Le Direct
Radio

Kagame boycotte le mini-sommet de Luanda

Le président rwandais n’a pas fait le déplacement de la capitale angolaise (Luanda), où il était attendu pour prendre part au mini-sommet sur la crise entre son pays et la RDC.

Par Blandine Wane

Paul Kagame, le président rwandais a brillé par son absence au mini-sommet de Luanda @Photo Droits tiers

publié le 23 novembre 2022 à 21:26:38

L’attente a été longue. Finalement, Paul Kagame a brillé par son absence. Lors des travaux, le président rwandais s’est fait représenter par son ministre des Affaires étrangères, Vincent Biruta. Un acte que la majorité des Congolais considèrent comme un sabotage. « Pourquoi il n’a pas voulu se rendre à Luanda ? En posant un tel acte, il se culpabilise davantage et nous pensons que la diplomatie congolaise commence à payer et l’homme fort de Kigali se sent coincé », a souligné expert en sciences politiques. Pour certains observateurs, Kagame a juste voulu payer Kinshasa avec la monnaie de sa pièce, en réfusant de se rendre à Nairobi. La population congolaise est fatiguée d’innombrables pourparlers qui n’aboutissent pas alors que sur les fronts, les armes continuent de crépiter.

Des combats se sont poursuivis mercredi 23 novembre 2022 entre l’armée congolaise et les terroristes du M23 dans le village Kishishe, à environ 3km du chef-lieu du groupement de Bambo, chefferie de Bwito (Nord-Kivu). Les affrontements à l’arme lourde ont suscité la panique au sein de la population riveraine de Bukombo, Birambizo et de Kirima, chefferie de Bwito (Nord-Kivu).

Une chose est vraie. Paul Kagame tord le cou aux recommandations des organisations de la sous-région, qui exigent à son armée comme à ses supplétifs du M23, le retrait sans condition du sol congolais. Même le Conseil de sécurité de l’ONU a, dans une déclaration de presse publiée tout récemment, appelé “les groupes armés à s’inscrire dans le schéma de la paix. Ses membres ont reconnu les mesures prises pour opérationnaliser la Force régionale.” Le déploiement des forces du Burundi et de l’Ouganda demontre l’importance de la protection des civils, de la coordination et du partage d’informations avec la MONUSCO.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.