Le Direct
Radio

ZES : les régies financières appelées à respecter les avantages fiscaux, parafiscaux et douaniers

Le ministre de l’Industrie, Julien Paluku Kahongya a mobilisé mercredi à Kinshasa, les responsables des régies financières et services publics collecteurs d’impôts et taxes non fiscales, à s’approprier la politique gouvernementale sur le développement des Zones économiques spéciales (ZES) censées promouvoir la transformation locale des ressources naturelles.

Par Charles masudi

Le ministre congolais de l’Industrie Julien Paluku Kahongya anime à l’intention des régies financières l’atelier sur l’importance de la mise en œuvre des zones économiques spéciales @Photo droits tiers

publié le 3 novembre 2022 à 10:40:00

Au cours de ce face-à-face, l’ex-gouverneur du Nord-Kivu a expliqué aux directeurs généraux et aux responsables des services publics que les aménageurs des ZES ainsi que les investisseurs qui s’y installent, doivent désormais bénéficier réellement des avantages fiscaux, parafiscaux et douaniers comme prévu par le décret du Premier ministre à propos.

Aussi, l’orateur a-t-il rassuré qu’en mettant en œuvre cette politique qui augure la diversification de l’économie du pays, l’Etat congolais ne perd pas ainsi que l’estimaient certains d’entre les participants avant cet échange. A cet effet, Julien Paluku a invité les responsables des régies financières à prendre des circulaires pour sensibiliser leurs administrations et services respectifs à ce sujet.

C’est un sens pédagogique que nous donnons à cet atelier qui est consacré à la sensibilisation sur la mise en œuvre des zones économiques spéciales. Le chef de l’Etat tient à la diversification économique. Le modèle que la RDC a choisi, c’est celui de densifier les zones économiques spéciales à travers le pays. Mais cette question n’est pas souvent comprise et au niveau du gouvernement et au niveau des opérateurs et au niveau de la population. Voilà pourquoi nous avons tenu à organiser cet atelier de sensibilisation pour d’abord parler du cadre juridique qui organise ce régime des ZES pour que les gens comprennent que ce n’est pas une question qui vient de la tête du ministre de l’Industrie. C’est une question qui a été prévue par une loi depuis 2014. On a décliné tous les instruments juridiques qui ont été mis en place partant de la loi en passant par la mise en place de l’Agence des ZES jusqu’au décret qui fixe les avantages qui sont accordés à ceux qui travaillent dans les ZES. Donc l’atelier visait à ce que l’on dise à l’opinion congolaise, aussi bien institutionnelle que non institutionnelle que la RDC a choisi ce modèle économique pour permettre à tous les investisseurs, nationaux et étrangers, de saisir cette opportunité pour devoir diversifier notre économie parce que nous souffrons beaucoup d’importations alors que nous avons la possibilité de devoir créer les produits que nous importons.

L’avantage dans les ZES est que “ça va créer suffisamment d’emplois, de richesses. Nous allons cesser d’être un pays qui est le déversoir des produits qui viennent d’ailleurs, mais un pays qui intègre par exemple des espaces comme la zone libre-échange économique avec des produits que nous allons échanger avec les États membres de différentes organisations régionales”. Voilà pourquoi cette journée de sensibilisation est très importante pour que les administrations congolaises, qu’il s’agisse de la direction des douanes, des impôts, de la DGRAD et toutes les administrations qui collectent les impôts et les taxes non fiscales “puissent savoir quel est le niveau de leur implication pour que nous arrivions à réussir”.

De fois, a insisté le numéro un de l’Industrie, lorsqu’une entreprise vient s’installer et qu’elle accède à des exonérations, il y en a qui pensent que c’est une perte pour l’Etat. Souvent, il y a des barrières. “Voilà pourquoi nous avons aussi dit qu’à l’intérieur de la zone fonctionne un guichet unique”.

Participants à ces assises, les représentants des entreprises SAPHIR CERAMICS, spécialisée dans la fabrication des carreaux, Varun Beverage pour la gamme Pepsi et Unique Production oeuvrant dans les médicaments, qui consolident leur installation dans la ZES pilote de Maluku à l’Est de Kinshasa, ont été félicités par le chargé de mission de l’Agence des zones économiques spéciales (AZES). Augy Bolanda a plaidé pour le concours des administrations et services publics pour faire appliquer le cadre juridique et institutionnel des ZES.

L’expérience de la société ARISE spécialisée dans le développement des ZES en Afrique a été partagée, à cette occasion, par Romain Vangah et Daniel Kambo. ARISE s’emploie à mettre en œuvre la ZES de Musienene, au Nord-Kivu, à la lumière de ce qu’elle avait déjà réalisé au Nigeria, au Kenya ou au Ghana.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.