, celui qui, sous le roi français Louis XIII, a joué un rôle important. D’ailleurs, il est pris comme le procréateur de la diplomatie. C’est lui, en effet, qui a créé une conception inédite en matière de politique étrangère : la « raison d’État ».

Et le chef de l’État de la RDC a tôt fait d’intérioriser cette notion, tant il est vrai qu’à son avènement au pouvoir, il a trouvé un Congo démocratique reclus. Il est vrai qu’entre 2015 et 2019, le pays a souffert d’une forme austère d’isolement liée à la disjonction entre l’ancien régime et les partenaires. Un climat flegmatique a existé durant le même interstice, entre la RDC et la majorité de ses voisins directs.

C’est ce qui explique, que dès son accession au pouvoir, le chef de l’État, a fait de la diplomatie son cheval de bataille. Il a ainsi, cassé premièrement l’isolement que le pays a subi, ensuite il s’est maintenu de rendre ses lettres de noblesse à notre diplomatie. Au regard de l’article 91 de notre loi fondamentale, il a collaboré avec le gouvernement pour replacer la voix de la RDC au milieu des débats importants du monde. C’est ce qui explique l’alignement des planètes contre le pouvoir anarchique de Kigali, la levée du régime de notification, le retour des bonnes relations entre la RDC et les institutions de Bretton Woods, le retour de la RDC dans l’AGOA, la reprise des relations de collaborations économiques et sécuritaires avec la France, la Belgique, les USA, la Turquie l’Égypte, le Kenya, le Burundi, l’Angola et Israël, etc.

La semaine passée, le MUST a été la visite du souverain pontife, pape de l’Église catholique et chef de l’État du Vatican.

Comme nous le savons tous, la diplomatie pontificale est fort active. Ces dernières années, le plaidoyer en faveur des réfugiés et des migrants, la défense de la cause environnementale, la lutte contre le mariage pour tous et la dénonciation du capitalisme financier ont été les causes prioritaires promues par le souverain pontife François. Et donc le fait qu’il vienne donner de sa voix en RDC maintenant que notre pays connaît un énième abordage de la part d’un État voyou est simplement du pain béni. Car cette condamnation, sortie de la bouche du pape, a un sens moral et politique ultra important. D’autant plus que le pape est à la tête du Vatican et d’un gouvernement singulier, la curie romaine, qui jouit, de par l’histoire, des relations internationales, d’une place importante sur la scène internationale.

De par sa venue dans notre pays sur base de l’invitation de son homologue, Félix Tshisekedi, la RDC a profité de cinq pouvoirs reconnus au pape.

Un pouvoir d’influence : les chrétiens catholiques comptent parmi les plus nombreux dans notre pays surtout, et de par le monde. Ce qui donne une influence suffisante aux dires et faits du Saint-Père ;

Un pouvoir médiatique important : À lui seul, le pape a su, durant les 3 jours passés à Kinshasa, faire La Une des médias importants du monde. Ce qui passe pour un réel miroir pour notre pays et pour son peuple ;

Un pouvoir charismatique : le pape est non seulement patron d’une grande Église, mais aussi chef d’un État qui, dans l’histoire, a changé le sens de plusieurs évènements et à présent, jouit d’un pouvoir immense dans le concert des nations ;

Un pouvoir de la politique culturelle : l’enseignement catholique, du primaire au supérieur, représente le premier acteur privé mondial. Dans de nombreux pays, les universités catholiques demeurent des foyers intellectuels et culturels fort actifs et influents, notamment par leur rôle dans la formation des élites politiques et économiques et

Enfin un pouvoir diplomatique : la voix du pape est écoutée et fait échos. Par sa venue, il a démontré que lui, son État, le Vatican et sa voix, sont du côté des Congolais qui, depuis, enregistrent de plus en plus d’alliés, malgré la lenteur d’action de certaines sphères internationales. Mais aussi de par son pouvoir, le pape a un rôle diplomatique majeure qui, dans les prochains jours, va porter ses fruits aux bénéfices des Congolais.

Encore une fois, le peuple congolais tout entier, catholique ou non, ne peut que dire merci au souverain pontife qui, malgré son état de santé, a fait le déplacement de Kinshasa. Un geste d’amour et de considération, mais surtout, de soutien en ce moment où nous sommes assaillis en plein jour, et qu’il s’est placé en porte-voix des victimes des barbaries du Rwanda dans l’est de la RDC. Grâce aux autorités congolaises, ces jours auront réellement été des moments d’unité dans le Christ, et cela n’aura de sens que pour autant que ça dure.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

L’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA), a condamné avec véhémence les actes d’intimidation contre une responsable d’un média basé à Goma, capitale du Nord-Kivu, de la part des individus arborant la tenue de la Direction générale des migrations (DGM).


Économie

La Cellule nationale des renseignements financiers (Cenaref) a sensibilisé les magistrats civils et militaires ainsi que les avocats dans la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,805.00 CDF
1 Euro3,005.84 CDF
1 Yuan386.34 CDF
1 FCFA 4,63 64437 CDF

Appel d'offres

Consultant (firme) pour l’élaboration de l’EIES relative aux travaux prioritaires d’amélioration du système d’alimentation en eau potable de la ville de Kananga


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.