Politique

Après le saccage de sa résidence, Kabund reconforté par Atou

Kingabwa s’est réveillé sous la pluie. Une pluie qui a difficilement éteint le feu des pneus brûlés par les combattants enragés.

Par Landry Amisi

Après le saccage de sa résidence, Kabund reconforté par Atou

Une épaisse fumée s’échappait vers le ciel jusque vers 8h00′. Approcher la résidence de Kabund était difficile. Un journaliste habitant le voisinage a du laisser son véhicule. Les barricades étaient placées sur la rue par les combattants en furie. Mais vite, l’ordre a été donné d’arrêter le désordre.

Kabund ne badine pas. Il sait discipliner ses partisans. Le président intérimaire de l’Udps a instruit sa garde de dire aux combattants » de dégager la route. Ils ont immédiatement enlevé les barrières. Et la situation est redevenue calme.

Aussitôt, les inconditionnels du 1er VP de l’Assemblée nationale se sont mis à entonner des chansons à sa gloire. Après la visite et échange avec quelques officiels venus tôt le matin le consoler, Kabund est sorti de sa maison accompagné de Atou Matubuana venu le réconforter aussi.

Assis dans la paillote, le héros vivant a été porté en triomphe par le noyau dur de ses soutiens. Mais sur son visage, on sait lire le cauchemar du film d’hier. Sa coquette résidence a été vandalisée. Ses filles interpellées, puis relâchées. La dérive de la GR est décriée dans le quartier où le seigneur de la rue est devenu très populaire. La bataille ne sera pas physique mais judiciaire. En homme d’État, le numéro 2 de la Chambre basse du Parlement a opté pour la voie judiciaire, état de droit oblige.

Mardi, une altercation entre le cortège de Kabund et une Jeep d’un prétendu conseiller de la présidence a paralysé la circulation sur l’avenue Poids lourds. Sur Twitter, le journaliste John Lungila précise que la jeep interceptée par la garde de Jean-Marc Kabund appartient plutôt à Mme Agnès Tshisekedi, membre de la famille Tshisekedi.


uf2 sonas
cnsapp