Le Direct
Radio

Guerre de l’Est : 154.450 déplacés en Ituri et 271.000 au Nord-Kivu (Rose Kahambu)

Le calvaire des déplacés de guerres de l’Est de la RDC fait froid dans le dos. La province de l’Ituri, à elle seule, a enregistré 154.450 déplacés dont 97.146 femmes et 50.619 enfants, selon les enquêtes menées par la Dynamique des femmes pour la bonne gouvernance.

Par Landry Amisi

Une famille déplacée interne congolaise transporte ses possessions et recherche à pied un lieu sûr dans la province de l’Ituri en RDC. Février 2018. @Photo HCR/Anita Cadonau

publié le 13 juillet 2022 à 07:20:55

Rose Kahambu Tuombeane, responsable de la DYFEGOU étale largement ses inquiétudes devant les instances dirigeantes de la Conférence internationale sur la paix dans la région des grands lacs et aux Nations Unies. “Des femmes, des enfants, des hommes et même des vieillards ne savent plus à quel saint se vouer”, déclare-t-elle. Au terme de ses enquêtes sur le terrain, en collaboration avec l’Organisation Femmes invisibles de Bunia, la DYFEGOU explique que jusqu’au mois de mai 2022, la situation des déplacés qui se trouvent dans des camps et sites répertoriés, s’empire. “92% d’enfants ne vont pas à l’école et 77% sont attaqués par la malnutrition”.

Ces chiffres alarmants des victimes directes des conflits armés

Rose Kahambu Tuombeane déclare vivre cette situation de la guerrre, depuis 1994, à Lubero où elle n’avait à peine qu’une dizaine d’années. Un passage historique douloureux pendant lequel elle a vécu des scènes horribles d’exactions commises par des groupes des réfugiés dont certains étaient armés. Depuis quelques années, “des femmes et, de manière globale, la population toute entière, est convaincue qu’il faut maintenant mettre en place d’autres mesures qui découlent logiquement et directement des causes de toutes les barbaries et atrocités que vivent les populations de cette partie du pays”.

La province de l’Ituri a enregistré 154.450 déplacés dont 97.146 femmes et 50.619 enfants, selon les enquêtes menées par la DYFEGOU en collaboration avec l’Organisation Femmes invisibles de Bunia. Statistiques récentes récoltées en mai 2022. “Il s’agit des déplacés qui sont dans les camps et sites de déplacés”, explique Rose Kahambu.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle faire parmi les fléaux qui gangrènent la République démocratique du Congo depuis des années. Plusieurs provinces touchées par les conflits armés et intercommunautaires sont les plus frappées. Voilà pourquoi, le Réseau de l’alliance parlementaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en République démocratique du Congo (RAPSAN/RDC) a résolu d’impliquer les députés nationaux et les sénateurs dans ce combat contre la faim.


Justice

Contre toute attente, la Cour constitutionnelle donne raison à Pascal Beveraggi dans l’affaire qui l’oppose à Moise Katumbi. Un arrêt controversé est rendu aux forceps. L’acte étonne non seulement les acteurs de la justice mais également des citoyens lambda.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.