Le Direct
Radio

RDC : le diplomate algérien, Toufik Djouama fait ses adieux

L’ambassadeur de la République démocratique et populaire d’Algérie en République démocratique du Congo (RDC), Toufik Djouama est arrivé en fin de mission après trois ans de service à Kinshasa.

Par Alexis Emba

L’ambassadeur d’Algérie en RDC, Toufik Djouama arrivé fin mission à Kinshasa. @Photo Droits tiers

publié le 6 septembre 2022 à 15:13:18

“Ma mission a pris fin après 3 ans de service en République démocratique du Congo (RDC) et je rentre dans mon pays en attendant un nouveau poste d’attache”, a-t-il confié mardi à Ouragan.cd, avant de faire le bilan de ce qu’il a entrepris au pays de Lumumba.

Toufik Djouama explique que des contacts avec des responsables de différentes institutions ou organisations et d’autres initiatives prises dans différents domaines ont permis de renforcer les relations entre les deux pays durant sa mission en RDC.

En termes de bilan, le diplomate s’est réjoui de tout ce qu’il a entrepris dans le cadre de la coopération bilatérale entre les deux nations et surtout d’avoir noué des contacts principalement dans les domaines économiques et culturels. “Je pars avec le sentiment de satisfaction personnelle et professionnelle car durant notre séjour, j’ai essayé de nouer des contacts avec les responsables de différentes institutions, de la société civile voire même avec les journalistes. J’ai eu à deux reprises, la visite du ministre algérien des Affaires étrangères, une première pour un ambassadeur de recevoir des visites de haut niveau couronnées de succès”, s’est-il flatté.

Pendant son mandat, M. Toufik Djouama ajoute qu’il a essayé de relancer le programme boursier qui était en veilleuse à cause du Covid-19. A l’heure actuelle, assure-t-il, un travail est en train d’être réalisé pour l’améliorer, l’adapter et aussi nouer des contacts non seulement avec les membres de l’association des anciens étudiants congolais d’Algérie mais aussi avec les autorités congolaises pour voir comment augmenter le nombre des bourses.

Le diplomate a également évoqué le travail réalisé avec la communauté algérienne et particulièrement les Congolais qui ont étudié en Algérie regroupés au sein de l’association sus-évoquée. D’après lui, cette association compte aujourd’hui une centaine de membres. “C’est pour nous une occasion de renouer des contacts et rester aussi en étroite collaboration, voir comment renforcer les relations entre les deux pays”, a-t-il fait savoir.

Trois ans après, M. Djouama a également parlé de son implication pour que les deux pays consolident leurs échanges commerciaux. A cet effet, il dit avoir organisé plusieurs visites d’hommes d’affaires congolais en Algérie et réciproquement en vue de scruter les opportunités. Le diplomate algérien dit avoir laissé deux grands projets en chantier dans le secteur économique. Il s’agit de la création d’un forum d’hommes d’affaires et l’organisation d’une visite de la délégation d’hommes d’affaires algériens en République démocratique du Congo (RDC) dans le but d’explorer les opportunités d’affaires. Il a exprimé le vœu de voir son successeur parachever ces projets.

Évoquant la situation sécuritaire, il a vivement salué les efforts fournis par le gouvernement congolais dans le cadre du processus de paix de Nairobi et de Luanda pour des solutions durables dans la crise dans l’Est. “Nous sommes très contents de voir les initiatives provenir des Africains pour résorber en interne leurs propres problèmes”, a-t-il rappelé. S’agissant de la situation du Sahara occidental, le diplomate algérien tout en évitant toute confrontation aveugle, assure, durant son séjour, avoir défendu la position de son pays en se fondant sur les principes cardinaux régissant les relations internationales et qui sont chers aux Africains. Il s’agit, selon lui, des principes de l’autodétermination grâce à laquelle la grande partie des pays africains ont eu leur indépendance ; l’intangibilité de frontières héritées de la colonisation qui d’ailleurs constitue l’un des principes fondateurs de l’Union africaine et enfin de la non- reconnaissance de l’acquisition de territoires par la force. Grâce à ses interventions, explique-t-il, l’opinion congolaise et la presse en particulier ont pu comprendre la quintessence de la problématique et se faire une idée sur cette question.

Toutefois, il a exprimé le regret de constater que sa mission a été perturbée par la crise sanitaire due à la pandémie du Covid-19. “Le Covid-19 a impacté notre travail en tant que diplomate car on n’a pas eu l’opportunité de travailler comme il se doit et surtout de nouer des contacts avec les différentes composantes de la société congolaise”, a-t-il souligné. Toufik Djouama a également des remords pour n’avoir pas eu l’occasion de visiter l’intérieur du pays notamment Goma et Lubumbashi.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

La Casamance s’est recueillie lundi à la mémoire des près de 1.900 passagers du Sénégal et de multiples nationalités morts 20 ans plus tôt jour pour jour dans le naufrage du Joola, un des pires désastres maritimes civils de l’histoire.


Politique

C’est officiel . Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a été officiellement saisi par une plainte de la Dynamique progressiste révolutionnaire contre le président de la République du Rwanda, Paul Kagame. Le regroupement politique accuse le chef de l’État rwandais de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes d’agression commis dans la partie Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Appel d'offres

Banque centrale du Congo : Avis d’appel d’offres national


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.