Election

Goma : l’OILICE installe son bureau pour lutter contre la corruption électorale

L’Organisation internationale de lutte contre l’injustice et la corruption électorale (OILICE) a installé son bureau local à Goma, au Nord-Kivu.

author-image

Par Magloire Tsongo

Goma : l’OILICE installe son bureau pour lutter contre la corruption électorale

Le comité local a pris possession de son siège vendredi 14 janvier 2022. Il s’assigne pour objectif de lutter contre les injustices et la corruption lors des élections qui se profilent à l’horizon. Selon Christian Mbalambala, point focal et représentant du conseil d’administration de cette organisation, l’installation du bureau du comité technique est consécutif aux élections de 2023 qui s’annoncent déjà. La mise en place du bureau et de la plénière de la CENI en est une indication.

« Notre but est de lutter contre les injustices et les corruptions électorales. L’OILICE est une organisation non gouvernementale qui lutte pour la promotion d’un État de droit. Nous travaillons avec les différentes cibles afin d’aider le gouvernement à organiser les élections crédibles. Notre organisation ne vise pas seulement les échéances électorales de 2023 mais elle travaille déjà en faisant le monitoring pour déceler les différents problèmes qui s’y rapportent », a-t-il expliqué.

L’OILICE est implantée dans plusieurs pays. Elle compte élargir ses bureaux dans toutes les provinces de la RDC pour notamment former les observateurs devant aider les candidats à différents niveaux lors des échéances électorales. « Nous avons un bureau installé à Kinshasa et aujourd’hui nous sommes dans la province du Nord-Kivu, demain ou après demain, nous allons étendre encore nos activités par ce qu’après ici nous irons en Ituri ou encore à Tshikapa pour installer notre organisation. Nous sommes observateurs des élections. Pour prétendre contrôler le processus, il faut avoir des observateurs dans tous les bureaux qui seront mis à la disposition de tous les candidats », a insisté le point focal de cette organisation.

L’actuel bureau de la CENI dirigé par Denis Kadima est toujours contesté par les Églises catholique et protestante, la coalition Lamuka ainsi que le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ex-président Joseph Kabila.

A haute voix, M. Mbalambala a rappelé son ONG se déploie partout pour s’assurer qu’il y aura des élections crédibles en 2023. Mais pour avoir un processus électoral transparent, a-t-il prévenu, il faut commencer à travailler dès maintenant. D’après lui, les injustices électorales sont des actes visant à disqualifier certaines personnes du processus électoral.

uf2 sonas
cnsapp