Le Direct
Radio

Salubrité médiatique : Patrick Muyaya veut nettoyer tous les médias en lambeaux

Le ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya est déterminé à poursuivre des reformes dans le secteur médiatique. Il a réiteré son voeu jeudi au cours de la table ronde sur l’industrie des médias en RDC, initiée à l’occasion de la 3ème édition du forum Nkelo Bantu.

Par Saint Hervé M’Buy

Patrick Muyaya prône une nouvelle image des medias lors de la table ronde sur l’industrie des médias en RDC, initiée à l’occasion de la 3ème édition du forum Nkelo Bantu @Photo Droits tiers

publié le 7 octobre 2022 à 19:00:00

Le changement de « narratif » prôné par Patrick Muyaya passe également par une meilleure remise à l’ordre dans le paysage médiatique congolais. Programmes routiniers, contenus insipides, les médias congolais sont depuis plusieurs années tombés sur leur piédestal. Afin d’assainir l’univers médiatique congolais, le ministre de la Communication a dû accorder d’ailleurs un moratoire de 21 jours aux télédistributeurs et éditeurs des programmes. Malgré ce délai, certains ont fait preuve d’obstination. Pragmatique, Muyaya qui veut balayer toute léthargie dans le fonctionnement des médias congolais, annonce la fermeture imminente de plusieurs chaînes ne respectant pas les règles du travail.

Lorsque vous regardez ces chaînes comment elles fonctionnent. Administrativement, on a un problème, techniquement, il y a un problème, au point du contenu, il y a aussi un problème. Donc, en réalité, elles ne devraient même jamais exister. C’est ça le constat. Lorsque vous mettez un peu plus le contrôle comme maintenant, je vous épargne de toutes les lettres que je reçois, simplement pour qu’on ne ferme pas mais je pense qu’on va fermer parce que c’est un impératif, a tranché Muyaya.

Avant de renchérir : “Ma présence dans ce ministère est une opportunité pour remettre de l’ordre à tous les niveaux et je le ferai, comptez sur moi”. Dans le souci de remettre le secteur de médias congolais dans le vrai sens de la marche, Patrick Muyaya ne ménage aucun effort depuis sa nomination à la tête du ministère de la Communication et médias, pour apporter une cure de jouvence. Mettant sur le devant de la scène son “nouveau narratif”, le ministre des Médias qui tient à opérer une véritable salubrité médiatique, a rencontré jeudi 6 octobre 2022, les acteurs de son secteur afin de réfléchir sur les difficultés et défis qui s’imposent aux médias.

Globalement, les médias ne sont pas viables, ne sont pas assez fournis en programmes, il y a de grosses demandes de la part de l’État, la part de la régulation, la part de tout. Ici, nous avons expliqué notre boussole, vous savez au terme des états généraux où nous avons réuni tous les différents acteurs, sous la présidence du chef de l’État, nous avons tracé une ligne, a déploré Patrick Muyaya.

Vers la subvention des médias publics et privés

Par ailleurs, Patrick Muyaya s’est dit déterminé à peser de tout son poids en tant qu’État pour subventionner les médias publics et privés. “C’est une obligation pour nous de subventionner les médias privés ou publics. Mais moi en tant qu’État, je ne peux pas subventionner les entités que je ne connais pas”, a déclaré l’orateur. Le ministre des Médias a rassuré dans la foulée le processus d’adoption de la nouvelle loi sur la presse. “Bientôt au niveau du gouvernement, nous allons finir le processus d’adoption de la nouvelle loi sur la presse qui sera un point de départ. Nous travaillons conjointement avec l’UNPC pour organiser son congrès qui marquera aussi un moment de renouveau, pour qu’ensemble, nous tous les acteurs du secteur, puissions nous mettre d’accord sur les réformes qui doivent être faites, même si elles seront douloureuses”, a ajouté Patrick Muyaya. Et d’ajouter : “Par exemple, certains médias dans le cadre de l’assainissement en cours devront disparaître ou tout au-moins devront réinvestir à 100% pour être sûrs qu’ils peuvent opérer.”

Le porte-parole du gouvernement a enfin rassuré que le texte actuel sera revisité. “Il faut redonner la force à des structures notamment de régulation ou d’autorégulation pour qu’ils soient en mesure de contenir tous les écarts observés dans les médias”, a-t-il indiqué. Le ministre Muyaya a enfin prôné une nouvelle image des médias congolais en balayant le statu quo que vit le secteur.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.