Le Direct
Radio

“Kin la poubelle”, Ngobila aphone après le tollé des sénateurs

Ordures abandonnées sur la voirie, trottoirs hideux, nids-de-poule innombrables, encombrements perpétuels, difficulté de circulation. Jamais la capitale de la République démocratique du Congo n’a été aussi sale et bruyante. Les Kinois dénoncent l’obstination du gouverneur Ngobila qui nie la réalité.

Par Richard Ntumba

Des ordures abandonnées sur la voie en plein centre-ville de Kinshasa @Photo Droits tiers

publié le 15 novembre 2022 à 06:52:00

Rien ne lui fait peur, pas même sa formidable capacité à se tromper. C’est, paraît-il, le revers de son caractère bien trempé. Gentiny Ngobila ne fait jamais marche arrière, et surtout pas quand il a tort. La polémique qui enfle sur la saleté à Kinshasa s’est accentuée depuis le début de la saison pluvieuse.

Après chaque pluie, la capitale congolaise est honteusement submergée par des inondations qui dégradent la chaussée. Sachets, bouteilles en plastiques, problèmes de voiries, la mégapole est méconnaissable à chaque averse. Ce qui prouve une gestion atypique de la salubrité publique dans une ville qui se veut moderne.

A première vue, on sent l’amateurisme et le bricolage. Même sans poser la question, tout Kinois comprend que l’autorité urbaine tâtonne. Le projet Kin-Bopeto demeure du pur saupoudrage. Pourtant, Ngobila, lui-même, excelle par un langage outrancier quand il s’agit de répondre sur son fameux projet Kin-Bopeto, le fiasco de la décennie. Sans arguments pour convaincre, il s’en prend à ses détracteurs.
En réalité, il a échoué, sur toute ligne, de gérer la ville, en commençant par les ordures. Déjà que devant son bureau, c’est un lac artificiel qui se crée quand il pleut abondamment. “S’il n’a pas le courage de nettoyer devant sa propre cour, peut-il le faire ailleurs”, s’est interrogé un de ses opposants à l’Assemblée provinciale. Même pour l’éclairage public, il n’y a aucun suivi. Même quand les lampadaires ne fonctionnent plus, le gouverneur n’agit plus. Il n’ordonne pas à ses services d’y veiller. Une route peut être éclairée aujourd’hui et deux semaines après, elle plonge dans l’obscurité totale. Cela ne l’émeut pas. Bref, Kinshasa apparaît comme un bien abandonné. Aucun tableau de bord. Voilà pourquoi les sénateurs ont été tranchants.

Réquisitoire sévère des Kinois contre Ngobila

Neuf Congolais sur dix jugent que la ville de Kinshasa est trop sale. Les images d’une capitale défigurée déferlent sans discontinuer sous le regard d’une population agacée par l’inaction du chef de l’exécutif provincial, Gentiny Ngobila Mbaka. Tout le monde en a marre. Du président de la République, Félix Tshisekedi, en passant par les députés nationaux et sénateurs, tous dénoncent l’insalubrité et le “saccage” de Kin la belle. La dernière sortie du président du Sénat, Bahati Lukwebo, qui a déploré le visage d’une capitale défigurée par une insalubrité inouïe.

“Tout se résume en seul mot, l’impunité. Ce que nous vivons, c’est l’impunité. Tant qu’on ne punit pas, c’est-à-dire on ne met pas en exécution les règlements qui existent et bien, nous irons toujours en reculant. Le visage qu’offre notre capitale, surtout lorsqu’on rentre de l’extérieur, n’est pas du tout reluisant. Telles que les choses se présentent aujourd’hui, je peux dire sans me tromper que mon village Katana est plus propre que la ville de Kinshasa. Dans mon village natal, on y respire de l’air frais, vous y avez de l’eau, de l’électricité, des routes et des espaces verts. En plus tout est urbanisé”, avait déclaré Modeste Bahati lors d’une plénière. Quand les étrangers débarquent dans la ville, l’image de Kimbanseke qui les accueille, est pitoyable. Aux abords du boulevard Lumumba, c’est un capharnaüm où les gens étalent leurs produits à même la boue même quand il pleut. Tout le monde voit sauf le gouverneur. Pour preuve, l’opération Kin-Bopeto n’est jamais passée par-là ou il ne sait pas que c’est lui qui doit entreprendre, mobiliser et sensibiliser. Ngobila doit donner l’impulsion car c’est l’image de sa ville.

“Kin-Bopeto”, “Gombe-Bopeto”, ces projets irréalisables de Ngobila Mbaka qui attisent la colère des Kinois

Le successeur d’André Kimbuta est contesté plus que jamais jusque dans sa famille politique. Ses projets pharaoniques n’aboutissent pas pour la plupart des cas. Le grand marché- Zando a été laissé à l’abandon au grand dam des Kinois. Certains habitants de la capitale interrogés par Ouragan.cd, estiment que Ngobila aurait mieux fait de rester dans ses affaires privées, au lieu de prétendre diriger la ville alors qu’il avait déjà lamentablement échoué au Maï-Ndombe. “Rien ne va dans cette ville. Nous ne savons pas ce que fait Ngobila, nous avons l’impression que c’est un figurant à l’hôtel de ville, car aucun de ses projets n’a réussi. Il nous a vendu du vent depuis son arrivée à la tête de la ville. Nous vivons dans les ordures, quand il pleut la capitale est méconnaissable, pas d’endroits où mettre le pied”, s’est indigné un membre de la société civile habitant la commune de Ngaliema.

Le gouverneur de Kinshasa se trouve dans le dur. Il est sous pression des oppositions locales et nationales qui le somment de réagir. Étonnant, Ngobila trouve des boucs émissaires. Il fait porter ses échecs sur ses bourgmestres. Il les accuse de n’avoir pas un plan de développement, chacun dans sa municipalité, alors qu’ils reçoivent une rétrocession du gouvernement provincial. Toutefois, la colère est lisible dans la capitale où la population qui est obligée de payer chaque fois l’impôt, est contrainte de vivre dans des conditions d’insalubrité très inacceptables.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle faire parmi les fléaux qui gangrènent la République démocratique du Congo depuis des années. Plusieurs provinces touchées par les conflits armés et intercommunautaires sont les plus frappées. Voilà pourquoi, le Réseau de l’alliance parlementaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en République démocratique du Congo (RAPSAN/RDC) a résolu d’impliquer les députés nationaux et les sénateurs dans ce combat contre la faim.


Justice

Contre toute attente, la Cour constitutionnelle donne raison à Pascal Beveraggi dans l’affaire qui l’oppose à Moise Katumbi. Un arrêt controversé est rendu aux forceps. L’acte étonne non seulement les acteurs de la justice mais également des citoyens lambda.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.