Politique

Kinshasa : un dispositif policier ceinture le Q.G de la CENI

Les policiers se sont déployés, dès les premières heures, dans le périmètre du siège de la commission électorale sur le boulevard du 30 juin, non loin de la gare centrale à Kinshasa.

author-image

Par Dan Kalala Kalambay

Kinshasa : un dispositif policier ceinture le Q.G de la CENI

Les forces de l’ordre sont visibles partout. Des barricades et check-points ont été installés à partir de l’arrêt Vodacom, non loin de l’hôtel Memling au cœur du centre-ville de Kinshasa. A la gare centrale, plusieurs policiers veillent au grain. Difficile pour les manifestants d’organiser le sit-in.

Jusque-là, les laïcs catholiques et protestants ne sont pas arrivés. Si jamais, ils arrivaient, un affrontement n’est pas à exclure avec les forces de l’ordre. Déjà dimanche, le bloc patriotique a maintenu son sit-in de ce lundi et sa marche du 27 novembre 2021 malgré l’interdiction du gouverneur Ngobila.

Les forces sociales et politiques ont appelé les Congolais à se mobiliser massivement pour « dire Non à une Ceni politisée, caporalisée et non consensuelle ; exiger la fin des massacres de Congolais dans l’Est du pays et le rétablissement de la sécurité dans cette partie du territoire national exposée à la balkanisation et à la prédation ; obtenir le retrait définitif de l’extorsion via le RAM qui n’est ni plus, ni moins qu’une escroquerie institutionnalisée dont 280 millions de dollars déjà récoltés et sans traçabilité, ne bénéficient qu’à un groupe d’individus et enfin, obtenir l’amélioration du système éducatif par la prise en charge effective des enseignants après l’échec cuisant de la gratuité de l’enseignement ».

Au même moment, le bloc patriotique a confirmé la marche pacifique du 27 novembre 2021 à Kinshasa, qui aura pour point de chute le Palais du peuple, siège du Parlement.

uf2 sonas
cnsapp