Le Direct
Radio

Justice, vers le classement sans suite du dossier Kalev

De retour à Kinshasa, il y a quelques semaines, l’ex-chef des renseignements, Kalev Mutond a été entendu mardi, au parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe.

Par Patrick Mputu

publié le 5 octobre 2022 à 14:28:30

L’ancien patron de l’ANR est poursuivi par la justice congolaise pour des faits d’arrestations arbitraires, de tortures, traitements cruel, inhumain et dégradant, ainsi que de tentative d’assassinat durant son règne. Le flic a comparu sans contradicteur. Il semble se tirer d’affaire, selon plusieurs sources judiciaires. A deux ou trois reprises, le ministère public l’avait déjà disculpé. Même les plaignants ont disparu des radars. Dans les couloirs du Palais de justice, il se murmure que la tendance est de laisser le barbouze humer l’air frais de liberté dans son pays. Voilà pourquoi l’homme fort du régime Kabila est rentré. L’ex-tortionnaire, comme le qualifient les ténors de Lamuka, aurait négocié son retour au pays avec l’appui des pays de la région.

Des sources recoupées renseignent que le prochain rendez-vous devant le même procureur est pris pour le jeudi 06 octobre. Au regard de signes avant-coureurs, les mêmes sources ont révélé que la justice serait favorable à un classement sans suite de cette affaire mais aussi du retrait du mandat d’arrêt et de l’avis de recherche contre lui.

En clandestinité depuis mars 202 pour échapper à la justice, de nombreuses perquisitions ont été réalisées dans ses résidences avant qu’il ne réapparaisse plusieurs mois après. En son temps, M. Mutond et son conseil avaient dénoncé la méthode forte employée lors des perquisitions de ses bureaux et résidences.

Depuis le début, les avocats de Kalev ont rejeté toutes les accusations portées contre leur client. D’ailleurs, ils avaient déposé une plainte contre les plaignants pour imputations dommageables, dénonciations calomnieuses et association des malfaiteurs.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.