Le Direct
Radio

Kinshasa : la VSV condamne la répression de la marche des médecins par la police

La Voix des sans voix pour les droits de l’homme (VSV) condamne avec véhémence la répression barbare et brutale de la marche pacifique organisée mercredi 21 septembre 2022, par le “Syndicat national des médecins (SYNAMED)” par des éléments de la police nationale congolaise (PNC), à Kinshasa.

Par Alexis Emba

La marche pacifique des médecins a été dispersée mercredi par les éléments de la police à coup des gaz lacrymogènes @Photo Droits tiers

publié le 25 septembre 2022 à 07:37:03

L’organisation indique que les éléments de la police ont dispersé les manifestants juste au début de la procession, en usant des gaz lacrymogènes, rapporte un communiqué parvenu samedi 23 septembre 2022, à Ouragan.cd. Elle ajoute que les manifestants ont été tabassés, roués de coup de bâtons, des cordelettes et des matraques électriques. Certains ont été appréhendés avant d’être embarqués sans ménagement à bord d’une jeep de la police n°06/01 puis relaxés. Plusieurs blessés ont été répertoriés parmi les manifestants dont l’un d’eux a été visé par une grenade qui a explosée sur son corps brûlant et déchiquetant sa blouse blanche, poursuit-elle.

Les policiers se sont même évertués à piller et extorquer les effets personnels des médecins dont argent, téléphones portables, et autres effets personnels.

La VSV souligne que le bilan de cette répression fait état d’une dizaine de blessés parmi lesquels on peut citer docteurs Kabuse (réanimateur à l’Hôpital général de Référence de Kinshasa (HGRK), Gilembe du Centre mère et enfant de Barumbu, Misengelo Bobo du CEMMAS à Yolo/Mabanga (blessé à la tête), Mme Ngongo Tatiana de HGRK (entorse à la cheville droite…). Toutes les victimes ont été prises en charge par Synamed.

Face à cette situation, la VSV appelle le gouvernement congolais à faire diligence pour interpeller les éléments de la PNC, auteurs de brutalités, humiliations et traitements cruels, inhumains ou dégradants à l’égard des médecins lors de leur marche pacifique afin qu’ils répondent de leurs actes ; à répondre sans tergiverser aux revendications des médecins ; et à prendre en charge les victimes pour tous les préjudices subis.

Les médecins membres de Synamed observent actuellement une grève dans les établissements hospitaliers publics. L’objectif de cette grève est de dénoncer la précarité de leurs conditions socio-professionnelles caractérisées par l’inexistence d’un salaire de base pour les jeunes médecins, l’existence des médecins non mécanisés, non payés et donc non reconnus par la Fonction publique, la non prise en charge des médecins malades par le gouvernement, l’inexistence de la retraite des médecins, la non prise en charge des médecins décédés et leurs membres de famille et l’absence du décompte final. De même, des médecins engagés depuis 2019 ne sont pas encore notifiés jusqu’ à ce jour. L’on signale que cette marche pacifique programmée sur toute l’étendue du territoire national s’est déroulée sans accrochages dans dix-huit (18) provinces de la République démocratique du Congo (RDC) sauf dans la ville-province de Kinshasa et dans la province du Tanganyika.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

Le procès de quatre des accusés de l’attentat jihadiste de la ville balnéaire de Grand-Bassam en 2016, le premier commis en Côte d’Ivoire, qui avait fait 19 morts civils dont des ressortissants européens, s’est ouvert mercredi à Abidjan.


Économie

Le ministère de l’Economie a revu à la hausse les prix des carburants terrestres. C’est ce qui ressort de l’arrêté n°039 portant fixation des prix des carburants dans la zone ouest, signé le 28 novembre par Nicolas Kazadi, ministre ad intérim.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.