Le Direct
Radio

Kinshasa-Kigali : Blinken doit condamner le soutien avéré du Rwanda au M23 (HRW)

La visite du chef de la diplomatie américaine à Kinshasa et Kigali est l’occasion pour Washington de condamner ouvertement le soutien avéré du Rwanda au M23 dans la destabilsation de l’Est de la RDC.

Par Patrick Mputu

Antony Blinken, secrétaire d’État américain attendu mardi à Kinshasa @Photo Droits tiers

publié le 8 août 2022 à 19:23:28

Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch s’est exprimé sans détour lundi 08 août 2022. Comme en 2012, explique-t-il, le M23 commet des crimes de guerre contre des civils. Des témoins, ajoute-t-il, ont décrit des exécutions sommaires d’au moins 29 personnes, dont des enfants, en juin et juillet.

“Les États-Unis devraient soulever avec le Rwanda les informations fiables selon lesquelles Kigali apporte, de nouveau, son soutien aux conduites abusives du M23 dans l’est de la RdCongo. Le secrétaire d’État Blinken devrait condamner publiquement les attaques du M23 dans les termes les plus fermes, et avertir le Rwanda des conséquences de son soutien au M23 dans la commission de tels abus”, a-t-il recommandé.

D’après cette ONG internationale, les États-Unis devraient également exprimer leurs préoccupations en matière des droits humains et vis-à-vis des abus commis par le M23. “Le M23 prospère grâce à l’impunité et à des cycles de violence alimentés par son mépris des droits humains fondamentaux. Blinken ne devrait pas passer sous silence les abus commis au Rwanda et en RdCongo, mais plutôt mettre les droits humains au centre de sa visite”, a rappelé Lewis Mudge.

HRW note que le M23 était à l’origine composé de soldats de l’armée congolaise qui ont participé à une mutinerie au début de l’année 2012. Ces soldats, poursuit-il, étaient auparavant des rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), un groupe armé soutenu par le Rwanda.

“Le M23 a commis des crimes de guerre de grande ampleur et s’est emparé de larges parties de la province du Nord-Kivu tout au long de l’année 2012, avec le soutien direct des soldats de l’armée rwandaise déployés dans l’est de la RdCongo. Les enquêteurs des Nations unies ont également déclaré, à l’époque, que des commandants de l’armée ougandaise avaient envoyé des soldats et des armes pour renforcer certaines opérations du M23 et aider ce groupe armé à recruter. En 2013, après que le M23 s’est brièvement emparé de Goma, les troupes du gouvernement congolais soutenues par l‘ONU avaient repoussé le mouvement rebelle vers le Rwanda et l’Ouganda”.

En plus, l’ONG confirme que les autorités congolaises avaient émis des mandats d’arrêt à l’encontre de hauts responsables du M23 sanctionnés par les Nations unies en 2013. Malheureusement, conclut HRW, le Rwanda et l’Ouganda n’ont jamais donné suite à ces demandes d’extradition.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

La Casamance s’est recueillie lundi à la mémoire des près de 1.900 passagers du Sénégal et de multiples nationalités morts 20 ans plus tôt jour pour jour dans le naufrage du Joola, un des pires désastres maritimes civils de l’histoire.


Grogne sociale

“Choqué”, le mot dénote du ton ferme utilisé par Denis Mukwege après la violente répression de la manifestation des médecins du SYNAMED en grève sèche depuis deux mois.

Appel d'offres

Banque centrale du Congo : Avis d’appel d’offres national


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.