Le Direct
Radio

17 ans après, le mystère demeure sur le double meurtre du couple Ngyke

Les orphelins de feu Franck Ngyke Kangundu, avec un coeur déchiré, se sont exprimés mardi à Ouragan.cd, 17 ans après la disparition de leurs parents. Le dossier de l’assassinat de leur père, ex-journaliste au quotidien “La Référence Plus” et de leur tendre mère, Hélène Mpaka, piétine. Sa troisième fille, Grâce Ngyke, présidente de l’ACOFEPE a pris la parole pour dénoncer un silence complice. A ses yeux, la famille n’a pas encore perdu espoir et continue à croire au rebondissement du procès de leurs parents. Selon l’oratrice, plusieurs organisations des médias ont demandé à JED de faire pression pour la réouverture du procès mais jusque-là, cette recommandation est restée lettre morte. La famille Ngyke attend être éclairée sur les vrais mobiles de ce double meurtre. D’ailleurs, le récit du drame n’a jamais été révélé par les quatre militaires déférés devant la justice.

Par Saint Hervé M’Buy

Les Ngyke attendent être éclairé sur le vrai mobile de ce double meurtre @Photo droits tiers

publié le 7 novembre 2022 à 16:11:00

Récit du drame du couple Franck Ngyke

Grâce Ngyke se souvient encore de l’assassinat de son feu père “Franck Ngyke Kangunda”. Elle témoigne que le mercredi 02 novembre 2005, le journaliste Franck avait été désigné pour assurer le marbre à la Référence Plus. Il a bouclé son édition à minuit. Entre-temps, son épouse Hélène Mpaka l’avait rejoint. Ce qui n’était pas une nouveauté dans le vécu du couple. A minuit trente, les deux embarquent à bord de leur voiture Mercedes 190 de couleur noire, pour regagner leur domicile conjugal, situé sur l’avenue Ngaliema au numéro 87, quartier Mombele, dans la commune de Limete. C’est vers 00h30’ qu’ils arrivent à destination. Franck klaxonne et sa fille Gracia, 20 ans, vient ouvrir le portail. La voiture s’immobilise dans la cour. Le couple sort. Mme Mpaka Kangundu s’empresse de fermer les portières de la voiture et son mari était retourné à l’entrée pour fermer le portail. C’est juste en ce moment là que deux coups de feu vont retentir. Une balle perce la tôle du portail. Troublé, Franck Ngyke va perdre ses réflexes pendant que trois hommes cagoulés avaient déjà foncé dans la parcelle le menaçant avec son épouse, armes braquées sur les deux. Franck Ngyke va tenter en vain de fuir vers la porte de derrière de sa maison, mais l’un d’eux va intimer l’ordre au journaliste de s’arrêter. Des paroles qui trahissent le crime, sortirent de leurs bouches. “Nous sommes venus vous tuer”. Le journaliste finit par comprendre que c’était la fin de sa vie sur terre. Il a beau essayer de proposer aux criminels une somme de 200 dollars américains qu’il avait sur lui, son téléphone portable et sa voiture Mercedes, pour sauver sa peau. Sans succès. Son épouse avait même offert ses bijoux. Peine perdue. Son fils Djoudjou, 23 ans, réveillé entre-temps par le vacarme, sortira de la maison pour s’enquérir de la situation. Les assaillants vont tirer sur lui, et la balle va l’atteindre à la clavicule. Le neveu de Franck Ngyke, Cloclo Biebie Kangundu, qui observait la scène à travers la fenêtre, prit son courage et sauva Djoudjou le tirant derrière la maison. Les deux vont escalader le mur de la parcelle et s’enfuir. Hélène va recevoir une balle dans la hanche quand elle avait osé s’enfuir, par derrière. Malgré la douleur, elle s’était efforcée de ramper jusque devant la fenêtre de la chambre des enfants. Elle s’était mise à frapper fort tout en appelant au secours, explique Grâce revoyant sous ses yeux ce jour sombre de sa vie. Les assaillants étaient sans piété. Ils vont lui flanquer une deuxième balle dans le dos. L’épouse du journaliste rendit l’âme devant ses enfants après avoir beaucoup saigné. Cet acte ignoble avait courroucé Franck qui voulait en découdre avec les assassins. Ils vont lui tirer une première balle au niveau de reins. Comprenant que c’était sa fin, le journaliste tente de s’échapper par portail. Une deuxième balle va percer sa poitrine. Il s’écroule, à son tour, sous le regard médusé de ses enfants. Les pauvres se mirent à crier au secours dans tous les sens. Bien qu’enfermés dans la maison, les bandits les somment de se taire.

Le crime a été commis malgré les efforts fournis par le neveu de Franck Ngyke pour alerter le poste de police le plus proche. Aucune intervention n’est venue. La famille Ngyke exige de l’Etat la vérité.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.