Le Direct
Radio

Retrait de la Monusco : Mupili juge le plan trop élastique et coûteux

Le débat sur le retrait de la mission onusienne en République démocratique du Congo continue à défrayer la chronique. Les opinions divergent entre partis politiques et organisations de la société civile quant au retrait imminent ou progressif de la Monusco en RDC après plus de 20 ans sur le sol congolais sans un résultat probant.

Par Alexis Emba

Les troupes onusiennes dans l’Est de la République démocratique du Congo @Photo Droits tiers.

publié le 7 août 2022 à 16:33:22

Approché par Ouragan.cd, Me Carlos Mupili, notable panafricain et président du Conseil suprême de la société, a fait une analyse critique de la durée du plan de retrait de la Monusco. Il s’étonne de la longue période impartie pour voir les troupes onusiennes quitter le sol congolais et du budget encore à consentir pour cette fin.

L’activiste rappelle que la première mission de l’ONU en RDC, l’ONUC, n’a duré que trois ans, soit de 1960 à 1963. Et pendant moins d’une année sous le plan Uthan, le secrétaire général de l’ONU qui avait remplacé Dag Hammarskjöld tué, avait neutralisé sous le chapitre 7 de la Charte des Nations unies la sécession katangaise de Moïse Tshombe.

Cependant, à l’heure actuelle avec la Monusco son plan de retrait a commencé en 2018 pour se terminer à 2024, soit six ans. Autrement dit, la durée de ce plan vaut deux fois plus que l’ONUC, alors que cette première mission onusienne avait laissé des bons souvenirs pour avoir mis fin à la balkanisation de la RDC. “Comment un plan de retrait peut durer six ans avec un budget annuel de 1 milliard. Ce qui fait dans la planification, six milliards de dollars de gaspillage alors que les FARDC n’ont besoin que de la logistique et d’un budget de 1 milliard de dollars américains pour faire face à cette guerre injuste. De ce fait, l’État congolais n’aura même pas besoin de la levée de l’embargo de l’achat des armes”, s’est-il interrogé.

Pour cet activiste, la durée avancée jusqu’à 2024 pourra encore engloutir des milliards de dollars dépenses comme si l’ONU veut dépenser non pas pour le Congo mais elle même. Et de se questionner à nouveau : A qui profitera ces prévisions budgétaires en milliards de dollars ?

Me Mupili estime que le peuple congolais a encore besoin s’il y a vraiment nécessité, d’une mission onusienne, à l’instar de l’ONUC et du secrétaire général de l’Onu qui a le cœur de Uthan pour résoudre dans peu de temps l’insécurité dans l’est du pays laquelle est très dramatique que la situation de 1960. “La RDC n’est pas hostile à la Monusco mais plutôt à son mandat d’observation des morts et de refus d’observer l’agression rwando-ougandaise que les experts de l’ONU ont attesté mais longtemps contestée par le porte-parole de la Monusco car les Congolais sont aussi membres de l’humanité et méritent la compassion Internationale selon l’article 1 de la DUDH”, a conclu le président de l’ONG “Dynamique chrétienne pour la défense des droits humains et de l’environnement” (DCDHE).

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Lors de sa visite en Allemagne, le député provincial Daddy Kangudia a présenté les opportunités d’investissement de sa province aux hommes d’affaires allemands.


Nation

“Je suis préoccupé après la récente décision (de Kinshasa) de lever le moratoire sur la peine de mort”, a déclaré Volker Türk devant la presse, à l’issue d’une visite de quatre jours en RDC au cours de laquelle il a notamment rencontré le président Félix Tshisekedi.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,765.00 CDF
1 Euro2,944.45 CDF
1 Yuan381.95 CDF
1 FCFA4,52214 CDF

Appel d'offres

Attribution du marché : Acquisition et livraison de 25.000 téléphones mobiles “portables”


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.