Le Direct
Radio

Kabund assigné à résidence surveillée chez lui à Kingabwa

Trois jours à la prison centrale de Makala, puis retour à la maison pour une résidence surveillée jusqu’au prononcé du jugement. Les avocats ont sollicité et obtenu vendredi de la Cour la mise à résidence surveillée.

Par Jeanric Umande

L’opposant, Jean-Marc Kabund, l’ancien vice-président de l’Assemblée nationale a été signé à résidence surveillée chez lui à la maison. La décision a été prise par la Cour de cassation. Il quitte ainsi ce vendredi la prison de Makala et retourne dans son ranch à Kingabwa @Photo Droits tiers

publié le 12 août 2022 à 16:41:40

Le feuilleton judiciaire de Jean-Marc Kabund connaît un nouveau rebondissement. Après être acheminé à Makala, le “maître-nageur” retourne chez lui à la maison. Il va comparaître en homme libre de lors que sa fuite n’est pas à craindre. “Il n’y a aucun danger pour lui de se soustraire à la justice”, a indiqué Me Emmanuel Kahaya Mwehu, l’un de ses avocats. Il se félicite de la décision de la Cour, tout en dénonçant la violation de la loi par le magistrat instructeur qui s’était permis de détenir préventivement un député à Makala. “Au finish, la loi a triomphé et on a obtenu gain de cause”, a-t-il ajouté.

La décision des juges peut avoir aussi été dictée par le pouvoir. Le régime Udps a été soumis ces 48h00 dernières heures à de très fortes pressions politiques et diplomatiques. D’abord, l’opposition a condamné à l’unanimité l’acharnement et la précipitation du pouvoir à écrouer sans raison valable Jean-Marc Kabund à Makala. Fayulu, Muzito, Diongo à Genève à l’Union inter-parlementaire, tous ont dit “non” à la dérive dictatoriale. Même le cardinal Fridolin Ambongo a désapprouvé en coulisses les méthodes du pouvoir Tshisekedi.

Côté diplomatique, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken a parlé au président Tshisekedi du cas de l’opposant Kabund, en mettant aussi l’accent sur le respect des droits de l’homme. De l’avis de plusieurs juristes, il était inconcevable qu’un parlementaire croupisse à Makala sans même que ses immunités parlementaires ne soient levées. Une dérive totalitaire, avait dénoncé la direction politique de l’Alliance pour le Changement. Un jour après sa déclaration musclée, le parti de Kabund peut se frotter les mains d’avoir obtenu la liberté provisoire de son leader, même si ce n’est pas encore la liberté totale. Avant de rentrer chez lui, Kabund est retourné à Makala récupérer ses effets.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle faire parmi les fléaux qui gangrènent la République démocratique du Congo depuis des années. Plusieurs provinces touchées par les conflits armés et intercommunautaires sont les plus frappées. Voilà pourquoi, le Réseau de l’alliance parlementaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en République démocratique du Congo (RAPSAN/RDC) a résolu d’impliquer les députés nationaux et les sénateurs dans ce combat contre la faim.


GUERRE

Après cinq jours de trêve, des combats à l’arme lourde ont repris jeudi dans l’est de la République démocratique du Congo entre le M23 et l’armée congolaise, qui a accusé ces rebelles d’avoir massacré mardi au moins 50 civils.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.