Le Direct
Radio

Présidence : Vidiye Tshimanga jette l’éponge

Révocation et poursuites judiciaires réclamées. Vidiye Tshimanga, l’homme au cœur d’un scandale, voulant faciliter l’accès aux mines du pays en échange d’une commission, a rendu le tablier. En moins de 24h, le fameux conseiller stratégique du chef de l’État a perdu la confiance de son boss.

Par Patrick Mputu

Vidiye Tshimanga, le conseiller stratégique démissionnaire de Félix Tshisekedi @Photo Droits tiers

publié le 16 septembre 2022 à 17:02:48

Dans le dur, l’homme a décidé de précipiter son éviction. Mais des sources sûres, l’ex-président du Dcmp a été contraint à la démission. De toutes les façons, il n’avait pas de choix. Lui le commissionnaire en chef qui a sali l’image du pays. Depuis que cette affaire l’a éclaboussé, son sort était déjà scellée. Déjà un communiqué lu par le directeur de la presse présidentielle, Éric Nyindu a prévenu que “toute personne, y compris au sein du cabinet du président de la République, dont le comportement avéré aura enfreint la loi, la déontologie de sa fonction ou le règlement d’ordre intérieur du cabinet présidentiel, subira la rigueur de leurs effets”.

Ainsi, rappelle le texte, Félix Tshisekedi a constamment fait montre de fermeté pour combattre le fléau de la corruption qui a appauvri notre pays depuis des décennies. “La création de l’agence nationale de prévention et de lutte contre la corruption (APLC), la réhabilitation de l’Inspection générale des finances (IGF), la redynamisation de la Cour des comptes ainsi que le processus de digitalisation de l’administration publique en sont les preuves tangibles”, a-t-elle démontré.

Depuis son accession à la magistrature suprême en 2019, a insisté le cabinet, le successeur de Joseph Kabila a fait de la lutte contre la corruption l’un des piliers de son action. “La défense de l’intérêt général, le respect strict de la loi et la promotion de l’état de droit sont au cœur de la vision du président Tshisekedi pour édifier une justice sociale profitable à tous les congolais”.

De ce fait, conclut la présidence, cela ne se fera qu’au prix de l’exigence d’exemplarité de la part de chaque congolais, à commencer par ceux qui dirigent le pays.

Devant les faux investisseurs qui l’ont piégé, Tshimanga s’est vanté d’avoir financé la campagne de Tshisekedi fils à la présidentielle de 2018. Par conséquent, il leur a promis d’user de son influence pour obtenir des licences d’exploitation minière, éviter la paperasserie et « protéger » leur investissement contre des fonctionnaires indiscrets.

Plus grave, le président du parti politique Dynamique Congo Uni (DCU) a affirmé devant les faux investisseurs dans la vidéo devenue virale et publiée par le média suisse Le Temps, qu’il a le pouvoir d’engager la République. “Le président, c’est moi. Le président ne fait pas des affaires directement. J’avais financé sa campagne électorale pour qu’il devienne président”, s’est-il vanté.

Dans des vidéos en caméra cachée, Vidiye Tshimanga, le conseiller stratégique du président Tshisekedi offre un accès aux mines du pays en échange d’une commission. Curieusement, il s’en défend et prétend avoir, au contraire, voulu piéger ses interlocuteurs.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

La Casamance s’est recueillie lundi à la mémoire des près de 1.900 passagers du Sénégal et de multiples nationalités morts 20 ans plus tôt jour pour jour dans le naufrage du Joola, un des pires désastres maritimes civils de l’histoire.


Grogne sociale

“Choqué”, le mot dénote du ton ferme utilisé par Denis Mukwege après la violente répression de la manifestation des médecins du SYNAMED en grève sèche depuis deux mois.

Appel d'offres

Banque centrale du Congo : Avis d’appel d’offres national


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.