Le Direct
Radio

Exclusif – Barnabé Muakadi projette d’atteindre cinq milliards de dollars fin 2022

Il séduit par son style de gestion. Depuis son arrivée à la tête de la Direction générale des impôts, Barnabé Muakadi pulvérise les records.

Par Jeanric Umande

Le directeur général de la Direction générale des Impôts, Barnabé Muakadi plébiscité meilleur manager de l’année 2022 par NSI à Houston aux États-Unis @Photo Droits tiers

publié le 27 septembre 2022 à 12:03:55

A l’international, il est désormais considéré comme un gestionnaire modèle. Tout récemment à Houston aux États-Unis, sa gestion exemplaire lui a valu le prix NSI du meilleur manager de l’année 2022.

Dans une interview accordée à Ouragan.cd, 7sur7.cd et Africanews.net, le DG de la DGI projette d’atteindre d’ici fin 2022, 11 milliards francs congolais, soit cinq milliards de dollars américains. Ainsi, il va dépasser de loin ses assignations. Une preuve de plus que Muakadi préforme réellement. D’ailleurs, son esprit managérial fait cas d’école. Loin de se contenter de cette moisson abondante, il lance avant la fin de l’année, de nouvelles réformes qui vont tripler encore les recettes de la DGI.

Avec la TVA par exemple, le nouveau logiciel permettra de renflouer suffisamment les caisses de l’Etat. Voilà pourquoi, Muakadi ne cesse de sensibiliser les Congolais d’être des bons citoyens en payant l’impôt. C’est l’unique façon, dit-il, pour permettre au gouvernement de disposer des moyens pour construire des routes, ponts, hôpitaux, écoles… .

Ouragan.cd : En tant que Manager de l’année 2022 proclamé par le Forum North South Investissements (NSI) de Houston aux USA, suite à la mobilisation des recettes fiscales record en RDC, est-ce pour vous une grande responsabilité ? 

Barnabé Muakadi : C’est vraiment une lourde responsabilité. Nous avons un défi pour donner au gouvernement les moyens pour faire sa politique. Nous sommes là pour soutenir notre président de la République qui prône la bonne gouvernance, nous devons le soutenir dans sa politique : la bonne gouvernance. Il a un projet pour ce pays. J’ai toujours dit lui c’est le Moïse que Dieu a choisi pour délivrer la RDC, mais lui seul ne saura pas. Voilà pourquoi nous sommes là pour lui accorder tous les moyens possibles afin de l’aider à faire développer la RDC. 

A qui dédiez-vous ce prix de Meilleur manager ?

Nous avons eu le prix sur la mobilisation des recettes et ce prix n’est pas destiné seulement à moi seul mais à tout le personnel de la DGI. Nous savons très bien que la DGI qui est sous tutelle du ministère des Finances et du gouvernement de la démocratique du Congo dirigé par le Premier ministre Sama Lukonde. Ce prix leur est destiné.

Êtes-vous satisfait de la mobilisation des recettes ?

Ce que nous avons pu réaliser, il est vrai que c’est beaucoup mais jusque-là par rapport à la RDC, par rapport au potentiel de la RDC, c’est rien. Avec l’appui du gouvernement nous sommes en mesure d’aller au-delà. Que le gouvernement nous soutienne et nous aurons à lui donner tous les moyens possibles pour bien faire sa politique.

Vous avez dit que vous avez besoin d’un logiciel pour bien gérer la TVA, est-ce que si aujourd’hui vous avez cet outil, vos projections peuvent nager autour de combien ? 

Je vous dis que quand nous avons pris la direction de la DGI en juin 2020, la TVA nageait entre 70 milliards FC (environ 35 millions $) et 80 milliards FC (environ 40 millions $), au jour d’aujourd’hui nous sommes déjà à 170 milliards FC (environ 85 millions $). Et si nous avons ce logiciel, je vous dis la TVA va doubler, ça va partir de 170 milliards FC à 340 milliards FC (170 millions $) le minimum. 

Quelle est votre secret pour augmenter les recettes publiques, vous avez fait comment, c’est quoi votre méthode, c’est quoi votre stratégie ? 

Le Premier secret : c’est Dieu. Moi je suis un serviteur de Dieu, je sais qu’au dessus de moi, il y a un Dieu qui m’oriente. Deuxièmement, c’est la bonne gouvernance prônée par notre président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Nous sommes là pour le soutenir dans cette bonne gouvernance. De trois, c’est notre technicité, notre savoir-faire, nous sommes les anciens de la DGI. Plus au mois 30 ans de service, nous savons comment le service fonctionne, nous savons qui toucher, qui mettre quelque part pour que les recettes coulent et voilà, nous sommes arrivés au résultat que vous voyez aujourd’hui. 

Fin 2022 vous avez parlé de 5 milliards $ de bonus et en 2023 ? 

Fin 2022, toutes choses restant égales par ailleurs, on va arriver à 11 mille milliards FC ou bien plus au moins 5 milliards de dollars. Mais pour 2023, nous n’avons pas encore fait les projections. Mais  ce que moi je sais est que ça sera au-delà de ce que nous avons pu réaliser. 

Est-ce que la mobilisation record des recettes dépend uniquement de l’embellie des matières premières sur le marché international ? 

Ce n’est pas aujourd’hui qu’on a de l’embellie. Les années passées, nous avons eu de l’embellie de cours des métaux, on a jamais connu ça. C’est pour vous dire que ce n’est pas seulement l’embellie mais notre technicité et c’est Dieu aussi qui nous assiste. 

Vous avez parlé des réformes , notamment la création des directions de grandes entreprises, de moyens et de petites entreprises, qu’est-ce que cela va changer concrètement? 

Ça va nous permettre de booster les recettes. C’est vrai aujourd’hui, la DGI n’est pas très bien exploitée. De fois, il y a des centres où nous manquons du personnel. Avec cette réforme-là, je suis très sûr qu’il y aura un plus dans ce que nous sommes en train de réaliser aujourd’hui.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle faire parmi les fléaux qui gangrènent la République démocratique du Congo depuis des années. Plusieurs provinces touchées par les conflits armés et intercommunautaires sont les plus frappées. Voilà pourquoi, le Réseau de l’alliance parlementaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en République démocratique du Congo (RAPSAN/RDC) a résolu d’impliquer les députés nationaux et les sénateurs dans ce combat contre la faim.


Justice

Contre toute attente, la Cour constitutionnelle donne raison à Pascal Beveraggi dans l’affaire qui l’oppose à Moise Katumbi. Un arrêt controversé est rendu aux forceps. L’acte étonne non seulement les acteurs de la justice mais également des citoyens lambda.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.