Le Direct
Radio

Le pétrole de la discorde, de l’immunité et de l’impunité

Le 4 décembre prochain, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP +) se réunira à Vienne en Autriche pour définir la stratégie à adopter. La rencontre aura lieu un jour avant la date ultime de l’embargo contre le pétrole russe. L’OPEP va-t-elle fermer un peu plus le robinet ? Rouvrir les vannes ou privilégier le statu quo ?

Par Gaby Kuba Bekanga

Des installations de la société Total dans le graben Albertine du côté ougandais @Photo Droits tiers

publié le 25 novembre 2022 à 06:16:00

Il serait étonnant que l’OPEP décide d’augmenter l’offre, alors que les perspectives de demande sont encore très incertaines. De plus, on n’a pas encore saisi l’impact réel de l’embargo européen sur le pétrole russe, dit Warren Patterson, spécialiste des matières premières.

Côté demande, les marchés sont suspendus à l’évolution sanitaire en Chine toujours prise au piège de sa politique de « zéro covid ». L’Empire du Milieu est confronté à l’une de ses plus fortes vagues de contamination. Les restrictions et les confinements pèsent lourdement sur l’activité économique de la Chine. L’Agence internationale de l’Energie (AIE), à l’instar de l’OPEP, a revu à la baisse ses prévisions de croissance de la demande du pétrole.

Baisse de la production russe sur fond de polémique

Quant à l’embargo sur le brut russe, il doit entrer en vigueur le 5 décembre prochain. Les pays du G7 s’apprêtent à fixer un prix plafond pour les achats du pétrole russe. Mais, Moscou a d’ores et déjà fait savoir qu’il ne livrerait pas une seule goutte aux pays appliquant le plafonnement des prix.

D’après l’AIE, l’ensemble des mesures devrait se traduire par une baisse de la production russe de l’ordre de 2 millions de barils par jour par rapport aux niveaux d’avant la guerre en Ukraine.

La décision finale de l’OPEP et de ses alliés sera un baromètre des relations entre l’Arabie Saoudite et les USA, tendues après une coupe de 2 mb/j. D’après Washington, de tels quotas constituent un soutien indirect à la Russie pour financer la guerre. Il s’agit simplement de stabiliser le marché, rétorque Riyad.

Immunité et impunité contre le pétrole saoudien au profit des USA

Les spéculations sur une hausse de production appuyée par l’Arabie Saoudite ont été relancées la semaine dernière. L’administration Biden a estimé, auprès d’un juge fédéral que le prince héritier Mohamed Ben Salman (MBS) devait bénéficier d’une immunité en tant que souverain.

A ce titre, il ne devait pas être poursuivi par la justice américaine dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat, il y a quelques années, du journaliste Jamal Khashoggi.

Cette décision de Joe Biden de faire de MBS un intouchable, a été interprétée comme une concession de Washington à Riyad. En échange, l’Arabie Saoudite accepterait d’essayer de baisser les prix du pétrole. On comprend clairement que la question des droits de l’homme sur le plan international est un gros mensonge. Tout dépend du côté où l’on se trouve.

En attendant la fin de la discorde, on demande à la RDC de ne pas exploiter ses blocs pétroliers pour protéger l’environnement. Entre-temps, le Congo devra subir le choc exogène dû à la crise pétrolière.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.