Le Direct
Radio

Portefeuille, la praxis Alingete : il n’y a plus d’entreprises “canards boiteux”, après le gâchis du COPIREP

Après près de 15 ans de tâtons et reculons dans la réforme des entreprises publiques qui a englouti plus de 180 millions US$ et endetté l’Etat de plus de 120 millions US$ auprès de la Banque mondiale, l’IGF est arrivée à point nommé pour rendre l’espoir au Portefeuille. Hélas. La victime est complice de son homicide.

Par Jeanric Umande

Jules Alingete, le gendarme des finances publiques qui a réussi à déraciner les réseaux mafieux au sein des entreprises publiques grâce à la “patrouille financière”. @Photo Droits tiers

publié le 31 août 2022 à 06:02:00

L’expression “canard boiteux” longtemps appliquée aux entreprises du Portefeuille tombe en désuétude. Inspecteur, chef de service de l’Inspection générale des finances,  Jules Alingete Key a démontré à la face du monde que la cinquantaine d’entreprises publiques muées les unes en société commerciale avec statut de société anonyme, les autres en établissements publics pouvaient encore produire davantage des recettes. Et mieux encadrées, elles pourraient atteindre et dépasser les 5 milliards US$ l’an, contribution attendue du Portefeuille au terme de la réforme des entreprises d’Etat commencée en 2008, sans succès notable. On semble l’ignorer. Et pourtant, les entreprises du groupe Portefeuille viennent de loin. A titre d’exemples, un Libanais Aziz a été présenté urbi et orbi comme un expert patenté en aviation civile et gestion des aéroports français au nom d’Assisse et placé à la tête de la RVA. A l’ex-ONATRA, on a nommé ADT, un ancien magasinier à la défunte SOCOPAO vanté comme technicien chevronné dans le chemin de fer et armement de la firme PROGOSA, etc. Tous les savaient mais ont préféré collaborer au mal.Tous, ministère du Portefeuille, Conseil supérieur du Portefeuille (CSP), Comité de pilotage de la réforme des entreprises publiques (COPIREP), etc.,  Que des millions partis en fumée, tous les experts européens nommés à la tête des entreprises de catégorie A ont pris fuite sans doute couverts et aidés dans leur escapade par le Portefeuille. Les Rd-Congolais qui ont repris leurs fonctions se sont livrés à un véritable saccage des patrimoines des entreprises publiques. Pis, ni le COPIREP, ni le CSP, en dépit des primes et autres gratifications comparables à celles des stars de foot attribuées à leur personnel, n’ont jamais su, ces dernières années, proposer à l’Etat ne fut-ce que des pistes efficientes pour ramener ses entreprises sur  la voie de la rentabilité et d’une gestion orthodoxe. 

La praxis Alingete

Alingete a offert sa recette… qui fait mouche : la patrouille financière. Les résultats sont là en si peu de temps : autant les régies financières (DGI, DGRAD, DGDA) se félicitent de l’effet IGF dans la maximisation des recettes, autant au Budget, on admet que, grâce à l’IGF, les dépenses publiques sont de mieux en mieux contrôlées. A la SCTP ex-ONATRA -entreprise, à ce jour, sujette à polémique-, Alingete a sonné le glas des marchés de service et de fourniture de complaisance, des paiements des dommages et intérêts exorbitants découlant des condamnations aussi fantaisistes que vaudevilles. Le mal a été attaqué en amont, avant qu’il ne fasse racines et ramifications. Tout décaissement doit revêtir l’aval de l’IGF. Hélas, cela n’est pas du goût de tout le monde… de ceux qui tireraient sans doute profit de la gestion en mode sinécure  des entreprises du Portefeuille.  Les scandales inhérents au marché conclu entre SCTP et International Marketing Distributing company (IMD) dont le coût est passé, sans raison, de 2.497.134, 27 US$ à 7.939.900,28 US$. Ce forfait témoigne de la culture du péculat qui a fait de vieux os dans cette entreprise. Deux équipes de gestion ont été éjectées en l’espace de 7 mois. Toutes deux neutralisées par l’IGF Alingete avant qu’elles ne passent à l’acte. Alingete a également mis à nu des faisceaux d’indices de péculat et de bakchich à la REGIDESO, à COBIL, SONAHYDROC ex-Cohydro, OGEFREM,  etc.,. Des entreprises pour lesquelles l’IGF avait sollicité du Portefeuille, des sanctions exemplaires à leur staff managerial. De toutes les façons, les réseaux mafieux sont de plus en plus démantelés par l’IGF et les protecteurs mis hors jeu.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

La Casamance s’est recueillie lundi à la mémoire des près de 1.900 passagers du Sénégal et de multiples nationalités morts 20 ans plus tôt jour pour jour dans le naufrage du Joola, un des pires désastres maritimes civils de l’histoire.


Grogne sociale

“Choqué”, le mot dénote du ton ferme utilisé par Denis Mukwege après la violente répression de la manifestation des médecins du SYNAMED en grève sèche depuis deux mois.

Appel d'offres

Banque centrale du Congo : Avis d’appel d’offres national


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.