Le Direct
Radio

Bob Kabamba : “la Monusco n’est pas à la hauteur de sa mission”

Des manifestions populaires dans l’est de la RDC pour réclamer le départ de la Monusco ont déjà fait une vingtaine de morts, dont trois casques bleus et des civils congolais. Pourquoi la population s’en prend tout d’un coup à la Monusco ? Qui est le premier responsable de ce qui se passe dans l’est du pays ? Entretien avec Bob Kabamba, politologue et professeur à l’université de Liège, en Belgique, réalisé avant les manifestations.

Le professeur Bob Kabamba, politologue et professeur à l’université de Liège en Belgique. Il a été l’un des experts dans l’élaboration de la Constitution congolaise de 2006 @Photo Ouragan.cd.

publié le 5 août 2022 à 08:22:03

RFI : Pourquoi la population congolaise semble-t-elle désormais diriger sa colère contre la Mission de l’organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco), accusée d’être responsable de tous les maux au Congo ?

Bob Kabamba : Il faut bien se rendre compte de ce qui est en train de se passer dans cette région. La situation continuant à se détériorer, on a vu au niveau de l’opinion publique une espèce de transformation de la colère dans ces régions. Dans un premier temps vis-à-vis de l’État congolais, du fait de l’échec de l’état de siège, mais cela a évolué vers un sentiment anti-Monusco. La Monusco n’arrive pas à apporter des réponses claires vis-à-vis des préoccupations de la population, c’est-à-dire notamment la question de la sécurité et la question de la persistance des groupes armés dans cette zone.

La mission de l’ONU se dédouane en rappelant que son rôle est plutôt d’appuyer les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), qui sont les premiers responsables de la sécurité du pays.

Qu’en pensez-vous ?

Les FARDC ne sont pas à la hauteur de leur tâche. Il ne faut pas voir uniquement le groupe M23, mais il faut voir aussi d’autres groupes armés dans la province de l’Ituri, dans le Sud-Kivu. Les Forces armées congolaises n’arrivent pas à pouvoir les éradiquer.

La Monusco a également un rôle de protection de la population…

Elle n’est pas à la hauteur de cette mission, mais il faut toujours quand même bien se rendre compte que, dans un premier temps, c’est une mission régalienne qui revient au gouvernement congolais. Il faut aussi se rendre compte que la Monusco a aussi une autre difficulté : quelquefois, plusieurs pays refusent malheureusement que leurs troupes engagées au sein de la Monusco prennent part aux combats.

La population congolaise, elle, ne voit et ne parle que d’une agression extérieure. Pourquoi ?

Les députés provinciaux du Nord et du Sud-Kivu ont déjà essayé à plusieurs reprises de faire valoir la responsabilité du gouvernement congolais. Malheureusement, leur cri n’est pas toujours entendu. Alors ce qui se passe dans l’opinion, c’est tout simplement que le Congo est victime d’une agression, un complot international qui vise non seulement à avoir accès aux ressources naturelles, mais aussi à déstabiliser, à balkaniser le Congo.
Or, en analysant froidement les choses, on se rend bien compte qu’une bonne partie des problèmes, ce sont des dynamiques d’abord nationales et provinciales qui ont des répercussions sur une dimension régionale, et le Congo a l’obligation de pouvoir résoudre toute une série de problèmes : la question de l’armée, l’amélioration des conditions de vie des Congolais. Cette question ne dépend pas de l’international.

Mais pourquoi ce rôle d’épouvantail, presque du diable, est-il dévolu au Rwanda ?

Il faut le mettre dans le contexte historique, c’est-à-dire qu’au niveau du Congo, le Rwanda a toujours été présenté comme le premier ennemi, l’ennemi absolu. Même s’il y a un accident de circulation à Kinshasa, on pourrait dire que c’est la faute du Rwanda.

Et pourtant, de nombreuses sources pointent également la présence de troupes burundaises dans le Sud-Kivu ou celles, officielles cette fois, des soldats ougandais dans l’Ituri. Pourquoi n’en parle-t-on pas ?

Ce qui est assez étonnant, c’est qu’on parle uniquement du Rwanda alors qu’aujourd’hui, les forces armées burundaises sont sur le territoire congolais pour pouvoir traquer les groupes armés qui sont dans la zone du Sud-Kivu, donc en face du Burundi. Du côté du Nord-Kivu, l’appui du Rwanda au M23 ne fait pas de doute pour la bonne et simple raison qu’il y a d’abord la dynamique nationale qui concerne les gestions des communautés dans cette région, qui ont des répercussions sur le Rwanda. Vous montez au niveau du grand Nord-Kivu et de l’Ituri, vous avez là aussi toute une série de dynamiques liées à l’Ouganda.

La RDC semble aujourd’hui placer tous ses espoirs dans la force régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) qui va bientôt être déployée dans le pays, qui est présentée un peu comme la panacée. Qu’en pensez-vous ?

Nous aurons la même dynamique et la même lecture. On va remplacer l’image que c’est la Monusco qui était responsable, qui va devenir les Forces régionales qui seront responsables. On va dire que les forces régionales sont venues piller les ressources naturelles, et donc nous serons toujours à la case départ. Et avec la violence, c’est toujours la population civile qui sera la première victime.

Entretien tiré de RFI.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

Plus d’une trentaine d’acteurs des organisations de la société civile de la commune de Bumbu et des journalistes de Kinshasa renforcent leurs capacités sur les techniques de monitoring sur la situation des droits humains, rapportage, suivi et plaidoyer.


Sécurité

Les États-Unis ont annoncé l’extension à 15 jours de la trêve humanitaire « à laquelle se sont engagées les parties au conflit dans l’est de la République démocratique du Congo » et appellent tous les acteurs de la région à respecter cette trêve.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,840.00 CDF
1 Euro3,093.04 CDF
1 Yuan391.39 CDF
1 FCFA 4,70 CDF

Appel d'offres

Liste restreinte : Partenaire facilitateur pour appuyer la Coordination Générale du Projet STAR-Est de la RDC dans la réalisation des activités des THIMO


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.