Politique

RDC : le BCNUDH salue l’issue du procès Rossy Mukendi

Le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme en République démocrtique du Congo (BCNUDH) a salué lundi l’issue du procès de Rossy Mukendi.

RDC : le BCNUDH salue l’issue du procès Rossy Mukendi

« Le BCNUDH RDC salue la conclusion du procès du meurtre, le 25 février 2018 de Rossy Mukendi Tshimanga, militant du mouvement citoyen Collectif 2016, lors d’une manifestation pacifique », s’est réjoui sur Twitter le departement de la Monusco.

A cette occasion, le BCNUDH a émis le vœu de voir les auteurs des violations des droits humains pendant cette période répondre de leurs actes devant les juges en dépit de leur statut social. En outre, il réitère son appel à l’indemnisation des « victimes et leurs ayant droits et à initier les réformes nécessaires pour créer les garanties de non-répétition ».

La fin du procès du meurtre de Rossy Mukendi Tshimanga est intervenue le lundi 10 janvier 2022. La commissaire supérieure adjointe la police nationale congolaise (PNC) a été reconnue coupable de violations des consignes. Pour cela, la justice militaire l’a condamnée à dix ans. Elle est démise de ses fonctions et destituée de la PNC. Carine Lokeso a écopé d’une peine à perpétuité pour meurtre.

Rossy Mukendi (35 ans) a été tué par balles le 25 février 2018 dans la répression de la marche organisée par des catholiques qui s’opposaient au maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au-delà du terme de son mandat. Après l’assassinat de Rossy Mukendi, la police avait affirmé avoir fait usage de balles en caoutchouc pour réprimer les manifestants. Un policier avait alors été désigné comme auteur de l’assassinat. Son procès a démarré le 25 mai, une semaine après l’enterrement, avant d’être interrompu.

uf2 sonas
cnsapp