Le Direct
Radio

Manifestation réprimée des médecins, Mukwege se dit “choqué”

“Choqué”, le mot dénote du ton ferme utilisé par Denis Mukwege après la violente répression de la manifestation des médecins du SYNAMED en grève sèche depuis deux mois.

Denis Mukwege, prix Nobel de la paix et médecin directeur de l’hôpital de Panzi à Bukavu (Sud-Kivu) @Photo Droits tiers

publié le 27 septembre 2022 à 11:40:25

La semaine dernière, le personnel soignant avait pris d’assaut les rues de plusieurs villes du pays pour réclamer l’augmentation des salaires. A Kinshasa, la capitale, ils étaient environ 2.000, vêtus de leurs blouses blanches pour manifester, sur fond de tensions avec la police.

Médecin de son état, le gynécologue estime que « manifester n’est pas un crime et ne devrait jamais être réprimé par les forces de l’ordre ».

Choqué par les images de la violente répression survenue à Kinshasa contre les médecins manifestants du SYNAMED.
Manifester n’est pas un crime et ne devrait jamais être réprimé par la police qui doit garantir aux citoyens le libre exercice de leurs droits
fondamentaux, s’est-il exclamé sur Twitter.

Des questions de divergences entre le gouvernement et le banc syndical (notamment les frais de transport et logement des médecins) seront au centre du prochain atelier d’harmonisation entre le gouvernement et le banc syndical.

Plamedi Kibwana, stagiaire IFASIC

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.