Le Direct
Radio

Les étudiants en SIC de l’UPN encouragés à opter pour la presse écrite

L’Unité de recherche (UR 36) du Centre de recherche interdisciplinaire de l’Université pédagogique nationale (CRIDUPN) et l’Association congolaise des femmes journalistes de la presse écrite (ACOFEPE) ont édifié samedi les étudiants en Sciences de l’information et de la communication (SIC) sur la nécessité d’intégrer la presse écrite. « La Presse écrite, un métier d’appendice pour la nouvelle génération estudiantine en RDC ? », tel a été le thème principal de cette journée scientifique destinée aux étudiants finalistes en communication en la salle « Presse écrite » à l’UPN.

Par Jimmy Sita

Les étudiants en SIC à l’UPN invités à intégrer la presse écrite @Photo Ouragan.cd

publié le 24 novembre 2022 à 09:16:08

Cette journée scientifique a été animée par trois journalistes chevronnés de la presse, à savoir Grâce Ngyke (ACP), Saint Hervé M’Buy (Ouragan.cd) et Miriam Iragi (Acofepenews). Les trois orateurs ont, tour à tour, partagé leur expérience et parcours journalistique avec les participants, en soutenant la présence massive des femmes dans cette filière du journalisme. La rencontre visait à susciter les vocations auprès des jeunes étudiants de l’UPN afin d’intégrer la presse écrite.

D’entrée de jeu, le professeur Nicaise Mangoma Bulata, responsable de l’UR36, a salué l’initiative de l’ACOFEPE qui, à ses yeux, renforce les enseignements dispensés à l’Université afin de préparer les étudiants à s’orienter vers la pratique du métier de la presse écrite.

« Organisez-vous toujours à privilégier l’achat de votre matériel d’apprentissage et de travail, en lieu et place des habits des marques. Parce qu’exercer la presse en général, exige un certain degré élevé de la culture, car l’information est elle-même un produit culturel. Donc, les outils de travail représentent déjà un engagement ferme à apprendre avec amour une profession », a déclaré la vice-doyenne en charge de la Culture à la Faculté des Lettres et sciences humaines de l’UPN, la professeure Arlette Masamuna. « A l’ère du numérique, il est plus responsable pour les professionnels des médias de se battre, afin de maintenir haut la barre de la presse écrite, mère du journalisme », a indiqué le professeur Nicaise Mangoma Bulata, l’animateur principal de l’UR36, spécialiste dans la recherche scientifique sur des questions en rapport avec l’anthropologie de la communication. Il a paraphrasé les propos du numéro un du département des SIC, le professeur Kongo Nlombi dans cette tribune scientifique.

Pour cet éminent orateur, la jeune fille journaliste doit intégrer la presse écrite, dans la mesure où elle est la base de l’éducation et de l’apprentissage mais surtout de la protection. De ce fait, en choisissant comme filière la presse écrite, celle-ci doit développer un caractère lui permettant d’aller plus loin et de rendre les meilleurs services d’informer.

La présidente de l’ACOFEPE, Grâce Ngyke, a expliqué le bien-fondé de cette intégration évoquée dans la presse écrite autant sur le plan quantitatif que qualitatif. « La presse écrite s’exerce mieux par passion. Pas une passion générale mais une passion orientée », a indiqué l’oratrice. Grâce Ngyke, la première panéliste, a invité les étudiantes à se donner surtout à la pratique de la presse écrite pour relever les défis du maintien de celle-ci sur le marché.

L’oratrice a révélé à l’assistance que la presse écrite connait moins de candidatures des filles sous prétexte que c’est un métier difficile. Elle a signifié que l’ACOFEPE a pour objectif de revaloriser le statut de la femme journaliste œuvrant dans la presse imprimée et celle en ligne. Pour ce grand reporter de la Référence Plus, la passion demeure l’élément clé pour une bonne pratique du métier de chevalier de la plume.

Le 2ème panéliste, Saint Hervé M’Buy, journaliste et rédacteur en chef adjoint au média en ligne Ouragan.cd, a partagé son expérience de reporter depuis le journal La semaine du reporter jusqu’à ce jour en passant par l’APA, le Révélateur, The Post et l’Avenir. Passionné de l’écriture, Saint Hervé M’Buy a demandé aux étudiants de fréquenter régulièrement les bibliothèques de la ville de Kinshasa après les heures de cours. Pour lui, cet exercice va contribuer à améliorer leur écriture journalistique et surtout de leur culture générale. Il a exhorté les étudiants à la culture de la lecture pour mieux s’en sortir comme reporter de terrain. Il a rappelé qu’une bonne plume s’améliore chaque jour en lisant des ouvrages, journaux et autres romans littéraires. Il n’a pas manqué de s’inspirer du personnage de fiction du dessinateur belge Hergé, « Tintin », grand reporter et journaliste d’investigation chez la Dépêche. Et la troisième panéliste, Miriam Luani, rédactrice en chef du média en ligne AcofepeNews, a prévenu les étudiants avant de s’engager pleinement dans la pratique du métier de journaliste, que la presse écrite est un métier exigeant beaucoup de rigueur, de sérieux et de discipline.

En conclusion de cette journée scientifique, la présidente de l’ACOFEPE, Grâce Ngyke Kangundu, a invité les participants à cette tribune à rejoindre l’équipe de rédaction du média en ligne AcofepeNews et d’autres médias partenaires pour la poursuite de leur formation professionnelle. Elle en a profité pour féliciter l’équipe rédactionnelle d’Ouragan.cd pour avoir décidé d’évoluer simultanément comme presse en ligne et bi-hebdomadaire en version papier.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.