Le Direct
Radio

A Kinshasa depuis 14h, Blinken déçoit déjà

Il est arrivé à 14h 25, heure locale en provenance d’Afrique du sud à bord l’Air Force Two. Le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, sourire aux lèvres, a été acceuilli au pied de l’avion par Christophe Lutundula Apala, le chef de la diplomatie congolaise. Mais, les premières déclarations publiques du chef de la diplomatie américaine sur le Congo-Kinshasa à l’étape de Pretoria sont largement décevantes. Anthony Blinken ne soutient pas du tout un régime de sanctions contre Kigali.

Par Landry Amisi

publié le 9 août 2022 à 15:14:00

En RDC, grande est la déception. Le patron du Département d’État américain qui séjourne en RDC à partir d’aujourd’hui n’a pas tenu compte de toutes les pressions exercées par les différents groupes associatifs et politiques qui exigent que Washington appuie sur le bouton pour faire taire l’arrogance rwandaise contre la République démocratique du Congo.

Les États-Unis d’Amérique refusent ainsi de trancher une crise qui a fait des millions des morts congolaises. “Je vais surtout m’entretenir avec à la fois en RDC avec les autorités et au Rwanda aussi pour surtout aider ceux qui veulent mettre fin à la violence et surtout de soutenir des efforts africains y compris l’effort du président kenyan sortant Uhuru Kenyatta dans un processus de Nairobi pour éviter que ces violences continuent et s’accentuent”, a affirmé Antony Blinken, à l’étape de Pretoria en Afrique du Sud où il vient de séjourner pendant quarante-huit heures.

Une déclaration que les Congolais jugent “frustrante” et “inutilement diplomatique”. Car, la déstabilisation de la RDC, depuis le régime du Maréchal Mobutu, est prise politiquement, diplomatiquement et militairement en charge par Washington, rappelle un expert des Relations internationales. Si le Rwanda se permet de narguer le Congo, c’est avant tout parce qu’il se sait sous la parapluie des États-Unis et de la Grande Bretagne.

L’unique soutien de Washington aux efforts régionaux

Ceci suppose que Kinshasa sera appelé à rejoindre la voie de dialogue avec un mouvement terroriste qui lui a été tendu en piège par les grandes puissances afin de mieux négocier sa stabilité. “Notre rôle est diplomatique pour soutenir les efforts déjà entrepris pour éviter que les violences continuent”, a poursuivi Anthony Blinken, dans un entretien exceptionnel avec la Radio France internationale. Le chef de la diplomatie américaine est clair. Il n’y aura pas de sanctions contre le Rwanda. “Il n’y aura pas de sanctions contre le Rwanda, les USA et la communauté internationale vont soutenir les efforts régionaux (SADC, CIRGL, EAC) et diplomatiques pour obtenir une suite pacifique dans le conflit dans l’Est”, a-t-il expliqué.

Cette prise de position devrait interpeler les autorités congolaises sur l’impossibilité de trouver une solution durable en comptant sur les partenaires occidentaux.

Il faut se préparer à une guerre longue et populaire

Selon Kakule Jean-Marie, un observateur de la scène régionale, les premières analyses de la déclaration d’Antony Blinken convergent dans l’optique d’une nouvelle ère qu’il convient d’inaugurer en République démocratique du Congo, en tournant définitivement la page de Washington pour orienter son partenariat vers d’autres puissances plus humainement solidaires avec la RDC. Ce qui implique que les troubles vont se poursuivre et la guerre restera l’ultime option qui départagera les deux pays en conflit, le Rwanda et la République démocratique du Congo.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle faire parmi les fléaux qui gangrènent la République démocratique du Congo depuis des années. Plusieurs provinces touchées par les conflits armés et intercommunautaires sont les plus frappées. Voilà pourquoi, le Réseau de l’alliance parlementaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en République démocratique du Congo (RAPSAN/RDC) a résolu d’impliquer les députés nationaux et les sénateurs dans ce combat contre la faim.


GUERRE

Après cinq jours de trêve, des combats à l’arme lourde ont repris jeudi dans l’est de la République démocratique du Congo entre le M23 et l’armée congolaise, qui a accusé ces rebelles d’avoir massacré mardi au moins 50 civils.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.