Le Direct
Radio

Pénurie du carburant à Kinshasa : Didier Budimbu appelé à désamorcer le cocktail explosif

En l’espace de trois mois, Kinshasa connaît en ce début de mois septembre qui a coïncidé avec la rentrée scolaire une poussée de fièvre due à la pénurie du carburant.

Par Moïse Musangana

Didier Budimbu, le ministre congolais des Hydrocarbures. @Photo Droits tiers

publié le 8 septembre 2022 à 18:00:55

Des longues files sont observées dans les stations-services ; certains automobilistes y passent carrément la nuit.

Dans un contexte aussi marqué par des embouteillages qui n’en finissent pas, se déplacer dans la capitale devient un véritable parcours de combattant. Les uns appellent ainsi le g. ouvernement à remédier à cette situation le plus rapidement possible, tandis que les autres, de plus en plus radicaux, faisant fi de la conjoncture internationale sur fond de la guerre russo-ukrainienne dont l’une des conséquences est l’énergie chère au monde, trouvent ici l’occasion d’en découdre avec le régime Tshisekedi. D’autre part, désabusée par la subvention des produits pétroliers, la profession pétrolière se montre aux antipodes de l’exécutif et surfe sur la vérité. Vivement interpellé, Didier Budimbu, ministre en charge des hydrocarbures, est appelé à désamorcer le cocktail explosif. Plutôt que des mesures à la semaine, ce secteur si stratégique requiert une grande attention et des politiques publiques adéquates devant intégrer la donne internationale.

Fin mai 2022, le prix du carburant a été réajusté afin de faire face à la pénurie du carburant qui avait mis à l’épreuve, principalement, la ville de Kinshasa. Dans la partie Ouest du pays, y compris la capitale, le prix d’un litre d’essence est passé de 2.095 FC à 2.345 FC, soit 250 FC d’augmentation, celui du gasoil a atteint à 2335 FC. Cette augmentation de prix valait également pour les parties Nord, Est et Sud du pays. Mais après trois mois d’accalmie, Kinshasa replonge dans la crise.

Ressentie en premier lieu dans le secteur aéronautique qui a vu ainsi des avions cloués au sol, faute de stock du jet A1, la crise du carburant s’étend également au super, voire au gasoil, dont les stocks sont au plus bas par manque de réapprovisionnement. Ce qui a conduit le gouvernement et la profession pétrolière au rationnement en attendant que des tankers annoncés mouillent la côte congolaise. Du coup, des longues files des véhicules et motos ont repris dans les stations-services. Certains conducteurs y ont élu carrément domicile.

Dans un contexte marqué également par des embouteillages autour des stations-service et sur les principales artères de la capitale, se déplacer à Kinshasa devient un véritable parcours de combattant. Surtout en cette période qui coïncide avec la rentrée scolaire. Les élèves éprouvent toutes les peines du monde pour arriver à l’école et en repartir. De même que les parents qui ne savent pas rejoindre facilement leurs postes de travail, ainsi que les autres citoyens appelés à des activités diverses. L’agitation gagne quelques crans. Angoissés, les uns et les autres montent au créneau. D’une part, l’on appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités pour remédier à cette situation le plus vite que possible et, d’autre part, les radicaux trouvent en la situation l’occasion d’en découdre avec le régime Tshisekedi.

Désamorçage difficile du cocktail explosif

Face à cette situation critique susceptible de conduire à une émeute, Didier Budimbu, ministre en charge des Hydrocarbures, a donné de la voix. D’abord par un communiqué le mardi 06 septembre, ensuite par une déclaration à la radiotélévision nationale le mercredi 07 septembre. Ces deux sorties en l’espace de deux jours successifs attestent de la gravité de la crise de carburant.

Par ses sorties médiatiques, en effet, le ministre Didier Budimbu a tenu à apaiser la population, frappée de plein fouet par cette pénurie du carburant, et à la rassurer des efforts entrepris par le gouvernement pour juguler au plus vite cette situation. Il a, de ce fait, annoncé l’arrivée, le 14 septembre, d’un bateau de ravitaillement. Dans la foulée, un autre tanker pourrait accoster quelques jours plus tôt suite au décaissement réalisé dans l’urgence par les ministères du Budget et des Finances. Ce qui va, sans doute, remonter le niveau des citernes des pétroliers, lequel niveau est présentement critique. Situation qui a poussé l’exécutif, de concert avec la profession pétrolière, d’appliquer un plan de contingence en vue de baisser la consommation journalière d’essence qui est passée de 1100 m³ à 660 m³/jour. Ceci dans la perspective d’éviter une éventuelle rupture totale des stocks.

En vue de la gestion efficiente de cette période passagère marquée par la baisse de stocks d’essence, le patron des Hydrocarbures, qui a fait savoir que le gouvernement prend en charge 1700 FC sur chaque litre de carburant vendu, a appelé les uns et les autres à un esprit patriotique, c’est-à-dire, de ne pas faire le plein de leurs véhicules afin de permettre à tout le monde d’accéder à ce liquide précieux. Et d’indiquer que les stations-service sont aussi concernées par ce plan de contingence avec la limitation du volume en litre par véhicule.

L’appel du ministre des Hydrocarbures a reçu un accueil mitigé dans l’opinion. Dans leur ensemble, les Kinois se montrent très préoccupés par cette pénurie qui les empêche de vaquer paisiblement à leurs occupations et en rajoute à leur quotidien difficile au départ. Les plus radicaux, se recrutant globalement parmi les détracteurs du régime Tshisekedi, qualifient de bla-bla les explications ainsi fournies. Pour eux, le maître-mot, c’est la démission de l’actuel régime.

L’énergie chère n’est pas l’apanage de la seule RDC, mais….

La RDC n’est pas le seul pays au monde à connaître présentement la pénurie du carburant. La situation est internationale avec le monde qui est ainsi pris dans le piège de la guerre russo-ukrainienne. Lequel conflit vient à la suite du Covid-19 qui a mis à l’épreuve les grandes économies mondiales et dont les effets sont encore perceptibles, entraînant ainsi celles de la périphérie dans une incertitude caractérisée. Les sanctions prises par l’Occident contre la Russie en rapport avec l’agression de l’Ukraine a eu des répercussions néfastes sur beaucoup de pays, y compris occidentaux.

L’inflation n’épargne pas nombre de pays européens au point que, vingt ans après son lancement, l’Euro a reculé devant la devise américaine. L’Europe est en train d’expérimenter l’énergie chère. Avec la fermeture des robinets par la Russie, le prix de l’essence, et aussi du gaz, prend de l’envol et entraine à la hausse des prix d’autres denrées et services. Cette crise a aussi des retombées sur le plan alimentaire avec la difficile exportation des céréales russes et ukrainiennes dans plusieurs coins du mode.

En Allemagne, le prix de l’essence et du gasoil est monté il y a une semaine, ainsi qu’indiqué sur ce panneau photographié ce mercredi 07 septembre dans la petite ville d’Alsdorf. Il est passé en moyenne de 1,6 à 2,3 euros, soit plus de 5000 FC. Un compatriote du nom de Beckson Beya a du parcourir le même jour à vélo 15 km qui sépare sa ville Alsdorf à celle de Baesweiler.

A cause de l’essence chère, il a rangé carrément sa voiture dans le garage. Il réserve sa voiture pour des courses autrement plus urgentes et privilégie, désormais, le transport public. Mais après trois mois de baisse sensible du coût du transport public décrétée par le gouvernement pour alléger les charges de la population face à l’énergie chère, l’abonnement mensuel vient de passer de 9 à 110 euros.

Dans l’Hexagone, le président Emmanuel Macron a recommandé tout récemment aux Français la sobriété. Il les a prévenus que les jours à venir seront durs. Un de nos compatriotes vivant à Rouen, en France, a posté mercredi une vidéo devenue virale dans laquelle il fait la file dans une station-service. A l’occasion, il a appelé ses compatriotes au pays à ne pas se moquer de leur pays, ainsi que de ses dirigerants. Si les grandes économies au monde peuvent être ainsi affectées, quel peut être le sort de celle de la RDC, désarticulée depuis des lustres ? Aussi, plus près de nous, l’Angola et le Congo-Brazzaville, de surcroît producteurs du pétrole, ont été secoués pendant de longues semaines par la tempête pétrolière. Le Cameroun et tant bien d’autres pays africains n’ont pas été à l’abri.

Le problème de l’énergie chère est réel. Il est global. Il appelle, cependant, des mesures spécifiques inhérentes à chaque pays pour y faire face. La RDC y compris.

Vérité de prix, anticipation et politiques publiques adéquates

En rapport avec cette crise, le gouvernement et la profession pétrolière ne semblent pas parler le même langage. Ils paraissent ne pas avoir, l’un et l’autre, la même appréhension du problème. Invité le mardi 06 septembre à l’émission «Dialogue entre Congolais» sur Radio Okapi, Simplice Mulumba, directeur général de la Société pétrolière Okapi distribution, n’a pas usé de circonlocutions. Il a indiqué que la solution à la pénurie du carburant à Kinshasa passe par le remboursement de 400 millions USD aux sociétés pétrolières de manque à gagner dû au système de subvention. Ceci aux fins de se réapprovisionner. Tout en demandant au gouvernement de réajuster le prix à la pompe pour créer l’équilibre, il a laissé entendre que quarante-huit heures suffisent pour résorber ladite crise. Et afin de résoudre ce problème de manière efficace et durable, il pense qu’«il suffit que le gouvernement rembourse aux sociétés pétrolières le manque à gagner dû au système de subvention, supprime ce système, et fixe le prix réel».

Par contre, son contradicteur, Tony Chermani, conseiller technique Aval du ministre des Hydrocarbures, ne voit pas les choses en termes de pénurie du carburant. Il parle plutôt de baisse drastique du volume de stocks physiques, notamment, dans le terminal SEP Congo. Le stock en place, a-t-il noté, est bas. Ce qui a conduit au plan de contingence en attendant les navires qui arrivent. Il a rassuré que les solutions sont en train d’être trouvées pour le jet, l’essence et le gasoil. Les propos de MM. Simplice Mulumba et Tony Chermani attestent bel et bien que le gouvernement et les pétroliers n’émettent pas sur une même longueur d’onde. L’un est motivé par le profit, ce qui est normal pour la profession pétrolière, et l’autre par la protection du pouvoir d’achat de la population et la préservation de la paix sociale, ce qui relève de la responsabilité de l’Etat.

Un juste milieu est-il possible entre les deux parties ? C’est une question qui requiert des négociations sincères et objectives en vue de prendre en compte les intérêts mutuels et trouver une plage de leur contrebalancement afin de minimiser les pertes de chacune de parties et les contenir. D’autre part, le gouvernement se doit d’apprendre de jouer à l’anticipation et développer, le cas échéant une communication de crise. La situation internationale vient même à sa rescousse, c’est-à-dire lui donne beaucoup d’arguments pour ce faire. Il importe donc de devancer les évènements et non attendre d’être à leur remorque pour donner de la voix.

Le carburant, pour ne pas parler du pétrole et de ses dérivés, est une matière stratégique qui requiert une grande attention et un monitoring du gouvernement. Au centre de toutes les activités, il peut, si on n’y prend pas garde, être le détonateur d’une explosion sociale à même de bousculer l’ordre établi. La mise en place des politiques publiques adéquates en la matière est donc utile pour résoudre cette question de façon efficace et durable. L’engagement pris par la RDC d’être comptée parmi les producteurs importants de l’or noir au travers des appels d’offres internationaux sur les 32 blocs pétroliers et gaziers qu’elle regorge, est à encourager. Mais, c’est une politique à long terme, dont les effets ne sont pas immédiats. Il y a nécessité d’une vison à moyen et court termes. Les sociétés étatiques dans le secteur des hydrocarbures, telles l’ex-COHYDRO et COBIL, importent être redynamisées et rendues compétitives pour faire le contrepoids des privés, ce qui pourrait amener à un certain équilibre sur le marché. La subvention reste, en attendant, un outil dont on ne sait se passer pour le moment, mais il reste que son harmonisation eu égard à l’envolée de prix pétroliers sur le marché international et à la protection du pouvoir d’achat de la population est utile afin de ne pas écraser la profession pétrolière, d’une part, et d’augmenter à l’excès, d’autre part, les charges de l’Etat. La mise en place d’un stock de soudure est absolument nécessaire pour faire face à certains aléas. Mais en attendant, le ministre Didier Budimbu, par devers lui le gouvernement est appelé de toute urgence à désamorcer le cocktail explosif au centre duquel le carburant est non seulement la matière la plus inflammable, mais aussi le détonateur. Des négociations avec la profession pétrolière sont utiles

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

La Casamance s’est recueillie lundi à la mémoire des près de 1.900 passagers du Sénégal et de multiples nationalités morts 20 ans plus tôt jour pour jour dans le naufrage du Joola, un des pires désastres maritimes civils de l’histoire.


Politique

C’est officiel . Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a été officiellement saisi par une plainte de la Dynamique progressiste révolutionnaire contre le président de la République du Rwanda, Paul Kagame. Le regroupement politique accuse le chef de l’État rwandais de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes d’agression commis dans la partie Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Appel d'offres

Banque centrale du Congo : Avis d’appel d’offres national


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.