Le Direct
Radio

Les experts électoraux blâment le travail de Kadima

Les ratés de l’enrôlement font bondir les experts électoraux. Leurs voix se font de plus en plus entendre pour rappeler à Kadima de suspendre son opération qui, à leurs yeux, est un véritable échec.

Denis Kadima, le président de la commission électorale @Photo Droits tiers

publié le 5 janvier 2023 à 11:40:05

La Coalition citoyenne pour le Congo à travers l’initiative citoyenne de monitoring du processus électoral (ICMPE) a couvert systématiquement la première journée de l’opération. D’après son secrétaire exécutif Richie Lontulungu, les membres de son réseau ont effectué une série de descentes dans les différents centres d’enrôlement sous la casquette d’observateurs et électeurs pour la première journée. Triste a été le constat établi sur le terrain. Beaucoup de retard dans quelques centres et un renvoi pour le lendemain dans d’autres occasionnés par des problèmes logistiques et techniques. Plusieurs centres n’avaient pas ouvert les portes et d’autres avaient ouvert tardivement, en moyenne, après douze heures de l’après-midi. Autre constat déplorable, l’absence des kits d’enrôlement dans plusieurs centres à Kinshasa et dans les autres provinces de la première aire opérationnelle. Même l’application informatique de pré-inscription mise en place par la CENI serait tombée en panne plusieurs fois.

Au regard des graves difficultés opérationnelles auxquelles fait face la CENI et en tenant compte des observations formulées par l’ensemble des réseaux d’experts et consultants, la Commission africaine pour la supervision des élections (CASE) a recommandé la suspension de l’opération d’identification et enrôlement des électeurs pour permettre à la CENI d’auditer tout le dispositif de l’opération, son outil, sa chaîne de supervision et son personnel.

Simaro Ngongo Mbayo considère que cette option devrait permettre à la CENI de “réévaluer le contrat de fourniture des kits d’enrôlement et d’améliorer la stratégie d’opérationnalisation de l’activité en commandant des machines performantes et confortablement adaptées aux réalités de terrain”. Même lecture faite par Jeff Pambi, premier vice-président du Cadre de concertation de la société civile pour l’observation des élections (CDCE) et président du Ministère des laïcs protestants (Milapro) qui demande avec insistance “la suspension ou l’arrêt de l’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs en cours, lequel est en train de plonger le pays vers l’inconnu”, a-t-il déclaré. Pour sauver ce processus, Jeff Pambi propose que le chef de l’Etat convoque des concertations avec des forces vives ainsi que des forces politiques. Il estime que “ce processus, tel qu’il est en train d’être mené depuis le début, aucune de toutes les étapes successives n’a été accomplie avec sérénité. Car il ne rassure pas des élections telles qu’attendues : crédibles, transparentes, inclusives, et apaisées”. La débâcle des opérations d’identification en cours, est la preuve des limites manifestes de l’équipe actuelle de la CENI dans sa capacité à mener à bien le processus électoral, a-t-il affirmé.

Dans une déclaration d’observation publiée le 3 janvier 2023, la plateforme Agir pour des élections transparentes et apaisées (AETA) a lancé un vibrant appel à la CENI afin de dissiper des doutes, réajuster les réglages des failles, des faiblesses et des ratés techniques, logistiques et opérationnels pour améliorer l’opération d’identification et d’enrôlement des électeurs. Pour l’AETA, “la plupart des agents électoraux commis par la CENI n’ont pas donné satisfaction dans leurs prestations au cours de cette première semaine”. Ainsi, a-t-on noté une sorte d’amateurisme dans le chef des agents électoraux, cas des opérateurs de saisie dont la plupart sont des analphabètes en informatique.

Le secrétaire général académique de l’École de formation électorale en Afrique centrale (EFEAC), Dieudonné Mirimo Mulongo a fini par s’exprimer sur le chaos électoral de l’équipe Kadima. “Du jamais vu depuis 2006 en RDC. En réalité, cet enrôlement est une mascarade. La CENI/Kadima a déjà son fichier électoral pré-fabriqué. Il est grand temps de stopper Kadima sinon la RDC va imploser”, a-t-il alerté. Le Panel des experts de la société civile a, quant à lui, indiquer que “l’une des causes de l’échec de l’équipe actuelle de la CENI , c’est le comportement de son leadership. L’équipe Kadima dirige la CENI par orgueil, par défi, par accointances et par coterie”. Son coordonnateur Dieudonné Mushagalusa note que cette équipe considère la CENI comme sa chasse gardée et les élections comme son affaire.

Malheureusement, a-t-il dit, ceux qui entourent le président Dénis Kadima, au lieu de lui dire la vérité que la machine est en train de gripper, ils se mettent à la défensive obscure et considèrent désormais quiconque peut émettre un avis sur le processus électoral comme un adversaire, comme un haineux.

Nos tags

Visite papale
Enrôlement
Élection
Ceni
GUERRE
Agression
Politique

Au pied du volcan Nyiragongo, à une dizaine de kilomètres de Goma au Nord-Kivu, les travaux d’aménagement du site où devait se tenir la messe papale s’étaient arrêtés depuis fin juin. Du chantier ouvert il y a 7 mois, il ne reste que la charpente de la tribune et quelques traçages de la vaste étendue qui était déjà compartimentée en zones.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.