Le Direct
Radio

Enfin, l’ONU confirme le soutien de l’Ouganda au M23

La population et les observateurs avaient confirmé le déploiement musclé de l’armée ougandaise (UPDF) le jour de la prise de Bunagana, l’ONU n’avait rien vu. Lors de différentes batailles, l’armée congolaise (FARDC) était aux prises avec les forces ougandaises, mais leur communication n’avait jamais été prise au sérieux par les pays membres de l’organisation des Nations unies. Même les récentes prises de Rutshuru et Kiwanja sont l’œuvre des troupes rwando-ougandaises.

Par Landry Amisi

Le président ougandais, Yoweri Museveni dont le pays est accusé de soutenir le M23 @Photo Droits tiers

publié le 16 décembre 2022 à 07:30:00

Enfin, l’ONU peut voir clair. Les experts des Nations unies transmettront incessamment au Conseil de sécurité de l’ONU un rapport incriminant l’armée ougandaise dans les opérations d’agression militaire de la République démocratique du Congo. Une confirmation qui intervient plus de six mois après la prise de Bunagana par les terroristes du M23. Les experts onusiens avaient déjà présenté les mêmes soupçons au président Yoweri Kaguta Museveni. L’homme fort de Kampala avait préféré nier toute présence ougandaise aux côtés des terroristes du M23. Il avait cependant reconnu qu’un officier ougandais se serait engagé à titre individuel dans l’aventure M23. En juillet dernier, un groupe d’experts des Nations unies avait estimé que le Rwanda et l’Ouganda avaient servi de base arrière au M23.

Kampala niait toujours son soutien au M23

Déjà en octobre 2012, le gouvernement ougandais avait rejeté les accusations formulées dans un rapport confidentiel de l’ONU selon lesquelles “le Rwanda et l’Ouganda armaient les rebelles du Mouvement du 23 mars”. Le ministre ougandais des Affaires étrangères de l’époque, Okelo Oryem, avait déclaré que “les accusations étaient de mauvaise foi et destinées à semer la discorde”. En janvier 2014, à l’occasion de la publication du rapport annuel du groupe d’experts des Nations unies qui enquête sur la situation dans l’Est de la République démocratique du Congo, le Rwanda et l’Ouganda furent de nouveau mis en cause pour leur soutien avéré au M23. Le document datant du 12 décembre 2013 “pointa notamment l’existence d’un soutien du Rwanda et de l’Ouganda aux rebelles du M23”.

Tshisekedi mis face à ses responsabilités

Maintenant qu’il n’existe plus aucun doute autour de la présence des troupes ougandaises dans le groupe terroriste M23, Kinshasa devrait tirer toutes les conséquences de la trahison ougandaise. Kampala devrait notamment être invitée à quitter la force régionale de la Communauté des États de l’Afrique de l’Est (EAC) et à se retirer de la force de mutualisation contre les ADF dans l’Ituri et le Nord-Kivu. Paul Kagame et Yoweri Kaguta Museveni qui ont toujours joué ensemble, sont deux frères siamois qui poursuivent les mêmes objectifs, à savoir piller les richesses minérales et entretenir l’insécurité en République démocratique du Congo.

Nos tags

Visite papale
Enrôlement
Élection
Ceni
GUERRE
Agression
Politique

Un cahier des charges reprenant les cas des violations de la Loi sur la sous-traitance, énumérés par la Fédération nationale des jeunes entrepreneurs du Congo (FNJEC), le club des sous-traitants et la Chambre des mines, a été déposé auprès de l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP).


Drame

Les organisations humanitaires nationales et internationales sont fortement préoccupées par la flambée des violences dans la province du Nord-Kivu. Des populations terrorisées manquent de tout dans les agglomérations de Kishishe et Kitshanga occupées par les terroristes du M23.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.