Le Direct
Radio

Enfin, Karega fait ses valises

Les dernières attaques des armées rwandaise et ougandaise auront été la goûte d’eau qui a fait déborder le vase. Kinshasa annonce des mesures extrêmes contre Kigali. Expatriation de l’ambassadeur Vincent Karega et bien d’autres mesures de restriction aux frontières des deux pays.

Par Jeanric Umande

Vincent Karega, l’ambassadeur du Rwanda expulsé par les autorités congolaises @Photo Droits tiers

publié le 30 octobre 2022 à 15:32:04

Les décisions du Conseil supérieur de la Défense de la République démocratique du Congo sont des plus sévères. L’intensification des combats des Forces de défense du Rwanda (RDF) et de l’Armée de défense du peuple ougandais (UPDF) aux côtés des rebelles terroristes du M23 contre les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) constitue la ligne rouge franchie par les agresseurs. Félix Tshisekedi a convoqué samedi soir la réunion du Conseil supérieur de la défense pour arrêter d’importantes décisions.

D’après Patrick Muyaya Katembwe, le ministre de la Communication et médias et porte-parole du gouvernement, le Conseil a décidé notamment “d’expulser dans les 48 heures suivant sa notification, Monsieur Vincent Karega, ambassadeur plénipotentiaire du Rwanda en poste en République démocratique du Congo”. Et ce, en raison d’une part, de la persistance de son pays à agresser la RDC et à appuyer le mouvement terroriste M23 qu’il instrumentalise à cette fin et d’autre part, “du mépris tinté d’arrogance des autorités rwandaises vis-à-vis tant du processus de Nairobi et de Luanda que des recommandations de la communauté internationale, plus précisément des Nations unies, de l’Union africaine, de la communauté des États de l’Afrique de l’est, de la SADC et des partenaires multilatéraux”, a stigmatisé le porte-parole du gouvernement.

Muyaya rapporte en outre que le Conseil supérieur de la défense “exige unanimement la cessation des activités terroristes du M23 et de tout appui extérieur” et surtout “son retrait sans délai, ni condition des localités congolaises occupées”.

Kinshasa pourrait aller jusqu’à la fermeture des frontières

Kinshasa décide d’envoyer en toute urgence une mission humanitaire pour porter assistance aux populations déplacées à la suite de ces événements. Le porte-parole du gouvernement précise que le Conseil supérieur de la défense demande au gouvernement Sama Lukonde Kyenge de “prendre des nouvelles mesures supplémentaires de restriction d’accès au territoire congolais à l’encontre du Rwanda” et d’accroître la force de frappe des forces armées et de sécurité du pays.

À l’issue de cette réunion de haut niveau, Kinshasa a réaffirmé sa volonté de “rester engagée dans le processus de paix de Nairobi et de Luanda en vue de restaurer durablement la paix, la sécurité et la stabilité dans la région des Grands lacs”. En ce moment particulier où l’unité nationale est menacée, le Conseil supérieur de la défense a “félicité les forces de défense et de sécurité de la République démocratique du Congo pour leur bravoure et détermination à défendre l’intégrité territoriale de notre pays, à protéger les populations ainsi que les institutions de la République”, a mentionné le ministre.

Un rapport non-publié de l’ONU pointait une implication du Rwanda auprès du M23 et, cette semaine, un ambassadeur américain aux Nations unies a clairement évoqué “l’aide apportée par les Forces de défense rwandaises au M23”. Le Rwanda dément et accuse en retour la RDC – qui nie elle aussi – de collusion avec les FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda), un mouvement de rebelles hutu rwandais dont certains impliqués dans le génocide des Tutsi en 1994 au Rwanda. Plusieurs initiatives diplomatiques ont été lancées pour tenter de surmonter la crise, sans succès jusqu’à présent.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle faire parmi les fléaux qui gangrènent la République démocratique du Congo depuis des années. Plusieurs provinces touchées par les conflits armés et intercommunautaires sont les plus frappées. Voilà pourquoi, le Réseau de l’alliance parlementaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en République démocratique du Congo (RAPSAN/RDC) a résolu d’impliquer les députés nationaux et les sénateurs dans ce combat contre la faim.


Justice

Contre toute attente, la Cour constitutionnelle donne raison à Pascal Beveraggi dans l’affaire qui l’oppose à Moise Katumbi. Un arrêt controversé est rendu aux forceps. L’acte étonne non seulement les acteurs de la justice mais également des citoyens lambda.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.