Politique

2023 : Katumbi active la diplomatie, les USA exigent un processus transparent

Moïse Katumbi poursuit les contacts de haut niveau à l’étranger en faveur d’un processus électoral crédible en RDC.

author-image

Par Reagan Ndota

2023 : Katumbi active la diplomatie, les USA exigent un processus transparent

Au moment où le peuple congolais se mobilise dans la rue « pour rejeter, selon le bloc patriotique, la préparation de la fraude électorale par le régime Tshisekedi », le président du parti Ensemble pour la République réactive la machine qui avait mis dos au mur l’ex-président Joseph Kabila.

De l’Afrique aux Etats-Unis en passant par l’Europe, l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga défend les aspirations profondes des Congolais à mettre fin à la crise de légitimité, reprises dans l’exposé de motif de la Constitution du 18 février 2006. La communauté internationale qui a toujours accompagné le peuple congolais lors de précédents cycles électoraux est mise devant ses responsabilités. Moïse Katumbi, potentiel candidat à la présidentielle de 2023 a été reçu par le sous-secrétaire adjoint principal du Bureau des affaires africaines, Ervin Massinga.

L’administration Biden s’est engagée en faveur d’un processus électoral transparent afin de garantir des élections crédibles au Congo-Kinshasa. « Le sous-secrétaire adjoint principal du Bureau des affaires africaines Massinga était heureux de rencontrer hier Moïse Katumbi pour discuter de la situation politique en RDC. Les États-Unis se sont engagés à soutenir les efforts congolais pour faire avancer un processus électoral libre, équitable et transparent afin de garantir des élections crédibles », a indiqué l’administration américaine.

Pendant ce temps à Kinshasa, le parti de Moïse Katumbi a apporté son soutien aux mobilisations de grande envergure lancées par les Laïcs catholiques et protestants, pour exiger la dépolitisation de la CENI, la mise à l’écart de l’équipe Kadima et le consensus entre les parties prenantes au processus électoral. Le chairman va donner la position officielle de son parti dans les jours à venir. Il poursuit encore avec ses consultations avant de fixer les Congolais sur son départ ou non de l’Union sacrée de Félix Tshisekedi.

uf2 sonas
cnsapp