Le Direct
Radio

FAO : “la RDC reste un État fragile sur le plan alimentaire” (Ongone Obame)

La République démocratique du Congo (RDC) demeure un État fragile sur le plan alimentaire en dépit de ses ressources immenses et son potentiel agricole cultivable estimé à plus de 75 millions d’hectares dont au moins 10 millions d’hectares étaient exploités.

Par Alexis Emba

Aristide Ongone Obame, le représentant de la FAO en RDC lors d’une conférence de l’ONU à Kinshasa. @Photo Droits tiers

publié le 20 mai 2022 à 17:31:53

Le représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO/RDC), Aristide Ongone Obame, a été clair lors de la conférence de l’ONU organisée vendredi à Kinshasa. Il a souligné que le rapport du 20ème cycle de l’IPC en RDC a révélé que plus de 27 millions de personnes sont en phase de crise alimentaire et de moyens d’existence aiguë, soit 26% de la population analysée ont besoin d’une action urgente.

Aristide Ongone a précisé que plusieurs facteurs sont à la base de cette crise alimentaire, citant notamment les faibles performances des productions agricoles dues à la mauvaise répartition des pluies, aux maladies et ravageurs des cultures et surtout à un accès limité aux semences. Ceux-ci sont, dans la majorité des territoires analysés, les principaux facteurs limitant la sécurité alimentaire des ménages.

Le chef de la FOA au Congo-Kinshasa a fait savoir également que les épizooties privent aussi les ménages d’une source de revenus alternative, ajoutant également le délabrement des infrastructures et voies de communication, qui limitent l’entrée ou la sortie des denrées dans les zones. Selon Aristide Ongone Obame, les conflits armés et communautaires empêchent aussi les ménages d’accéder à leurs champs et entraînent le pillage des récoltes. L’activisme de ces groupes et les conflits armés provoquent des mouvements de populations obligeant les ménages à laisser derrière eux leurs moyens d’existence.

Il en est de même pour la pandémie du Covid-19 et ses restrictions qui n’ont pas permis la reprise pleine des activités des ménages, surtout dans les zones dépendantes des activités transfrontalières. A cela s’ajoute l’impact de la crise russo-ukrainienne. Les deux pays sont les principaux fournisseurs de blé, mais, d’huile comestible, de carburant et d’engrais sur les marchés mondiaux. Ainsi, les principaux risques pour les pays en crise alimentaire découlent de leur dépendance aux importations de produits alimentaires et d’intrants agricoles.

Pour pallier cette situation, la FAO compte appuyer le développement de la filière manioc qui offre d’importantes possibilités en termes d’alimentation , de création d’emplois et de revenus, a conclu Aristide Ongone Obame.

Nos tags

Visite papale
Enrôlement
Élection
Ceni
GUERRE
Agression
Politique

Le Programme de l’ONU pour le développement (PNUD) reste aux côtés de la RDC pour l’aider à mettre fin à la corruption sous toutes ses formes.


Économie

Le ministre congolais de l’Industrie, Julien Paluku a réaffirmé mardi que son pays demeure la meilleure destination au monde pour l’industrie des batteries grâce à ses minerais stratégiques. Julien Paluku s’est ainsi exprimé à Cap Town, en Afrique du Sud, lors d’un entretien avec José Fernandez, secrétaire d’État américain à la Croissance économique, à l’énergie et à l’environnement ainsi que la partie zambienne, en marge du forum économique INDABA.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.