Le Direct
Radio

Guerre M23, Kinshasa au centre de la diplomatie africaine

Kinshasa avance ses pions sur le plan diplomatique dans la crise qui l’oppose à Kigali. Le gouvernement congolais mobilise la communauté internationale et régionale en faveur de sa cause.

Félix Tshisekedi, président de la RDC avec son homologue bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embalò @Photo Droits tiers

publié le 15 novembre 2022 à 07:39:00

Le week-end dernier, le chef de l’Etat a, tour à tour, reçu en audience ses collègues de l’Angola, de la Guinée Bissau et le chef de l’Etat honoraire du Kenya. Tous, sans exception, sont venus apporter leur contribution pour le retour de la paix dans l’Est de la RDC, en proie à l’agression rwandaise via le M23. Le dernier sur cette liste, Uhuru Kenyatta, en séjour à Kinshasa, a appelé les Congolais au patriotisme pour faire face à la crise sécuritaire dans l’Est. “Mes frères et sœurs congolais, je voudrais vous dire ceci : il y a ceux qui viennent d’ailleurs pour vous diviser. Mais, ils ne vous divisent pas parce qu’ils vous aiment. Ils vous divisent pour leurs intérêts qu’ils cherchent dans votre pays. C’est la responsabilité de tout Congolais”, a-t-il déclaré à la Radio Okapi. Le chef d’Etat honoraire du Kenya a recommandé aux groupes armés qui écument la partie orientale du pays de déposer les armes pour une paix durable. Il a expliqué que les bruits de bottes ne peuvent amener le développement au pays car ils ne font que les victimes.

Durant son séjour kinois, Uhuru Kenyatta a pris langue avec le président de la République et la cheffe de la MONUSCO avec lesquels il a planché sur le retour d’une paix durable dans l’Est de la RDC.

L’arrivée d’Uhuru Kenyatta coïncide avec le déploiement des troupes kenyanes sur le sol congolais. La première vague est arrivée depuis samedi dernier à Goma (Nord-Kivu). Il s’agit d’une centaine de militaires, déployés dans le cadre de la Force régionale de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), pour rétablir la paix dans l’Est de la RDC. Dans une déclaration faite à la presse congolaise, le commandant des troupes Kenyanes, Inetchenne Kanulubiro, a affirmé que ses hommes sont venus travailler aux côtés des FARDC pour mettre les ennemis hors d’état de nuire et que la RDC ne puisse perdre aucune partie de son territoire. Le même week-end, Kinshasa a accueilli deux chefs d’Etats en exercice à savoir : L’Angolais Jöao Lourenço, médiateur désigné par la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et de l’Union africaine (UA) pour la désescalade entre la RDC et le Rwanda, et de Umaro Sissoko Umbalo de Guinée Bissau. Principal motif de leurs visites : venir à bout de l’insécurité dans la partie Est de la RDC par l’éradication de tous les groupes armés dont les terroristes du M23 et des ADF.

L’appui diplomatique dont peut bénéficier le régime de Kinshasa ne change en rien la détermination des FARDC de prendre le dessus sur les assaillants. L’armée congolaise a repoussé une tentative d’incursion, dimanche 13 novembre, des rebelles du M23 à Kibumba, territoire de Rutshuru (Nord-Kivu). Les terrorises se sont hasardés en vain de contourner les positions des FARDC pour avancer vers Kanyamahoro mais ils n’ont pas pu pénétrer cette zone du territoire de Nyragongo. Avec l’arrivée du contingent kényan, les militaires congolais sont requinqués et certains analystes estiment que les jours sont désormais comptés pour les rebelles du M23.

Blandine Wane

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.