Le Direct
Radio

M23, cette mise au point coupable du Rwanda

En dépit des condamnations fleuves de la communauté internationale visant objectivement le soutien du Rwanda au groupe terroriste M23, le gouvernement de Kigali continue de s’enfoncer belliquesement dans la logique de guerre contre et sur le territoire de la République démocratique du Congo. Paul Kagame reste un voisin nocif qui n’a bâti son empire que sur le terrorisme d’État visant à déstabiliser ses voisins directs.

Par Landry Amisi

Le président rwandais, Paul Kagame acculé par la communauté internationale pour son soutien au M23 @Photo Droits tiers

publié le 25 décembre 2022 à 21:35:26

Kigali appuie sur les mêmes inacceptations pour tenter de se soustraire de la boue qui lui colle publiquement sur le visage. Dans une réaction publiée mercredi 21 décembre 2022, le gouvernement rwandais juge de trompeuses les accusations portées contre lui par l’ensemble des États du monde. Kigali veut taxer l’humanité d’avoir un regard biaisé sur son ingérence militaire en République démocratique du Congo. “C’est une erreur de confondre les mesures mises en place par le Rwanda pour sécuriser ses frontières, avec un appui à un groupe armé en particulier en RDC”, a affirmé le communiqué de presse du gouvernement rwandais. Kigali se mord le doigt de constater que ses crimes longtemps cachés et sciemment commis sur les populations de la RDC scandalisent l’humanité.

Le Rwanda crée le feu contre la RDC mais dit craindre pour sa propre sécurité

Le communiqué de Kigali revient sur le principe de son intégrité territoriale. “L’intégrité territoriale du Rwanda a été régulièrement violée par les FARDC et les FDLR notamment, lors d’une attaque brutale de ces derniers qui a eu lieu à Kinigi en octobre 2019, une zone touristique au nord du Rwanda, attaque lors de laquelle, 14 innocents ont été tués. Plus tôt cette année, plusieurs incidents transfrontaliers dont des tirs de roquette ont eu lieu mais également, des incursions au Rwanda par des soldats des forces armées congolaises. Une violation de l’espace aérien rwandais par un avion de chasse congolais a eu lieu en novembre dernier. Ceci s’ajoute au ciblage des zones frontalières avec le Rwanda, par les FDLR qui se battent aux côtés des FARDC contre d’autres groupes armés dans l’Est de la RDC”, énumère le communiqué. Étonnement ces allégations insuffisamment articulées trahissent une crise d’inspiration dans le chef de Kigali.

Les mêmes accusations retournées à chaque coup diplomatique par le Rwanda ont fini par perdre toute saveur. Comment comprendre qu’un pays prétendument fragile au plan sécuritaire puisse prendre l’initiative délibérée d’une guerre de si grande envergure contre un État souverain, s’interroge un professeur d’université à Kinshasa. Kigali n’a pas su recycler les astuces de ses guerres et a fini par forcer la profonde curiosité de toute la communauté internationale autour de son caractère intresèquement violent et criminel.

Pourquoi s’évertuer à défendre un mouvement terroriste

Le régime de Kagame ne cesse de s’immiscer dans les affaires intérieures de la République démocratique du Congo en cherchant désespérément à opposer le gouvernement congolais à son peuple. Même le groupe armé M23 qu’il habille d’épithètes saugrenus. “Il n’y a eu aucun compte rendu concernant les échecs du gouvernement de la RDC à combattre et à régler d’une part, le problème de plus de 130 groupes armés qui pullulent sur son territoire, et d’autre part, les graves abus commis contre des civils par les Forces armées congolaises et les groupes armés meurtriers en ce compris, le reste de la milice génocidaire des FDLR qui ont été protégé depuis des dizaines d’années en RDC”, accuse-t-il. Paul Kagame se fait passer pour un syndicaliste congolais jusqu’à plaider pour le règlement d’un problème qui ne le concerne ni de près ni de loin. Parlant de 130 groupes armés opérationnels en République démocratique du Congo, le Rwanda ne prend malheureusement pas soin d’en déceler ceux créés par lui. Si Paul Kagame est incapable de résoudre le problème d’un seul groupe armé dénommé FDLR, est-il bien placé pour juger une grande nation démocratique qui brasse harmonieusement plus de 400 tribus? .

Ainsi, Paul Kagame tient à défendre les communautés rwandophones du Congo-Kinshasa alors que celles-ci lui interdisent énergiquement toute ingérence dans leur vie chez eux. C’est ce qui justifie le déplacement massif des Congolais à l’approche du M23. Le Rwanda manipule encore sa communauté internationale en gonflant le nombre supposé des réfugiés congolais vivant sur son territoire. Alors que Paul Kagame a parlé toute honte bue de 35.000 personne tout récemment, le communiqué du 21 décembre va jusqu’à tripler ce nombre à hauteur de 80.000 personnes.

Nos tags

Visite papale
Enrôlement
Élection
Ceni
GUERRE
Agression
Politique

Un cahier des charges reprenant les cas des violations de la Loi sur la sous-traitance, énumérés par la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs du Congo (FNJEC), le club des sous-traitants et la Chambre des mines, a été déposé auprès de l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP).


Drame

Les organisations humanitaires nationales et internationales sont fortement préoccupées par la flambée des violences dans la province du Nord-Kivu. Des populations terrorisées manquent de tout dans les agglomérations de Kishishe et Kitshanga occupées par les terroristes du M23.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.