Le Direct
Radio

Liberté provisoire accordée au “Monsieur stratégie” de Tshisekedi, la toile s’enflamme

Tollé général après la liberté provisoire accordée à Vidiye Tshimanga, le “monsieur stratégie” du président Félix Tshisekedi poursuivi pour tentative de corruption et trafic d’influence.

Par Patrick Mputu

Vidiye Tshimanga Tshipanda, ex-conseiller des questions stratégiques du président Félix Tshisekedi @Photo Droits tiers

publié le 27 septembre 2022 à 21:56:15

Monsieur Vidiye Tshimanga a bénéficié d’une liberté provisoire par le parquet général. Il a été libéré et est rentré chez lui, a déclaré son avocat Me Théodore Ngoy Ilunga.

Détenu depuis mercredi 21 septembre après une longue audition au parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe, l’ex-conseiller des questions stratégiques de Tshisekedi subit déjà le courroux d’une grande frange de la population.

Bon nombre de Congolais pensent à tort ou à raison que cette libération met à mal l’état de droit. Des réactions pleuvent. Politiciens et acteurs sociaux, nombreux sont montés au créneau.

“Quelle crédibilité pour notre justice ? Qu’on cesse de les arrêter…Ça serait mieux !!!!”, a hurlé sur Twitter le journaliste Yves Buya. Les autres, comme le cadre Ecidé, David Mukandu a affirmé sur le même média que : “la justice dans mon pays n’existe pas. Il nous faut des réformes institutionnelles”.

Certains anonymes qualifient cette décision de libération provisoire de Kamerhe d’un scandale judiciaire. “Les opprimés ont déjà perdu espoir en cette justice, et les bourreaux qui, autrefois, se sentaient traqués se disent aujourd’hui que c’était une justice Make-up mais au fond rien de bon”, ont-ils dénoncé.

Le proche du président de la République
était sur la sellette depuis près d’une semaine après la diffusion d’une vidéo compromettante où on le voit proposer a ses interlocuteurs un accès aux mines en échange d’une commission. De l’autre côté, ses avocats se sont réjouis du bon déroulement de la justice mais préfèrent se réserver en attendant la suite de la procédure.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.