Le Direct
Radio

Justin Bitakwira : “il faut couper le cordon ombilical avec le Rwanda”

Après six longs mois de silence, Justin Bitakwira est sorti de sa réserve. Le notable du Sud-Kivu est très remonté par cette énième agression rwandaise. L’ex-ministre de Développement rural appelle à la purge rapide au sein de l’armée congolaise de manière à couper le cordon ombilical avec le Rwanda. Dans une interview accordée jeudi à Ouragan.cd, le leader de l’ARCN appelle à une mobilisation populaire pour bouter l’agresseur rwandais et ses supplétifs du M23 hors du territoire congolais.

Par Kokolo Jean

Justin Bitakwira, député national honoraire de la ville d’Uvira au Sud-Kivu, président national du parti ARCN, et ex-ministre de Développement rural @Photo Droits tiers.

publié le 26 mai 2022 à 19:56:53

Justin Bitakwira, vous êtes député national honoraire de la ville d’Uvira au Sud-Kivu, notable respecté de la partie Est du pays et ex-ministre de Développement rural, êtes-vous déçu par cette nouvelle guerre nous imposée de l’extérieur malgré l’embellie supposée des relations avec certains pays voisins. Et que faire, selon vous, pour sortir de cette situation embarrassante ?

Justin Bitakwira : Par rapport à cette guerre, moi, je dois d’abord vous dire que je suis de l’école de Mao Zedong. Mao Zedong dit que dans une guerre, ce n’est pas la technique ou l’armement qui compte. C’est l’enthousiasme populaire. Quand une armée est accompagnée par son peuple, elle finit toujours par gagner la guerre. Malheureusement dans notre pays ce qui se passe, c’est vraiment surprenant. Vous savez la nature nous apprend qu’il n’y a que les oiseaux de même espèce, de même race qui peuvent voler ensemble. Mais, on a l’impression que notre armée n’a pas une seule couleur. Et tout le monde sait que notre armée à un certain niveau elle est infiltrée, c’est connu de tous. Et cela est parti de la théorie de brassage et de mixage. Maintenant, le pays est plongé dans la guerre. De fois, on retrouve les anciens rebelles du RCD, CNDP ou du M23 qui sont propulsés au devant de la scène alors que le cordon ombilical de toutes ces rébellions n’a jamais été coupé ni du Rwanda, moins encore de l’Ouganda. Et même si l’Ouganda mène une opération conjointe avec notre armée, je vous dis que le cordon ombilical n’a jamais été coupé par le Rwanda. Et le Rwanda est devenu comme une phobie en République démocratique du Congo. Il se permet tout. Et si vous osez parler du Rwanda, je suis sûr que même le général policier que j’ai vu hier [mercredi 25 mai 2022 lors de la parade de la police à Goma au Nord-Kivu] sensibiliser la population risque d’être relevé. Alors, nous nous disons qu’il faut que le peuple congolais sache, qu’il soit informé de la forme du conflit et du fond de la guerre. Le jour où le peuple congolais va scruter le fond de la guerre, je vous assure cette guerre prendra fin.

Mais, c’est quoi le fond de la guerre ?

Avec l’AFDL, ces gens sont entrés au Congo. Et ils ont géré ici et après ils ont déclenché une deuxième rébellion, le RCD. Après le RCD, une troisième le CNDP, après une quatrième le M23. Mais malheureusement à Kinshasa, il y a des officiers chargés effectivement de promouvoir ces gens et on ne les envoie qu’à l’Est. Parlons sincèrement pour l’avenir de notre pays. Comment vous pouvez vous imaginer qu’un ancien du RCD, un ancien du M23 peut être envoyé pour que les résistants qui défendent la République, les Maï-maï lui remettent les armes. Comment ça peut se faire ! Donc, nous pensons qu’il y a un groupe de gens qui influence nos dirigeants et comme beaucoup ignorent le fond de la guerre, beaucoup ignorent le fond du conflit, tombent dans le piège de ces ennemis là. Et entre-temps, il ne faut pas ignorer que Kinshasa privilégie plus ceux qui attaquent le pays que ceux qui le défendent. A Nairobi vous avez vu, il n’y a que les groupes armés qui sont en connivence avec le Rwanda qui ont été invités, mais tous les autres groupes qui défendent la République, les autochtones n’ont pas été invités. En plus, comment quelqu’un qui a fait 30 ans en Europe, on peut l’envoyer aller résoudre un conflit aussi complexe que celui du Sud-Kivu. Fizi, Uvira, Mwenga. C’est comme un chinois qui vient parler ma langue maternelle, il ne comprendra rien.

Mais pour bien gérer la crise entre frères d’une même communauté, il faut quelqu’un de neutre qui vient d’une contrée lointaine ?

Il doit être entouré des notables qui connaissent la réalité. Les notables savent qui ment et qui ne ment pas. Mais lui, il vient je ne sais pas d’où, il n’a jamais entendu. Il connaît pas le coin. Il doit être entouré des notables. Vous savez pourquoi on nous isole dans cette traîtrise là ? C’est parce que ce que nous disons comme vérité ça chatouille et ça gène.

Vous étiez dans l’Est, il y a une année ou deux pour justement trouver une solution à cette crise, apparemment votre mission là-bas a échoué puisque la violence continue ?

Non, ce n’est pas que ma mission a échoué, je suis parmi les gens les plus écoutés de ce coin du pays et pourquoi pas de la République. Ici, c’est le mensonge qui triomphe sur la vérité. Vous savez pourquoi le président de la République a nommé quelqu’un du RCD et du M23 pour aller démobiliser les groupes armés ? C’est parce que nous sommes en face d’une compétition de course. Le mensonge voyage en avion et la vérité vient par la route. C’est ça le problème. Mais le jour où la vérité triomphera la crise va s’éteindre d’elle-même. Ça je vous le dis.

Qu’est-ce qu’il faut aujourd’hui pour mettre fin à la violence, mettre fin à l’activisme du M23, mettre fin à l’activisme de groupes armés dans le Sud-Kivu et dans l’Ituri ?

Que l’armée soit purement congolaise. Qu’on la nettoie d’une quelconque forme d’infiltration. Vous savez que j’ai déjà eu l’occasion de dire que le jour où les jeunes gens qui se battent pour défendre la République sans avoir aucun soutien de personne ni de l’Etat. Si on en regroupe 5000, je dis bien 5000, ils vont dépasser les Russes, je vous assure.

Comment on va nettoyer l’armée ?

Vous n’avez pas vu certaines nominations dernièrement de commandants des régiments ? Une seule tribu a plus au moins 26 commandants de régiments, les autres 1, d’autres zéro. Vous avez déjà vu où une communauté de moins de 30.000 personnes avoir 20 généraux dans une armée ? Est-ce que les Baluba en ont 15 ? Est-ce que les Bakongo ont même 3 ? Est-ce que les Baswahili ont 20 ? Est-ce que les Bangala en ont 10 ? Nous devons nous regarder dans le miroir. Il y a un vice de procédure pour faire face à la guerre et pour faire face à la menace. On continue à crier M23, M23, M23 pourquoi ne pas citer le Rwanda parce que c’est le Rwanda qui mène la guerre, pourquoi ne pas le citer. J’ai déjà suivi un communiqué, je ne sais pas s’il était vrai ou faux où on commence à reprocher à l’officier militaire qui demande à la population de s’impliquer pour défendre le pays. Kinshasa a déjà commencé à menacer. Demain ou après demain vous apprendrez qu’on l’a relevé de son poste. Voilà le problème.

Pensez-vous que le gouvernement doit faire la guerre au Rwanda aujourd’hui ?

C’est le peuple congolais qui finira par s’assumer parce que je ne crois pas que si le message ou la déclaration du porte-parole du gouvernement que je viens de lire en moins que ça soit une fake news. Notre gouvernement n’est pas à la hauteur de se prononcer contre le Rwanda mais le Rwanda considère la République démocratique du Congo comme Israël considère la Palestine .

Êtes-vous satisfait du passage du président Tshisekedi au Burundi si on sait que les rebelles burundais déstabilisent aussi une partie de votre province- le Sud-Kivu ?

J’ai suivi le déplacement du président de la République au Burundi, mais j’ai essayé de vérifier dans la délégation, je n’ai pas vu un visage congolais qui connait les Burundais pour lui souffler quoi que ce soit sur ce que le Burundi fait au Congo, à Uvira particulièrement, parce que les militants du parti au pouvoir au Burundi sont aux moyens et hauts plateaux au Sud-Kivu. Ils sont des milliers sur cette montagne là et ils occupent des espaces, Ils font la loi. Ils frappent, ils volent, ils font tout. Je ne sais pas s’il y avait quelqu’un qui pouvait dire ça au président de la République. Normalement du temps de Mobutu, la délégation pouvait avoir plus où moins dix Congolais qui parlent Kirundi. Avec ces jeunes du parti présidentiel au Burundi, c’est comme si on prenait un groupe de membres de l’Udps à Limete et on les envoie faire la loi à Brazzaville, c’est ce qui se passe avec le Burundi. Ce qui est vrai, il y a les groupes armés burundais qui sont au Congo-Kinshasa. J’espère que le président en a traité avec son homologue burundais.

Nos tags

Élection
Ceni
Politique
GUERRE
Agression
Culture
Économie

L’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA), a condamné avec véhémence les actes d’intimidation contre une responsable d’un média basé à Goma, capitale du Nord-Kivu, de la part des individus arborant la tenue de la Direction générale des migrations (DGM).


Économie

La Cellule nationale des renseignements financiers (Cenaref) a sensibilisé les magistrats civils et militaires ainsi que les avocats dans la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.

Taux de change

DeviseCDF
1 Dollar Usa2,805.00 CDF
1 Euro3,005.84 CDF
1 Yuan386.34 CDF
1 FCFA 4,63 64437 CDF

Appel d'offres

Consultant (firme) pour l’élaboration de l’EIES relative aux travaux prioritaires d’amélioration du système d’alimentation en eau potable de la ville de Kananga


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.