Le Direct
Radio

Mines : A. Kayinda obtient 60% du partenariat entre Congo Ressources et AJN Ressources

L’initiative est à la hauteur d’une altesse, les résultats sont clairs autant pour les binoclards que les borgnes. Grâce à la finesse de la ministre Adèle Kayinda, la RDC obtient 60% dans le partenariat entre sa nouvelle entité “Congo Ressources” et la firme canadienne AJN Ressources pour la valorisation de son patrimoine minier (dont le Cobalt, l’Or et le Lithium).

Par Patrick Mputu

Adèle Kayinda, ministre du Portefeuille en République démocratique du Congo. @Photo Droits tiers.

publié le 19 mai 2022 à 15:30:36

Pour cette entreprise nouvellement créée à l’initiative de la patronne du Portefeuille, son objectif principal est de détenir différents permis des réformes non exploités à haut potentiel minier et les valoriser au travers des marchés financiers. Énorme réforme dans le secteur minier sans précédent.

Adèle Kayinda, l’éloge de l’innovation

Entreprenante et créative, la Warrior ne cesse de faire muter le narratif de son secteur pour mieux s’adapter aux enjeux du monde actuel. Et c’est en puisant dans ses compétences que son champ s’enrichit de nouvelles performances. Les contours de cette innovation s’esquissent en quelques lignes. S’agissant du système de valorisation, celui-ci se fera par le transfert des titres (permis de recherches) représentant les sites miniers à haut potentiel au sein de Congo Ressources (CR).

“Ces permis de recherches sont essentiellement des sites dans le secteur de l’Or mais à moyen terme car d’autres minerais tels que le Lithium, le Cobalt seront intégrés (…). Après l’intégration de ces titres au sein de Congo Ressources, ils seront valorisés au travers d’une participation croisée (transfert d’actions) dans un véhicule financier dénommé AJN Ressources, société cotée sur la bourse canadienne. C’est une première pour la RDC. Néanmoins, afin d’éviter que l’État ne perde pas le contrôle de ce nouveau projet, le schéma implique que la RDC en échange du transfert de ces titres, reçoit 60% des actions (common shares) d’AJN. Au-delà du transfert de la majorité de l’actionnariat à la RDC, un mécanisme de suivi est intégré qui permet de maintenir l’actionnariat majoritaire de la RDC”, a-t-on appris d’une note d’information du ministère.

La même source précise qu’au stade actuel, les avoirs concernés sont les permis de recherche situés dans les zones minières de Gada-Manga-Rambi, Zani, Moku et Manono. Mais dans le futur, a-t-elle rassuré, il est possible que le périmètre s’étende.

Partenariat CR et AJN, feuille de route

Durant la période du contrat de partenariat (10 ans) entre les entreprises Congo Ressources et AJN Ressources, l’État congolais sera représenté par deux administrateurs au sein du Conseil d’administration d’AJN afin de veiller aux intérêts du pays.

Dans l’horizon moyen et/ou long terme, le contrat de partenariat prévoit également l’établissement d’un propre véhicule financier qui détiendra tous les permis de recherche existants au sein de l’AJN ou à acquérir. Également, poursuit-on dans le même document, la mise en bourse du véhicule financier de la RDC, détenu à 100% par l’État congolais qui devient le bras séculier chargé de la levée de fonds sur les marchés internationaux.

Approbation de l’exécutif national…

La ministre du Portefeuille, Adèle Kayinda Mahina a obtenu le quitus de l’exécutif pour le lancement du projet lors du 49ème Conseil des ministres. Cette approbation est intervenue après qu’elle a présenté le rapport de la Commission ad hoc chargée de l’examen d’informations supplémentaires sur le partenariat entre Congo Ressources et AJN Ressources. Cette commission a été instituée conformément aux recommandations du 45 ème Conseil des ministres tenu le 18 mars 2022.

La ministre d’État, Adèle Kayinda avait précisé que la Commission ad hoc a conclu son rapport en trois points essentiels. Elle a réaffirmé la décision du Conseil des ministres de créer un véhicule financier dénommé Congo Ressources (une entreprise du Portefeuille dont l’Etat demeure l’unique actionnaire).

Ensuite, elle a recommandé le listing des actifs moyennant l’accompagnement d’une Commission constituée des membres des Commissions interministérielles permanentes (Economie et Finances) ainsi que des lois et textes règlementaires en raison de trois (3) membres chacune.

Enfin, elle a ordonné la signature du contrat définitif avec AJN Ressources tout en tenant compte, pour correction, des irrégularités contenues dans le mémorandum d’entente et dénoncées par le Conseil des ministres.

Constat empirique et création de Congo Ressources

Tout est partie d’une observation expérimentale de la responsable du Portefeuille en RDC selon laquelle nombreux actifs miniers (de type greenfields) dont ceux de la Sokimo n’ont pas été valorisés depuis plus de 75 ans. A en croire Adèle Kayinda, cette situation demeure non bénéfique à l’État car les actifs dont question ne rapportent rien au trésor public.

Au regard du constat évoqué ci-dessus, Mme Kayinda a estimé qu’il était primordial pour l’État congolais de changer de stratégie et de valoriser ses actifs par un investissement réel dans les permis de recherche. Soucieuse de marquer de ses empreintes dans son secteur, la brave dame a proposé la création de Congo Ressources, une entreprise qui mettra les actifs miniers à la disposition d’un partenariat (AJN Ressources) en vue de lever des fonds qui permettront de les valoriser.

AJN Ressources est une société listée à la bourse canadienne (Toronto stock exchange). Elle est valorisée aux alentours de 12 à 15 M$ à ce jour. Il s’agit d’une compagnie d’exploration de type junior spécialisée dans la valorisation et l’exploration d’avoirs miniers. Le management dispose de plus de 75 ans d’expérience dans le secteur de l’exploration, la structuration et la levée des financements ainsi que le développement de mines majeures à travers le monde notamment en Afrique.

En RDC, le mangement de AJN Ressources est à la base de la découverte de site tels que Kibali Mining mais également d’un gisement d’Étain de la plus haute qualité à Bitsie, qui sont tous les deux des grands projets miniers à ce jour.

Nos tags

Sit-in Opposition
Marche
GUERRE
Ceni
Agression
Politique
Élection
Enrôlement

A Kinshasa, la station de traitement d’eau de la Lukunga fonctionnera bientôt à pleine capacité. Un accord a été signé lundi 29 mai 2023 entre la Régie de distribution d’eau (Regideso) et l’entreprise chinoise China communications construction company (CCCC) pour la réhabilitation et l’extension de cette usine.


GUERRE

Sa détermination à dénoncer l’axe du mal incarné par le président Paul Kagame du Rwanda est le principal atout du ralentissement du projet millénaire de balkanisation du Congo-Zaïre. L’ancien opposant congolais qui a accédé au pouvoir à l’issue des élections de décembre 2018 a pris son temps pour côtoyer le Rwanda, comprendre les enjeux économiques derrière la succession des guerres contre son pays et mesurer la portée internationale de la crise. Depuis quelques mois, les fronts militaires ne bouillonnent plus comme il y a une année.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,268.00 CDF
1 Euro2,483.55 CDF
1 Yuan328.19 CDF
1 FCFA3.81 CDF

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.