Société

JME : l’ACVDP dit non à la prise en charge des enseignants par les parents

La communauté internationale a célébré le 20 novembre la journée internationale des droits de l’enfant en marge de la commémoration de la Convention relative aux droits de l’enfant.

author-image

Par Alexis Emba

JME : l’ACVDP dit non à la prise en charge des enseignants par les parents

Placée sous le thème des enjeux climatiques, cette journée a été marquée par l’organisation de différents événements et célébrations à travers le pays, et particulièrement dans les villes de Goma, Lubumbashi, Mbuji-Mayi et Kinshasa. En collaboration avec l’Action chrétienne pour la justice, l’égalité et le développement (ACJED), l’ONG « ACVDP » dirigée par Crispin Kobolongo a saisi l’occasion pour fustiger la reprise du système de prise en charge des enseignants par les parents. Elle a appelé ces derniers à rejeter la décision du gouverneur de la ville province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, fixant les frais scolaires pour les classes de 7è et 8è secondaire.

M. Kobolongo plaide pour le respect des droits de l’enfant à l’éducation en RDC avant de condamner fermement la reprise « au zoro » dudit système à travers la note circulaire du gouverneur de la ville de Kinshasa. Il a fait observer que la loi-cadre de l’enseignement national parle de la gratuité de l’enseignement de base à son article 79 al. 2. Il en est de même, explique-t-il, de la Constitution, la loi suprême, qui consacre le caractère gratuit de l’éducation de base conformément en son article 43.

Ainsi, face à la mauvaise foi délibérée de certains acteurs du secteur de l’éducation, l’ACVDP exprime sa colère contre le forcing pour le retour de ce système qui a, durant plusieurs années, appauvri les parents. C’est pourquoi, l’organisation invite les parents à ne pas payer les enseignants car, dit-elle, cette charge incombe au gouvernement qui est appelé à s’occuper de ses employés.

uf2 sonas
cnsapp