Le Direct
Radio

Rutshuru : 16 morts, bilan lourd de l’agression rwandaise

A Rutshuru-centre et à Rugari, des éléments du M23 mêlés à des soldats de la Force de Défense du Rwanda (RDF) mènent des tueries ciblées sur des populations généralement hostiles à leur présence. Dans l’un des meetings filmés sur place, les terroristes ont menacé toute personne qui ne communiquerait pas une quelconque cachette des soldats gouvernementaux.

Par Landry Amisi

Rutshuru est devenu l’enfer pour les habitants suite aux méthodes fortes imposées par les terroristes du M23 @Photo Droits tiers

publié le 4 novembre 2022 à 08:14:00

Lors des derniers affrontements, plusieurs personnes ont trouvé la mort suite aux bombardements aveugles du M23. Depuis leur invasion à Rutshuru-centre, Kiwanja et Rumangabo, les armées rwandaise et ougandaise auxquelles sont associés quelques déserteurs de l’armée congolaise fouillent maison après maison à la recherche des jeunes hommes qu’ils soupçonnent imaginairement d’avoir collaboré avec les Forces armées de la République démocratique du Congo lors des derniers accrochages avec l’armée gouvernementale. D’autres jeunes sont accusés d’avoir pris position contre les terroristes à travers les médias ou encore d’être proches de certains ministres, députés nationaux ou notables qui se sont distancés de toute conspiration contre la République.

Ougandais, Rwandais et d’autres nationalités identifiés dans le M23 par les habitants

Plusieurs témoignages des populations de Rutshuru affirment avoir aperçu, lors de la prise des cités de Rutshuru, Kiwanja et Rumangabo, des personnes armées parlant des langues étrangères dont le Kiganda (langue ougandaise). Ces derniers ont été vite évacués des centres urbains pour ne pas attirer l’attention des habitants, du gouvernement congolais et de la communauté internationale. Ils se seraient retirés vers Bunagana et d’autres auraient pris la déstination de Masisi. “Certains soldats rwandais étaient en uniforme officiel de la RDF tandis que les Ougandais eux ne se gênent pas de se comporter en territoire conquis”, témoigne un motard de Rugari. Nombreux d’entre les éléments du M23 s’expliquent devant la population qu’ils vont bientôt intégrer les Forces armées de la RDC et qu’ils vont travailler avec l’armée congolaise. D’autres meetings M23 ont révélé que les terroristes ambitionneraient de faire chuter la ville de Goma. “Ils s’intéressent surtout aux armes et munitions des FARDC qu’ils tiennent à récupérer”, a témoigné un habitant de Ntamugenga joint au téléphone.

Lourd bilan des bombardements rwandais à Rugari

D’après le notable Aimé Mukanda Mbusa, activiste des droits de l’homme dans le territoire de Rutshuru, plusieurs civils ont été tués par le M23 depuis le vendredi 28 jusqu’au lundi 31 octobre 2022. Le bilan provisoire pour Rugari seulement fait état de 16 personnes mortes et quelques blessées dans le groupement de Rugari. En effet, “lors des affrontements entre les terroristes du M23 et les FARDC, 11 parmi ces 16 ont été écrabouillés par les bombes lancées depuis Nyesisi et Nyamahanga”, révèle Aimé Mukanda Mbusa. “Les 5 autres seraient des voyageurs qui fréquentaient la route nationale n° 2 (RN2) en provenance de Rutshuru vers Goma à bord d’un mini-bus”, ajoute la même source. Ainsi, les noms de quelques personnes fauchées par la soldatesque rwandaise se présentent de la manière suivante :

  • 1. Marcellin Subwanone (71 ans) ;
  • 2. Sebatumitsi Saïdi (22 ans);
  • 3. Kasereka Justin (14 ans);
  • 4. Nahi obed (12 ans);
  • 5. Nahi gloire (15 ans);
  • 6. Nahi (39 ans);
  • 7. Nsabi Aron (37 ans);
  • 8. Lazaro (42 ans) et
  • 9. Bandarave Shukuru Mukiza (…).

Deux autres cadavres déformés et en décomposition dont l’identité n’était pas claire, ont été retrouvés sur place à Rugari. La même source signale 11 autres personnes trouvées dans 3 maisons totalement endommagées par des bombes. Seul Marcel Sibwanone a été inhumé, mais les 8 autres jonchent les rues de Rugari jusqu’à maintenant.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.