Le Direct
Radio

« Ça suffit »

Le pape François a rappelé mercredi 1er février aux prédateurs et autres fossoyeurs d’arrêter de s’enrichir avec de l’argent entaché de sang. Il a réagi après avoir écouté quatre récits crus et déchirants de victimes d’exactions physiques et mentales dans la guerre qui ravage l’Est de la RDC. Dans un discours dense, l’évêque de Rome s’est uni aux douleurs du peuple éprouvé, s’adressant fermement aux « entités » à l’œuvre dans cette guerre. « Cela suffit », a tancé François.

Le pape François priant pour une victime des atrocités de l’est du pays @Photo Droits tiers.

publié le 3 février 2023 à 06:41:00

« Il n’y a pas de mots; il faut seulement pleurer en silence », a-t-il relevé, énumérant les noms des localités d’origines des victimes. « Bunia, Beni,Butembo, Goma, Masisi, Rutshuru, Bukavu, Uvira, des lieux que les médias internationaux ne mentionnent presque jamais ». Le pape l’assène très clairement : « Il n’y aura pas de paix en RDC tant qu’elle ne sera pas obtenue dans la partie orientale du pays ». À ces Congolais de l’est, le souverain pontife a souhaité insister : « Je suis proche de vous. Vos larmes sont mes larmes, votre souffrance est ma souffrance ». “Il n’y aura pas de paix en RDC tant qu’elle ne sera pas obtenue dans la partie orientale du pays”.

L’évêque de Rome a alors adressé un vibrant appel à toutes les personnes, entités internes et externes qui tirent les ficelles de la guerre en RDC, « en la pillant, en la flagellant et en la déstabilisant ».

Vous vous enrichissez par l’exploitation illégale des biens de ce pays et le sacrifice cruel de victimes innocentes. Entendez le cri de leur sang : faites taire les armes, mettez fin à la guerre. Cela suffit! Cela suffit de s’enrichir sur le dos des plus faibles, cela suffit de s’enrichir avec des ressources et de l’argent entachés de sang!

Pour atteindre la paix, le successeur de Pierre a proposé quatre types d’actions basées sur deux « non » et deux « oui ».

Non à la violence

Aimer son peuple, c’est ne pas nourrir de haine envers les autres. « C’est un tragique mensonge: la haine et la violence, à plus forte raison pour ceux qui sont chrétiens, ne sont jamais acceptables », a dénoncé le Pape, encourageant le peuple congolais: « Ne vous laissez pas séduire par les personnes ou les groupes qui incitent à la violence en son nom. Dieu est le Dieu de la paix et non de la guerre. Prêcher la haine est un blasphème. Celui qui vit de violence, en effet, ne vit jamais bien: il pense sauver sa vie, mais il est emporté dans un tourbillon de mal qui, en l’amenant à combattre les frères et sœurs avec lesquels il a grandi et vécu pendant des années, le tue à l’intérieur ».

Celui qui vit de violence ne vit jamais bien: il pense sauver sa vie, mais il est emporté dans un tourbillon de mal

Mais pour dire vraiment « non » à la violence, il faut en extirper les racines: le Pape a cité l’avidité, l’envie, la rancœur. Tout en saluant le courage hors norme des quatre témoins qui ont réussi « à désarmer leur cœur ». « Je le demande à tous, au nom de Jésus qui a pardonné à ceux qui lui ont transpercé les poignets et les pieds avec les clous pour le fixer à une croix : je vous prie de désarmer votre cœur », a-t-il prié, reconnaissant que cela ne signifie pas de cesser de s’indigner devant le mal et ne pas le dénoncer, ceci est pour lui «un devoir». « Cela ne signifie pas non plus l’impunité et l’annulation des atrocités, en allant comme si de rien n’était. Ce qui nous est demandé, au nom de la paix, au nom du Dieu de la paix, c’est de démilitariser le cœur : ôter le poison, rejeter la haine, désamorcer l’avidité, effacer le ressentiment ». Dire « non » à tout cela semblerait être de la faiblesse; cela rend libre, parce que cela donne la paix. « Oui, la paix naît des cœurs, des cœurs libérés de la rancœur », a osé affirmer François.

Pardon pour la violence de l’homme sur l’homme

« À chaque famille en deuil ou déplacée en raison des villages brûlés et d’autres crimes de guerre, aux survivants des violences sexuelles, à chaque enfant et adulte blessé, je dis: je suis avec vous, je veux vous apporter la caresse de Dieu. Son regard tendre et compatissant se pose sur vous », a-t-il poursuivi, leur assurant ces paroles d’Isaïe « Tu as du prix à mes yeux, tu as de la valeur et je t’aime ». (Is 43, 4).

Les victimes des violences à l’Est de la RDC portent leurs souffrances au Pape

Le pape François a condamné les violences armées, les massacres, les viols, la destruction et l’occupation des villages, le pillage des champs et du bétail qui continuent d’être perpétrés, tout comme « l’exploitation, sanglante et illégale, de la richesse du pays », ainsi que les tentatives de partition dans le but de pouvoir le gérer. Inclinant la tête, la douleur dans le cœur, le Saint-Père a demandé pardon pour la violence de l’homme sur l’homme.
« Père, aie pitié de nous. Console les victimes et ceux qui souffrent. Convertis les cœurs de ceux qui commettent de cruelles atrocités qui jettent la honte sur l’humanité tout entière! Ouvre les yeux de ceux qui les ferment ou qui se détournent devant ces abominations », a-t-il supplié. Le pape a qualifié cette guerre de « déchainée par une insatiable avidité de matières premières et d’argent », alimentant « une économie armée laquelle exige instabilité et corruption ». « Quel scandale et quelle hypocrisie: les personnes sont violées et tuées alors que les affaires qui provoquent violences et morts continuent à prospérer! », s’est-il indigné.

Le texte intégral des témoignages des victimes de violence

Non à la résignation

Un deuxième « non » est celui contre la résignation. La paix demande de combattre le découragement, la morosité et la méfiance qui conduisent à croire qu’il vaut mieux se méfier de tout le monde, vivre séparés et éloignés plutôt que de se tendre la main. « Un avenir de paix ne tombera pas du ciel; il pourra advenir si les cœurs sont débarrassés du fatalisme résigné et de la peur de s’impliquer avec les autres », a-t-il assuré, plaidant pour un avenir nouveau qui adviendra « si l’autre, qu’il soit tutsi ou hutu », n’est plus un adversaire ou un ennemi, mais un frère et une sœur « dans les cœurs duquel il faut croire que se trouve, caché, le même désir de paix ». Et François de s’exclamer : « Dans l’Est aussi, la paix est possible! Croyons-y! Et travaillons-y sans renvoyer le changement! » , « Frère, sœur, tous tes voisins sont tes frères, qu’ils soient Burundais, Ougandais ou Rwandais. Nous sommes tous frères, parce que fils du même Père. Ne restons pas prisonniers de la crainte: le mal que chacun a souffert doit être converti en bien pour tous », a-t-il souhaité afin que tous puissent crier ensemble plus jamais: plus jamais de violence, plus jamais de rancœur, plus jamais de résignation!

Oui à la réconciliation

Le pape a ensuite développé les deux «oui» pour la paix. Oui à la réconciliation. François a de nouveau confié son admiration devant ces victimes qui veulent s’engager à pardonner mutuellement et à répudier les guerres et les conflits, en priant ensemble, dans un instant, serrés autour de l’arbre de la Croix sous lequel, « avec grand courage, vous voulez déposer les signes des violences que vous avez vues et subies : uniformes, machettes, marteaux, haches, couteaux… »

Et le pape de les exhorter à être eux aussi « des arbres de vie ». « Faites comme les arbres qui absorbent la pollution et qui restituent l’oxygène ». Ou bien, comme le dit un proverbe cité par le pape et résumant la prophétie chrétienne : « Dans la vie, fais comme le palmier: il reçoit des pierres, il rend des dattes », à savoir répondre au mal par le bien, à la haine par l’amour, à la division par la réconciliation. Pourquoi tout cela est plus fort que le mal. « Parce que la réconciliation transforme la réalité de l’intérieur plutôt qu’elle ne la détruit pas de l’extérieur », a répondu le pape.

Dans la vie, fais comme le palmier : il reçoit des pierres, il rend des dattes.

Oui à l’espérance

La souffrance s’est ainsi transformée en espérance : « Se réconcilier, c’est engendrer demain », a-t-il annoncé, expliquant le dernier oui, décisif : « Oui à l’espérance ». Le Pape a recouru à une métaphore arborée: « Si l’on peut représenter la réconciliation comme un arbre, comme un palmier qui donne du fruit, l’espérance est l’eau qui le rend florissant ». Cette espérance a le nom de Jésus.
« Avec lui, qui a fait d’un sépulcre, le début d’une histoire nouvelle. Avec lui, chaque tombe peut se transformer en un berceau, chaque calvaire en un jardin pascal. Avec Jésus l’espérance naît et renaît », a lancé le Saint-Père. L’espérance est pour vous, Congolais, a-t-il assuré, mais elle est aussi « un droit à conquérir », en la semant chaque jour, avec patience. Le Pape a conclu en bénissant les populations de l’Est, chaque personne blessée par la violence dans ce pays, priant pour que toute femme « soit respectée, protégée et valorisée ».

Avec Jésus, chaque tombe peut se transformer en un berceau, chaque calvaire en un jardin pascal.

Vaticannews

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Grâce au protocole d’accord signé entre l’Agence pour le développement et la promotion du projet grand Inga (ADPI-RDC) et la société natural oilfield service limited (NOFLS), il sera construit, dans les mois à venir, un barrage d’une capacité minimale de 7000 MW sur un potentiel de 42000 MW.


Nation

Une fausse alerte a été lancée cette semaine contre Barnabé Muakadi Muamba, le DG de la Direction générale des impôts autour d’un prétendu déguerpissement irrégulier des occupants de l’immeuble Avé Maria situé dans la commune de la Gombe.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,780.00 CDF
1 Euro3,021.86 CDF
1 Yuan384.38 CDF
1 FCFA4,13665 CDF

Appel d'offres

Acquisition de 13 véhicules pour la Coordination de l’UC-PIF et ses Antennes Provinciales


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.