Le Direct
Radio

Veste obligatoire, bermuda banni pour les députés français

Veste obligatoire, cravate recommandée, bermuda proscrit: l’Assemblée nationale française a tranché mercredi dans une querelle qui enflamme le microcosme parlementaire sur le code vestimentaire dans l’hémicycle.

Par AFP avec Ouragan

publié le 9 novembre 2022 à 13:45:00

Le bureau de l’Assemblée, sa plus haute instance collégiale, a précisé la “tenue de ville” déjà réclamée dans ses “instructions générales”.

La proposition soumise au bureau suggérait simplement de “recommander” veste et cravate pour les hommes. Mais un vote a eu lieu en faveur de “la veste obligatoire” dans l’hémicycle, selon une source parlementaire.

En revanche, “est prohibé le port du short et du bermuda”, qui était déjà de facto interdit par la demande d’une “tenue de ville”.

Si ce code vestimentaire s’applique aux hommes, les femmes, tout comme leurs homologues masculins, sont priées d’observer “une tenue en accord avec la solennité des lieux”.

Une tolérance est également permise pour certains élus souhaitant porter une tenue traditionnelle de leur région, la Polynésie française par exemple.

Le sujet de la “tenue vestimentaire en séance” avait été mis à l’ordre du jour à la demande du député de droite Eric Ciotti, questeur (administrateur) de l’institution.

L’élu avait déploré “une forme de relâchement vestimentaire et comportemental d’un nombre de plus en plus important de députés”, citant notamment ceux de la France insoumise (LFI, gauche radicale).

M. Ciotti avait plaidé en juillet pour “une obligation du port de la cravate pour les hommes” auprès de la présidente de l’Assemblée Yaël Braun-Pivet.

Louis Boyard, 22 ans et élu LFI, avait parodié le courrier du questeur, en réclamant “l’interdiction des costumes aux prix indécents” portés par certains selon lui dans l’hémicycle.

Le port de la cravate a sérieusement reculé dans le monde du travail. Et l’Assemblée, lieu pétri de rites et conventions, se met peu à peu à l’unisson.

Déjà en 2017, avec le débarquement des premiers députés de la gauche radicale avait débuté une révolution vestimentaire: le bureau de l’Assemblée avait dû acter officiellement le droit pour les députés de siéger sans veste ni cravate.

Le bureau vient de revenir sur le port de la veste, désormais obligatoire en séance pour les hommes.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.