Le Direct
Radio

Goma : les journalistes sensibilisés sur la situation sécuritaire dans l’Est

Au pire moment de la guerre qui secoue la partie Est de la République démocratique du Congo (RDC), les chevaliers de la plume ont été sensibilisés sur la position à prendre pendant cette période.

Par Alexis Emba

Le général Sylvain Ekenge, porte-parole des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) @Photo Droits tiers

publié le 27 octobre 2022 à 16:22:19

Le porte-parole de l’armée congolaise, le général Sylvain Ekenge a échangé mercredi 26 octobre avec les journalistes sur la situation sécuritaire qui prévaut dans l’Est de la République démocratique du Congo.

Nous sommes en guerre même si elle n’est pas encore déclarée. Vous devez vous comporter comme en situation de guerre. Et, vous devez agir et travailler en patriote. Nous devons nous comporter en conséquence. Ce n’est pas possible que l’on parle de l’armée n’importe comment. Quand je lis les réseaux sociaux, je me demande s’il n’y pas ceux-là qui travaillent pour l’ennemi, a-t-il fait savoir.

L’officier supérieur a rappelé aux journalistes que dans aucun pays au monde, “on parle pas n’importe comment de l’armée, ni de ses plans, moins encore de ses objectifs comme ce fut le cas dans notre pays”.

Le général Sylvain Ekenge prévient que la guerre est réelle et les choses sont extrêmement sérieuses. “Si vous allez servir des pièces de raisonnance du Rwanda, ne vous étonnez pas quand les organes des médias seront fermés ou quand des journalistes seront arrêtés”, a-t-il averti.

Les combats se poursuivent au Nord-Kivu entre l’armée congolaise et les terroristes du M23. Les loyalistes se comportent bien dans le territoire de Rutshuru. D’ailleurs, ils contrôlent un axe important sur la route nationale numéro 2 depuis la matinée de ce jeudi 27 octobre 2022. Selon des sources contactées sur place, les rebelles et leurs alliés rwandais ont été repoussés à Chumirwa. Cette voie sera bientôt ouverte au trafic, a-t-on appris d’une autorité locale.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.