Le Direct
Radio

2023 : Des incertitudes à l’horizon

L’année 2023 débute dans une atmosphère de fausse sérénité tant au sein de la classe dirigeante que de l’ensemble de la communauté congolaise dans sa diversité.

Par Mwin Murub Fel

Le président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo brandit la Constitution qu’il a juré de respecter le jour de sa prise de fonction @Photo Droits tiers.

publié le 4 janvier 2023 à 16:13:00

Au moment où la première s’évertue à présenter la situation générale du pays sous des apparences de normalité évoquant des performances économiques inégalées dans l’histoire, sur fond d’une croissance proche des deux chiffres, la seconde se complaît dans le culte de la personnalité, seul exutoire à la misère ambiante soulagée par des gestes ponctuels de “générosité” des tenants du pouvoir.

Cette tendance ira en s’amplifiant à mesure que les échéances électorales approchent. La pauvreté multiforme, les catastrophes naturelles à répétition, couplées aux violences et à l’occupation d’une partie du Nord-Kivu par un pays étranger (le Rwanda), la présence sur le territoire national des armées étrangères “invitées”, ou les scandales à répétition des détournements de deniers publics dans des affaires qui se concluent des non-lieu systématiques sont autant des facteurs qui jettent une ombre sur les promesses de la tenue des élections à la date échue, un engagement auquel la classe politique elle-même ne semble pas accorder un crédit assuré. Après tout, les promesses n’engagent que ceux qui y croient, disait avec à-propos ce dirigeant français.

Quatre ans après l’alternance politique au sommet de l’Etat, l’incertitude reste de mise. Les opérations chaotiques d’enregistrement des électeurs débutées le 24 décembre 2022 augurent d’un processus aléatoire sans lendemain. Hypothèse qui vient renforcer un climat de défiance généralisé envers les opinions discordantes.

Dans une ambiance où des alliances politiques se nouent autour des personnes, sans une convergence de vues idéologiques ou d’une vision commune cohérente clairement exprimée, la tenue des élections devient une chimère, et le “glissement” du calendrier électoral inéluctable. Que le chef de l’Etat lui-même répète à l’envi sa volonté de briguer avec succès un second mandat laisse planer le doute sur des scrutins crédibles dénués de toute forme de contestation. Sans compter que ce faisant, Félix Tshisekedi donne l’impression d’envoyer un message clair à une centrale électorale déjà acquise à sa cause.

A moins de douze mois de la tenue des élections générales, la nécessité de rassurer une opinion indécise s’impose pour le gouvernement et les institutions à tous les niveaux de la prise des décisions. Comme il s’impose l’obligation de ramener la paix dans les provinces de l’Est, dont les citoyens ont également le droit d’exprimer leurs suffrages dans leurs milieux de vie aujourd’hui désertés.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Le travail manuel communément appelé “salongo” initié par la mairie de Kinshasa dans le cadre de l’opération Kin-bopeto chaque samedi avant-midi afin de lutter contre l’insalubrité dans la capitale, est aujourd’hui réduit à un recouvrement pur et simple d’argent.


Sécurité

Le chef de l’épiscopat congolais, Mgr Marcel Utembi a suggéré l’introduction d’une prière spéciale pour la paix à la fin de chaque messe à partir du deuxième dimanche de carême. L’initiative vise à mobiliser les fidèles dans une démarche de prière et de réflexion au regard de la situation qui prévaut dans l’est du pays.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2657 CDF
1 Euro2 862,83 CDF
1 Yuan369,13 CDF
1 FCFA4,36 CDF

Appel d'offres

Réalisation deux Forages dans la province de Kwango près de la ville de Kenge


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.