Le Direct
Radio

Retrait signalé des blessés du M23 de l’hôpital de Rutshuru vers Bunagana

Après le passage lundi de l’équipe de la facilitation kényane et angolaise, le M23 aurait débuté, selon quelques habitants, le retrait de certains de ses éléments jugés moins actifs et des blessés qui étaient internés à l’hôpital de référence de Rutshuru. Ils les ramènent, selon des sources recoupées, à Bunagana et Tchanzu. Au niveau de l’armée congolaise, l’information n’a pas été confirmée.

Par Landry Amisi

Les terroristes du M23 ont commencé à ramener leurs blessés de Rutshuru à Bunagana @Photo Droits tiers

publié le 16 décembre 2022 à 06:46:00

Certains blessés graves seront transférés au Rwanda et en Ouganda pour les soins appropriés, ajoutent les mêmes sources. Est-ce le début de l’application de l’accord de Luanda signé comme souhaité par la communauté internationale avant des négociations envisagées par le M23. Difficile de le dire pour l’instant.

Selon le commandement de l’armée congolaise, il ne s’agissait nullement d’une réunion de négociation. « Nous sommes allés les voir pour leur dire d’appliquer les résolutions du mini-sommet de Luanda. Il n’y a pas eu de négociations. Ce qui leur est demandé, c’est leur retrait sans condition des zones qu’ils occupent », a dit à RFI un haut officier de l’armée qui a précisé que la rencontre était initiée par l’Union africaine.

À ce stade, aucune autre réunion du genre n’est prévue, a ajouté le général Sylvain Ekenge, porte-parole de l’armée congolaise. De son côté, le M23 se dit prêt à se retirer, mais insiste toujours sur sa demande d’avoir un dialogue direct avec les autorités congolaises. Depuis son arrivée à Goma, l’armée kényane privilégie le processus politique.

Dans l’entendement de Kigali, le retrait volontaire du M23 signifie l’ouverture des négociations politiques directes entre le pouvoir de Kinshasa et les terroristes. Faux. Le chef de la diplomatie congolaise, Christophe Lutundula a toujours rejeté en bloc toutes discussions directes avec le M23 prévenant que le gouvernement violerait la convention de l’Union africaine sur le terrorisme. De manière sournoise, quelques chefs d’État de la région seraient favorables à un dialogue pour mettre définitivement fin à la crise.

Nos tags

Visite papale
Enrôlement
Élection
Ceni
GUERRE
Agression
Politique

Au pied du volcan Nyiragongo, à une dizaine de kilomètres de Goma au Nord-Kivu, les travaux d’aménagement du site où devait se tenir la messe papale s’étaient arrêtés depuis fin juin. Du chantier ouvert il y a 7 mois, il ne reste que la charpente de la tribune et quelques traçages de la vaste étendue qui était déjà compartimentée en zones.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.