Le Direct
Radio

Six “sujets rwandais” arrêtés au Sankuru

Six personnes de nationalité rwandaise ne parlant aucun dialecte de la République démocratique du Congo ont été appréhendées mercredi à Lubefu, l’un des territoires de la province du Sankuru. Elles ont été acheminées à Lusambo, chef-lieu de province.

Par Kokolo Jean

publié le 4 novembre 2022 à 07:37:00

D’après l’abbé Jerry Lokala du diocèse de Tshumbe, c’est depuis 10h50 le mercredi 02 novembre 2022 que les six “Rwandais” retrouvés à Lubefu ont été amenés à Lusambo. “C’est depuis un an et presque une semaine que la présence des Rwandais était signalée à Lubefu, un territoire situé à 175 km du chef-lieu de la province du Sankuru”, a alerté l’abbé Jerry Lokala. Il s’agirait des suspects se faisant passer pour des fermiers ne sachant pas exactement où ils vont et pour le compte de qui ils opèrent. Les services de sécurité ont mis la main sur ce groupe d’étrangers, qui ont été acheminés auprès des autorités provinciales.

Avec eux, ils avaient 180 vaches. Le lieu de leur provenance reste inconnu parce qu’ils ne connaissent aucun dialecte de la province où ils se retrouvent, a expliqué l’abbé Jerry Lokala.

La société civile locale appelle à la vigilance

L’abbé Jerry Lokala, qui a partagé cette nouvelle embarrassante, souligne que les fameux éleveurs nomades sont entre les mains des services de la province.

Au moment où je vous tiens informé, les services de sécurité ont fait leur travail. Pour l’instant, ils sont aux arrêts au commissariat provincial, a-t-il assuré.

Par la même occasion, les leaders de la société civile du Sankuru ont invité la population à la vigilance. Beaucoup soupçonnent une tentative de généralisation de la guerre par le Rwanda afin d’embraser l’ensemble de la République démocratique du Congo.

Nous demandons la vigilance de tout Congolais en général et celle des Sankurois en particulier car notre pays va mal, a conclu l’abbé Jerry Lokala, acteur de la société civile.

A Lusambo, le Gouverneur du Sankuru, Jules Lodi, a rencontré ces six ressortissants étrangers. Dans leurs échanges, il leur a demandé s’ils ont été torturés. Ne parlant aucune autre langue congolaise en dehors du Swahili, ils lui ont répondu qu’ils n’ont pas été torturés et qu’ils se trouvaient au Sankuru à la recherche de pâturages pour leurs bétails.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.