Le Direct
Radio

FAO : 55 vétérinaires formés sur l’application EMA-i dans la surveillance des maladies animales

55 vétérinaires venus de huit provinces sont formés sur l’opérationnalisation de l’application «Event mobile application (EMA-i)» dans la surveillance électronique des maladies animales dans un temps réel.

Par Alexis Emba

Formation des agents vétérinaires sur l’application FAO “Event mobile application” @ Photo Droits tiers

publié le 24 mars 2022 à 19:09:47

Cette formation est organisée pendant 6 jours, soit du 24 au 30 mars, par L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en collaboration avec le ministère de Pêche et élevage, avec le soutien financier de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID).

Le secrétaire général de Pêche, Dr Ezéchiel Mahamba a fait observer lors des travaux que les maladies animales constituent une contrainte majeure au développement de l’élevage en RDC et partant du caractère zoonotique de certaines d’entre elles, ces maladies représentent une menace pour la santé publique.

Ainsi, la prévention, la détection précoce et la riposte constituent les trois piliers importants pour lutter de manière efficace contre les maladies animales. C’est pour cela la FAO, dans le cadre du programme de soutien au plan d’action de la sécurité sanitaire mondiale (GHSA) financé par l’USAID, a installé cet outil en RDC en vue de renforcer le système national de surveillance des maladies animales et zoonotiques. L’outil «EMA-i», a dit le SG Mahamba, va permettre aux services vétérinaires de ces provinces d’assurer la transmission de l’information sanitaire du terrain au niveau central en temps réel et aussi d’améliorer la surveillance et la communication entre les acteurs de terrain ainsi que ceux du niveau central afin d’assurer une riposte efficace et rapide aux maladies.

Il a invité les participants à suivre avec une attention soutenue cette formation et surtout de s’impliquer activement sur le terrain en vue d’améliorer le système de surveillance dans leurs provinces respectives. Le SG Mahamba leur a rassuré que le gouvernement congolais ne ménagera aucun effort pour faire siennes toutes les initiatives allant dans le sens de l’amélioration des capacités de prévention, détection précoce et riposte rapide du secteur de santé animale dans le pays.

Il a saisi l’occasion pour réitérer ses remerciements à la FAO et à l’USAID pour l’appui apporté au renforcement du système de surveillance en RDC. Auparavant, le chef d’équipe ECTAD/FAO, Dr Boka Marcel, avait, au nom du représentant de la FAO, Aristide Ongone Obame, rappelé qu’en RDC, l’outil EMA-i est opérationnel depuis 2020 dans six provinces ciblées par les phases 1 et 2 (Kinshasa, Kwango, Kongo central , Kasaï, Kwilu et Nord-Kivu). Il a permis une amélioration significative des indicateurs de surveillance en ce que les informations sanitaires sont transmises en temps réel sur le terrain au niveau central en vue d’une riposte rapide et efficace.

Dr Boka a souligné que cette troisième phase concerne les 8 provinces : Sud-Ubangi, Nord-Ubangi, Haut-Katanga, Haut-Lomami, Tanganyika, Lualaba, Ituri, Sud-Kivu. Les participants, dit-il, devront apprendre comment implémenter et assurer la surveillance en temps réel dans leurs milieux respectifs. Ils devront donc définir les rôles et responsables des utilisateurs pour établir le circuit d’information en utilisant cet outil et la plateforme EMPRES-i; définir la liste des maladies à rapporter avec l’application et établir une feuille de route pour tester EMA-i sur le terrain sur une période de 12 mois.

Pour le chef d’équipe ECTAD/FAO, cette formation constitue aussi une opportunité de diffuser le guide SIMAR pour la surveillance intégrée des maladies animales et zoonotiques. Ainsi, au terme de cette formation, poursuit -il, ces agents vétérinaires seront dotés en Smartphones comprenant l’application EMA-i installée avec leur identifiant personnel et en recharges téléphoniques pour la connexion internet nécessaire, cela pour une période de 12 mois tandis que les coordonnateurs provinciaux SENES seront à leur tour, dotés les ordinateurs pour la gestion des données rapportées via l’application EMA-i.

Des kits symboliques leur ont été remis par le SG de Pèche qui leur a recommandé de les utiliser en bon père de famille. Le chef d’équipe ECTAD/FAO a, de son côté, insisté sur le fait que ces outils et matériels doivent être utilisés uniquement pour le travail et non pour des fins privées.

Cette formation, note-t-on, a eu pour objectif notamment de présenter l’application EMA-i et sa plateforme EMPRES-i ; de former les agents vétérinaires à l’utilisation, des coordonnateurs provinciaux en charge de la surveillance à l’utilisation de la plateforme EMPRES-i ; de présenter le guide SIMAR et les outils de la surveillance intégrée.

Nos tags

Politique
Ceni
Expo Dubaï
Femme
Élection
GUERRE

L’insécurité alimentaire et nutritionnelle faire parmi les fléaux qui gangrènent la République démocratique du Congo depuis des années. Plusieurs provinces touchées par les conflits armés et intercommunautaires sont les plus frappées. Voilà pourquoi, le Réseau de l’alliance parlementaire pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en République démocratique du Congo (RAPSAN/RDC) a résolu d’impliquer les députés nationaux et les sénateurs dans ce combat contre la faim.


Justice

Contre toute attente, la Cour constitutionnelle donne raison à Pascal Beveraggi dans l’affaire qui l’oppose à Moise Katumbi. Un arrêt controversé est rendu aux forceps. L’acte étonne non seulement les acteurs de la justice mais également des citoyens lambda.

Appel d'offres

Maintenance des splits des sites d’Equity BCDC de l’Est, du Nord et du Centre


offres d'emploi

logo

2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.

Ouragan cd




2022© Ouragan.cd Tous droits réservés.