Le Direct
Radio

Tshikapa : officiers de l’armée et de la police à l’école du droit international humanitaire

Des officiers de l’armée et de la police ont été initiés au droit international humanitaire lors d’un atelier organisé par le Bureau conjoint des Nations unies pour les droits de l’homme (BCNUDH) à Tshikapa dans la province du Kasaï.

Par Faustin Nkumbi

Les militaires débout alors qu’on chantait l’hymne national avant le début de la formation du BCNUDH à Tshikapa @Photo Droits tiers

publié le 22 janvier 2023 à 18:11:56

Durant deux jours, soit du 18 au 19 janvier, les apprenants ont, dans une approche participative, suivi des exposés présentés par les différents orateurs. Des thèmes relatifs aux droits de l’homme, au droit international humanitaire, à la protection internationale et aux violences sexuelles ont été développés.

Le modérateur Gilbert Ngoyi, membre de la société civile a justifié le choix des participants, avant de leur assurer que les thèmes développés s’inscrivent dans le cadre de leur travail quotidien. Pour Félicienne, l’un des facilitateurs, il était nécessaire que les participants acquièrent ces notions pour mieux faire leur travail. Elle a parlé du mandat du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), des personnes bénéficiaires de ses interventions, notamment les demandeurs d’asile, les réfugiés et les déplacés internes.

Les participants ont, en outre, été édifiés sur les violences sexuelles et la protection de source en cas de dénonciation ou d’alerte. A ce sujet, l’orateur a différencié les violations des droits de l’homme des abus sexuels. Il a défini la violation des droits de l’homme comme tout acte posé par un détenteur du pouvoir public ayant causé préjudice à la victime tandis que l’abus sexuel commeTshikapa:

Pour Félicienne, l’un des facilitateurs, il était nécessaire que les participants acquièrent ces notions pour mieux faire leur travail. Elle a parlé du mandat du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), des personnes bénéficiaires de ses interventions, notamment les demandeurs d’asile, les réfugiés et les déplacés internes.

Les participants ont, en outre, été édifiés sur les notions liées aux violences sexuelles et à la protection de source en cas de dénonciation ou d’alerte. A ce sujet, l’orateur a différencié les violations des droits de l’homme des abus sexuels. Il a défini la violation des droits de l’homme comme tout acte posé par un détenteur du pouvoir public ayant causé préjudice à la victime tandis que l’abus sexuel est un acte posé par tout citoyen non revêtu du pouvoir public.

De son côté, la ministre provinciale du Genre, famille et enfant, Denise Muluka Muhandi, s’est penchée uniquement sur les violences sexuelles. Elle a indiqué que les violences faites aux femmes sont récurrentes et nombreuses, citant notamment celles dites sexuelles et conjugales. A l’occasion, elle a invité les participants à capitaliser les notions apprises en vue d’améliorer le travail sur le terrain.

Les travaux ont été organisés dans le cadre du projet lié au renforcement de la justice et la réinsertion socio-économique pour et par les jeunes femmes et hommes. Question de promouvoir la cohésion sociale entre les personnes déplacées et les membres de la communauté hôte dans les provinces du Kasaï et Kasaï central (JFJK). Le projet est exécuté grâce à un consortium constitué du BCNUDH/Tshikapa et du HCR.

Nos tags

Visite papale
Enrôlement
Élection
Ceni
GUERRE
Agression
Politique

Au pied du volcan Nyiragongo, à une dizaine de kilomètres de Goma au Nord-Kivu, les travaux d’aménagement du site où devait se tenir la messe papale s’étaient arrêtés depuis fin juin. Du chantier ouvert il y a 7 mois, il ne reste que la charpente de la tribune et quelques traçages de la vaste étendue qui était déjà compartimentée en zones.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.