Le Direct
Radio

Sous pression, Kigali se dédit sur l’expulsion des réfugiés congolais

Le Rwanda n’a aucune intention d’expulser ou d’interdire les réfugiés, notamment ceux en provenance de République démocratique du Congo (RDC), a affirmé mercredi la porte-parole du gouvernement rwandais, Yolande Makolo, après des propos attribués au président Paul Kagame dans lesquels il refusait que le Rwanda « supporte ce fardeau ».

Par Richard Ntumba

Le président Kagame a rétropédalé après avoir annoncé le refus d’accueillir de nouveaux réfugiés congolais et expulsé ceux qui étaient sur son territoire @Photo Droits tiers

publié le 14 janvier 2023 à 12:04:06

Le tollé était général après la prise de position de l’homme fort de Kigali. Human Rights Watch avait haussé le ton le mercredi 11 janvier accusant, le président rwandais, Paul Kagame d’instrumentaliser les droits des réfugiés, notamment ceux venant de la République démocratique du Congo. D’ailleurs, l’organisation a demandé ouvertement au Royaume-Uni d’annuler son accord signé avec le Rwanda sur les demandeurs d’asile. Victimes de la guerre du M23 /RDF, les réfugiés congolais ne seront plus accueillis par Kigali. “Nous ne pouvons pas continuer à accueillir des réfugiés pour lesquels, plus tard, nous serons tenus responsables d’une manière ou d’une autre, ou attaqués”, avait tranché Paul Kagame.

Pour l’ONG Human Rights Watch, la déclaration du président Kagame a illustré crûment la politisation des droits des réfugiés opérée par le gouvernement rwandais. Elle intervient à un moment où Kigali venait de conclure un accord peu scrupuleux d’un montant de 120 millions de livres (environ 145 millions de dollars) avec Londres pour accueillir des demandeurs d’asile arrivés au Royaume-Uni par des voies “irrégulières”.

En réaction, Yollande Makolo a précisé que « le Rwanda n’a aucune intention d’expulser ou d’interdire les réfugiés. Nous accueillons toujours les personnes qui fuient l’insécurité, la persécution et la violence. Nous demandons à la communauté internationale de prendre la responsabilité de trouver une solution durable pour ce groupe oublié de réfugiés de la RDC », a déclaré Mme Makolo sur Twitter.

Plutôt que de relever le défi d’apporter la sécurité et la paix à une région dont les citoyens ne méritent rien de moins, certains médias ont choisi de déformer l’appel du président Kagame au leadership et à la responsabilité en le présentant comme une menace d’expulsion ou d’interdiction des réfugiés.

Selon elle, ce que M. Kagame a abordé, lors d’une intervention lundi devant le Sénat à Kigali, « c’est l’hypocrisie flagrante de la critique du Rwanda, qui est simultanément blâmé pour l’échec de l’État en RDC, et qui est ensuite censé accueillir ceux qui cherchent refuge contre les conséquences de cet échec ».

Rien ne changera tant que la communauté internationale et le gouvernement de la RDC ne cesseront pas de fuir leurs responsabilités et de s’attaquer aux véritables causes de la crise. Le fait de blâmer le Rwanda laisse tomber les citoyens des deux côtés de la frontière, alimente les discours de haine/persécution, ce qui pousse encore plus de citoyens congolais à fuir, a encore souligné Mme Makolo.

Selon les propos rapportés par l’AFP, M. Kagame a affirmé lundi : « nous ne pouvons pas continuer à accueillir des réfugiés en provenance de RDC. Ce n’est pas le problème du Rwanda. Et nous allons faire en sorte que tout le monde se rende compte que ce n’est pas le problème du Rwanda ».

Dans l’est de la RDC, région instable riche en ressources minières, les combats entre forces gouvernementales et rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23), une ancienne rébellion tutsi, ont exacerbé les tensions avec le Rwanda voisin, que la RDC accuse d’encourager la milice. Kigali nie toute implication.

Ces violences ont poussé de nombreux Congolais à migrer dans les pays voisins, dont le Rwanda. Selon le Haut commissariat de l’ONU aux Réfugiés (HCR), le Rwanda comptait en novembre 2022 quelque 72.000 réfugiés congolais.

Nos tags

Visite papale
Enrôlement
Élection
Ceni
GUERRE
Agression
Politique

Un cahier des charges reprenant les cas des violations de la Loi sur la sous-traitance, énumérés par la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs du Congo (FNJEC), le club des sous-traitants et la Chambre des mines, a été déposé auprès de l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP).


Drame

Les organisations humanitaires nationales et internationales sont fortement préoccupées par la flambée des violences dans la province du Nord-Kivu. Des populations terrorisées manquent de tout dans les agglomérations de Kishishe et Kitshanga occupées par les terroristes du M23.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.