Le Direct
Radio

Le plaidoyer des mandataires en mines pour la création d’un ordre professionnel

Les mandataires en mines et carrières de la République démocratique du Congo ont plaidé pour la mutation de leur association “Corps des mandataires en mines et carrières” à un ordre beaucoup plus professionnel, à l’instar de l’ordre des avocats . Ils ont exprimé cette ambition mardi 22 novembre 2022, lors de la première édition du Colloque des mandataires en mines et carrières (CMMC-RDC) tenue à Kinshasa autour des thèmes : “Les mandataires en mines et carrières à l’épreuve de la pratique” et ” Les 4 ans du nouveau code minier : Faut-il le revisiter ?”.

Par Alexis Emba

Le ministre d’État et ministre de l’Aménagement du territoire, Guy Loando, participe à l’ouverture du premier colloque du corps des mandataires en mines et carrières à Kinshasa @Photo Droits tiers

publié le 24 novembre 2022 à 09:13:06

Au cours de ce forum de réflexion, ces thématiques ont été décortiquées par des éminents orateurs qui se sont succédé à la tribune pour présenter leurs exposés à travers différents sous-thèmes. Parmi eux, on a noté l’intervention du ministre d’État, ministre de l’Aménagement du territoire, Guy Loando dont l’exposé a essentiellement porté sur “les mandataires en mines et carrières face au marché minier assises”.

De son côté, la présidente du conseil des sages du CMMC, Me Dorothée Madiya a développé le sous-thème lié à l’évolution de l’administration minière et ses conséquences sur le plan économique. Elle a, à cet effet, évoqué des avantages du nouveau code minier qui, selon elle, accorde à l’État congolais une plus grande main mise dans le secteur minier. Me Madiya a souligné que ce code prévoit des garanties suffisantes pour les communautés locales et les dommages causés à l’environnement. Elle a, par ailleurs, relevé les principales aspirations de son organisation notamment bâtir une plateforme professionnalisée qui rassemble tous les mandataires en mines et carrières évoluant en RDC, construire un réseau solidaire et participatif pour tous ses membres, lancer des projets communs et initiatives favorisant l’excellence du métier et renforcer le partenariat du CMMC avec les institutions nationales et locales, tout en envisageant l’ouverture du corps à des institutions internationales. “Nous venons de poser les jalons de l’avenir de notre groupement par de précieux échanges et discussions ouverts et constructfs des réflexions approfondies sanctionnées par des propositions suffisamment fertiles”, s’est réjouie Me Dorothée Madiya, avant de remercier la marraine du CMMC et ministre des Mines, Antoinette Nsamba Kalambayi, pour son apport.

“Son soutien, ses conseils et son encadrement offrent de façon responsable toutes les chances à l’émergence de notre réseau”, a ajouté Madiya tout en témoignant sa profonde gratitude envers le ministre Guy Loando, à la vice-ministre de l’EPST, Aminata Namasia, ainsi qu’à tous les orateurs. “Votre disponibilité, votre énergie et votre souci pour le progrès de notre organisation nous ont fondamentalement marqués. Soyez-en grandement remercié”, a-t-elle dit. Pour la présidente du conseil des sages du CMMC, ce colloque a offert à l’ensemble du corps l’opportunité de s’acclimater de son rôle en tant qu’organisation contributive aux bonnes pratiques de gestion et exploitation des mines en RDC.

D’autres intervenants ont également captivé l’assistance à travers leurs présentations. Il s’agit notamment de : – Me Georges Bokundu, mandataire en mines et carrières, : “Maximisation des recettes minières à l’épreuve de la fraude minière”; -Me Pierre Kasongo , vice-président du conseil des sages du CMMC, “Contrats bénéficiant les clauses de stabilité à l’épreuve du nouveau code minier”; -Me Jean-Pierre Ndobo , mandataire en mines et carrières, “L’impact du nouveau code minier dans la maximisation des recettes minières”; -Me Jean-Paul Kitenge , Bâtonnier au barreau de Lubumbashi, “Les mandataires en mines et carrières à l’épreuve de la pratique”, -Mme Bernadette Mpundu , coordonnatrice de la Chambre des mines et carrières, “La sous-traitance dans le nouveau code minier. Après échanges et débats, des recommandations pertinentes ont été formulées par les différents intervenants.”

Approché par la presse, le ministre d’Etat, ministre de l’Aménagement du territoire, a salué la tenue de cette première édition du colloque du CMMC. Me Guy Loando a souligné que ce corps est une asbl de par la volonté du législateur qui a voulu à ce que l’administration minière ait un corps qui joue le rôle d’intermédiaire entre les titulaires de droit minier et l’administration minière.

Pour lui, ce forum constituait un laboratoire de réflexion qui a tablé sur l’avenir du code minier, soulignant qu’il y a des dispositions qui nécessitent la revisitassions et aussi voir l’impact de ce code sur l’économie du pays dans son ensemble . Me Guy Loando s’est dit convaincu qu’à l’issue de ces échanges réflexifs, de belles résolutions sertiront pour le gouvernement et le Parlement. Il a plaidé pour la mutation de cette association à un corps beaucoup plus professionnel mais il faut, dit-il, une loi pour donner le statut à l’association. Pour cela, a-t-il ajouté, le rôle que doit jouer l’association est de mobiliser, sensibiliser ceux qui ont le pouvoir de légiférer.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.