Le Direct
Radio

Finances publiques, la DGI accroît de 80% ses prévisions des recettes 2023 par rapport à 2022

Le gouvernement congolais a augmenté de 80% les prévisions des recettes fiscales de l’exercice budgétaire 2023 par rapport à 2022 courant, 7 à 12,8 milliards de francs, soit environ 6 milliards de dollars. Mais pourtant, ce sont les mêmes stratégies appliquées pour l’exercice 2022 que le gouvernement a reconduit au fisc pour quasiment doubler les recettes

Le bâtiment abritant la direction générale de la DGI à Gombe à Kinshasa @Photo Droits tiers

publié le 3 novembre 2022 à 07:19:00

Il sied de noter que les recettes escomptées des impôts pour l’exercice budgétaire 2023 sont chiffrées à 12.833,9 milliards de FC, soit environ 6 milliards de dollars. Par rapport à 2022 courant, les recettes de la DGI devrait connaître un taux d’accroissement de 80 %. Ces prévisions des recettes sont, en effet, constituées des impôts sur les rémunérations, 1.939,1 milliards de FC, soit 15,1%des recettes des impôts, des impôts sur les bénéfices et profits, et sur les revenus des capitaux mobiliers, 8.237,9 milliards de FC, soit 64,2% des recettes des impôts, la taxe sur la valeur ajoutée, 2.568,9 milliards de FC, soit 20,% et les autres recettes, 88 milliards de FC, soit 0,7% des recettes attendues du fisc en 2023. La Direction générale des Impôts (DGI) pourrait-elle facilement atteindre ses assignations ? Les experts répondent par l’affirmative, en tablant, derechef, sur le secteur minier ainsi que les réalisations de 2022. Le management de Barnabé Muakadi a prouvé que les assignations fixées sont toujours dépassées.

Indicateurs macroéconomiques tout verts

Plus que cent petits millions de dollars, la RDC devrait dépasser le seuil de 4 milliards de dollars des réserves de change. Novembre, on le sait, est un mois de grandes échéances fiscales. Les indicateurs macro[1]économiques sont tous au vert, a laissé comprendre le ministre d’État en charge du Plan, Christian Mwando. “Nous avons constaté que les réserves de change restent autour de 3, 90 milliards $US, donc une tendance haussière”, a-t-il confié aux médias au de terme de la réunion hebdomadaire du comité de conjoncture économique, tenue le 26 octobre 2022, à la primature. Et le ministre d’État en charge du Plan d’ajouter, “Nous avons constaté qu’il y a quand même une très bonne tenue des finances publiques notamment le taux de change qui reste aujourd’hui autour de 2012 franc congolais pour 1 dollar à l’officiel et 2087 au parallèle”. D’après la loi des finances exercice 2022, le taux de change fin période devrait s’établir à 2130,07 FC/US$. Mais un franc fort ou stable face au dollar n’a d’impact sur le quotidien du Congolais que si les prix des denrées alimentaires et autres biens de consommation de base est à la portée du pouvoir d’achat des ménages. Voilà sans doute pourquoi, le 1er ministre, Sama Lukonde, veut-il se rassurer de la baisse des prix des biens exonérés de la TVA.

Allègements fiscaux Mi-octobre 2022, le 1er ministre Sama Lukonde a, en effet, signé deux décrets sur le gel de la TVA, à savoir le décret n°22/30 du 15 octobre 2022 portant suspension de la perception de la TVA sur les produits de première nécessité et le décret n°22/31 du 15 octobre 2022 portant suspension de la perception de la TVA à l’importation et à la vente de certains biens dans les domaines de la cimenterie et de l’immobilier. Au terme de la réunion hebdomadaire du comité de conjoncture économique, tenue le 26 octobre 2022, à la primature, Sama Lukonde a instruit le comité de conjoncture économique (ministres du Budget, Plan, Finances, Économie, Commerce extérieur et Gouv BCC) de s’employer pour contrôler et contenir les prix des biens de première nécessité sur les marchés. Bien souvent en RDC, les opérateurs économiques paient l’Etat en monnaie de singe, après avoir bénéficié du régime d’allègements fiscaux. “Le Premier ministre est revenu également sur la question du décret portant suspension de la TVA. Il a été demandé qu’un contrôle soit mis en œuvre pour que les prix des produits de première nécessité en subissent les effets notamment par la baisse des prix. En tout cas, d’ici la fin de l’année que les prix soient maintenus”, a confié, à la presse, au sortir de la réunion, le le ministre d’État en charge du Plan, Christian Mwando. “Il a rappelé que le Premier ministre Sama Lukonde, soucieux de constater rapidement la baisse des prix des biens de consommation courante sur les différents marchés en vue de soulager la souffrance de la population, a donné des instructions claires au comité de conjoncture économique pour qu’un contrôle rigoureux soit déclenché sur les marchés“. Sama Lukonde et ses ministres du secteur Ecofin ont également échafaudé des stratagèmes pour la couverture suffisante du pays en produits pétroliers jusqu’à la fin de l’année.

Nadia Mwayuma LEVI

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.